Actu Démocratie participative

L'UBAPAR organise tous les ans des stages BAFA en breton et tous les deux un stage BAFD.
En 2020, il y aura 3 stages BAFA et un stage BAFD.

Stage BAFA Base : du 18 au 25 avril - Ti ar C'hoadoù - La Chapelle-Neuve (22)
Durant ce stage, les stagiaires apprendront à organiser une animation, animer un jeu, la législation des loisirs, la connaissance des enfants, les droits du travail... Cette formation prends appui sur une pédagogie de l'échange entre stagiaires et formateur.trice.s. Les stagiaires apprendront par le biais du jeu, de la mise en pratique et la mise en valeur des connaissances du stagiaire. L'autonomie est également au coeur de notre pédagogie : le groupe de stagiaires seront autonomes sur l'organisation de la vie collective et l'emploi du temps du stage.

Stage BAFA Approfondissement "Raconte-moi une histoire : du 24 au 29 février - Ti menez Are - Brasparts (29)
Durant ce stage, les stagiaires échangeront sur leur vécu lors de leurs stages pratiques et les formateur.trice.s approfondiront certains sujets selon les demandes des stagiaires. Il y aura aussi un travail sur le conte : apprendre des contes, apprendre à les raconter et à s'appuyer sur l'environnement du séjour. Et s'entraîner bien sûr !

Stage BAFA Qualification "Surveillant de Baignade" : du 22 au 29 février - Ti menez Are - Brasparts (29)
Durant ce stage, les stagiaires échangeront sur leur vécu lors de leurs stages pratiques et les formateur.trice.s approfondiront certains sujets selon les demandes des stagiaires. Ce stage permettra de préparer et de passer le Brevet de Surveillant de baignade et de découvrir le rôle du surveillant de baignade, ses responsabilités, les animations qu'il peut mettre en place dans et en dehors de l'eau… Il faut avoir les PSC1 et un certificat de 100 mètres nage libre, départ plongé, pour s'inscrire à cette formation.

Stage BAFD Perfectionnement : du 24 au 29 février - Ti menez Are - Brasparts (29)
Le stage BAFD Perfectionnement revient sur les stages pratiques des stagiaires, approfondi les points qu'ils choisissent et développent certains sujets : la sensibilisation à l'environnement en séjour, l'autonomie des enfants, la législation...

Pour ce dernier rendez-vous de novembre de la Fabrique des Capucins, Enora Grill, designer plasticienne, a proposé aux embarqué·e·s de partir à la rencontre du vent sur le plateau grâce à la fabrication de manches à air...


Ce samedi 30 novembre à 10h, la pluie tombe drue, le vent souffle violemment ! Des conditions qui sont pourtant bienvenues pour se rendre sur les espaces du plateau, afin de constater comment les manches à air conçues par Enora réagissent à l'élément aérien.

"Vous voyez, tandis que la manche à air, plus lourde, s'adapte parfaitement à de grosses rafales, les petits rubans sont plus agiles et réagissent à la moindre brise."

Les participant·e·s, habitant·e·s ou usagé·e·s du plateau, partagent leurs ressentis ou leurs idées touchant à la thématique du vent, à la façon dont cet élément pourrait s'intégrer à de futurs mobiliers, scénographies ou aménagements des Capucins.

"J'ai habité pendant 20 ans au bord de la mer, et ça soufflait ! Mais la différence, c'est que c'était toujours dans la même direction. Ici, dans mon appartement sur le cours Aimé Césaire, ce n'est pas du vent mais des courants d'air, qui tourbillonnent... Il faudra faire attention à ce que les fixations de ces manches à air soient assez résistantes."

"Avec l'aspect minéral des Capucins, ne pourrait-on pas imaginer des mobiliers en forme de quais, avec des mâts, des voiles, et surtout, le cliquetis des drisses sur les mâts... ?"


Après avoir découvert la manche à air en action, les publics sont invités à réfléchir à leur propre modèle de manche à air. Une seule contrainte : se servir d'une base en écailles de poisson.


Écailles, gouttes d'eau ou coeurs, manches à air sirène, dragon ou vague, une diversité d'idées sont mises en oeuvre le matin et l'après midi... Avec plus ou moins de succès quant à leur réaction au vent !

"Ce qui va être difficile, c'est de garder l'équilibre entre vos envies de représentations et les réactions de ces compositions dans les mouvements d'air. Ce ne seront pas forcément les manches à air les plus belles qui voleront le mieux..."


La journée touche à sa fin. Un peu long pour les plus jeunes participants... Enora les guide en quelques minutes dans la fabrication d'un fanion qu'ils pourront ramener chez eux, afin de les rassurer : même si on laisse la manche à air que l'on vient de fabriquer dans la "collection d'idées", on peut repartir à la maison avec une réalisation qui jouera elle aussi avec le vent !


Forte de cette banque d'idées traversant les thèmes de la couleur, de la typographie, du paysage et du vent, la Fabrique des Capucins continuera en février 2020 avec de nouveaux ateliers de réflexion autour des futurs aménagement du plateau !

Vendredi 15 et samedi 16 novembre 2019, l'artiste plasticienne Elise Hallab proposait aux embarqué·e·s de la Fabrique citoyenne et poétique des Capucins de questionner les couleurs du plateau des Capucins, à travers une découverte de la sérigraphie à partir d'encres végétales.

Une quarantaine de personnes ont assisté à cet atelier durant les deux journées, notamment des familles, nombreuses le samedi. Les habitant·e·s du quartier des Capucins étaient également très représenté·e·s.

Dans une ambiance détendue, la « magie » de la sérigraphie a éveillé beaucoup de participant·e·s. Après avoir découvert la technique de création d'encres à partir de végétaux, qu'Elise avait réalisées en amont, petits et grands ont été invités à composer des impressions sur papier en superposant différentes encres : sauge et pissenlit par exemple.

Après un temps de séchage, ces réalisations ont été assemblées pour composer des carnets de teintes, à la manière d'un nuancier. Ces nuanciers seront mis en perspective avec les paysages du plateau, pour imaginer quelles teintes naturelles pourraient revêtir les futurs aménagements scénographiques des espaces publics...

Le Département d'Ille-et-Vilaine, le Comité consultatif économie sociale et solidaire et PEKEA ont le plaisir de vous inviter à une journée de réflexion et de débat " Fabriquer des communs ? " le 12 décembre de 9h15 à 17h à l'Auditorium de la Maison de l'ESS - Espace Anne de Bretagne - 15 rue Martenot à Rennes

Un texte repris de la page FB de l'événement

Face aux fractures qui déstructurent les sociétés, la résurgence du « commun » apparaît comme un espoir de réunification. Dans le champ politique, il s'agit de repenser les modalités de gouvernance et de dépasser la dichotomie entre l'État et le marché, d'aller dans le sens d'une société plus conviviale par l'intermédiaire d'une large participation. Dans le champ économique, il s'agit de privilégier la valeur d'usage sur la valeur d'échange.

Jardins partagés, systèmes d'échanges locaux, logiciels libres… dessinent les contours d'une possible transition d'un mode de production et d'organisation de la société, jugé prédateur et destructeur, vers d'autres façons d'habiter le monde en prenant mieux soin de ce qui compte.

Le programme

Matinée

Après midi

le programme en pdf

Pour vous inscrire à cette journée


A l'occasion du 50e anniversaire du parc naturel régional d'Armorique, s'est tenue à Hanvec (29), le 28 septembre 2019,
une conférence « le Finistère s'engage pour l'environnement », organisée par le Conseil Départemental du Finistère.

300 personnes y ont assisté. L'animatrice/organisatrice de la journée était Magalie Chouvion du magazine Sans transition

Les intervenants étaient :
Laurent Bopp , chercheur océanographe basé à Brest. Il a démontré lors de son exposé grace notamment à ses graphiques la montée des océans et la dégradation des écosystèmes océaniques
Gilles Bœuf, biologiste basé à Sciences Po paris, qui a insisté sur la nécessité d'une démarche collective pour lutter contre les changements climatiques et les atteintes à la biodiversité.
– Rob Hopkins, enseignant en permaculture, venu spécialement d'Angleterre à la conférence qui a créé en 2005 le Mouvement des territoires en transition pour repenser le vivre ensemble autour des valeurs de transition sociale et écologique.

A travers cette exploration, nous cherchons à identifier les ingrédients nécessaires au bon fonctionnement de lieux de solidarités hybrides, où se côtoieraient services publics et privés - entreprise, association, collectifs.

Quels services et quelles mixités de fonctions imaginer pour que ces lieux ne soient pas désincarnés ? Qu'ils outillent le développement de nouvelles solidarités territoriales et servent l'intérêt général ?

Comment mutualiser, déléguer, partager la distribution de services et/ou l'occupation de lieux existants ? Quelle animation et quelle gouvernance de ces lieux pour garantir - dans le temps - leur accessibilité à tous et leur appropriation par tous ? Quelles conséquences pour les professionnels et usagers concernés ?

Quels modèles économiques pour assurer une viabilité à long terme et un développement partagé ? Quelles opportunités de coopération économique et d'innovation dans les services proposés aux usagers ?

Un article repris du site Places du partage qui rend compte de cette recherche-action de Collporterre autour des nouveaux lieux de solidarité, un petite retour en arrière sur ce projet à l'occasion de sa cloture ces jours ci, Places du partage est une publication sous licence CC by sa

Un lieu mutualisé ouvert au partage et vecteur de solidarité, ça ressemble à quoi ? Ça fonctionne comment ? Avec qui ? Et pour quelle offre de services ?

Pour répondre à ces questions, Collporterre et ses partenaires ont imaginé une « Résidence » sur le Pays de Redon. A l'image des « territoires en résidence » de la 27ème Région, cette démarche propose de questionner le fonctionnement des solidarités sur le territoire de Redon Agglomération pour identifier et tester rapidement des pistes d'amélioration concrètes. Des prototypes de nouveaux services seront ainsi mis en place dans deux lieux de solidarité du territoire : la Recyclerie de Redon et le Point Accueil Emploi de Pipriac.

Une première phase d'immersion – organisée en mars/avril 2018 – a tout d'abord permis de préciser les enjeux du sujet au regard des usages observés dans les deux lieux d'enquête et plus largement sur le territoire. De ces apprentissages, l'équipe de la Résidence en a dégagé sept propositions visant à enrichir l'offre des solidarités du territoire et esquisser les lieux du partage et des solidarités de demain.

Mises en discussion au cours de l'atelier participatif organisé le 17 avril dernier, ces propositions ont été approfondies pour donner forme à six expérimentations :

  • Une semaine du numérique au PAE, pour tester une offre de médiation hybride (publique, privée, citoyenne) portée par une maison des services au public.
  • Une semaine d'ateliers collaboratifs au PAE, pour esquisser un bâtiment de services publics générateurs de pratiques solidaires.
  • Un service d'autopartage au PAE – ouvert aux particuliers comme aux structures – pour questionner les conditions matérielles de son déploiement dans un lieu de services publics.
  • Un service de livraison entre particuliersà la Recyclerie, pour tester la proposition d'un service d'entraide autogéré
  • Une recyclerie itinérante au foyer pour personnes âgées de Ker Joseph, pour esquisser une offre de service co-portée qui soit gagnant-gagnant du point de vue de l'usage
  • Un annuaire des acteurs de la solidarité sur le Pays de Redon, pour mettre en visibilité la diversités des offres de solidarités et faciliter le partage de ressources entre acteurs.

Le 27 novembre avait lieu à Rennes au Collège de la Binquenais la cinquième rencontre contributive sur le thème des tiers lieux éducatifs et de la question de l'inclusion.

Initiée par le 110 bis et Tiers-Lieux Edu, la rencontre contributive, c'est une journée pour faire communauté, favoriser les échanges et la documentation de pratiques entre acteurs différents mais complémentaires.

Cette cinquième rencontre co-organisée avec Interactik et la CPN35 visait à faire émerger des projets coopératifs autour de l'inclusion sociale et du handicap dans les tiers-lieux éducatifs.

Un article rédigé à partir de la prise de note collaborative accessible via Tiers Lieux edu

Durant l'accueil, la journée a commencé par une "bulloterie" [1] c'est à dire que chacun a un numéro et s'est situé dans une ou plusieurs bulles thématiques, en rajoutant de nouvelles bulles s'il le souhaitait.

note complémentaire reprise d'un mel des organisateurs : La bulloterie photographiée ainsi que les pads collaboratifs, la documentation, restent disponibles surle forum tiers lieux édu

La rencontre de la journée a été introduite par N. Kermabon (Interactik), C.Nullez (Tiers-lieux edu), E.Vappereau (Guiory Messac, Makers solidaires) suivi d'une intervention d'Hugues Aubin (Labfab, Humanlab, RFFLabs, Rennes Métropole).

A partir des bulles renseignées par les participants, une discussion a été organisée pour relier les "bulles" thématiques avec pour objectif de dégager 4 sujets d'ateliers pour l'après-midi. [2]

Une première discussion a ensuite permis de clarifier chacune des thématiques.

Voici, en attendant un retour plus élaboré, un lien vers le travail des ateliers à travers les 4 prises de notes collaboratives [3]

Atelier 1 : Ethique, transition, low tech et fabrication numérique

- la prise de note collaborative

avec pour problématique

Comment incarner au terrain l'utopie d'un monde souhaitable et vivable pour tous en partageant au niveau planétaire des solutions nouvelles mobilisant la capacité d'agir et favorisant l'apport des diversités ?

Atelier 2 : Méthodologies, médias, gaming et inclusion

la prise de note collaborative

Parmi les questions posées :
Quelles sont les composantes de la méthodologie de projet qui sert à inclure les élèves d'un établissement ou qui sert à sensibiliser les élèves à la thématique de l'inclusion ?
Comment définir le faire ensemble avec l'apport pluriel du tiers lieu ?
Comment attaquer la question du faire ensemble ?
Comment créer des nouveaux espaces de méthodologies ? Comment attaquer Hacker : laisser faire, tolérer, autoriser, enfoncer des barrières ?
Comment mutualiser les projets et les rendre visibles ?
Comment mettre de côté l'étiquette "inclusion" et faire du naturellement inclusif ?
Comment attaquer la méthodologie de l'inclusion ?
Qu'est-ce qui fait médiation ?
Comment faire sens avec le numérique ? Le numérique qui s'adresse au plus grand nombre.
Comment s'autoriser à faire ? Enfoncer les barrières ?

Atelier 3 : Documenter et raconter, coopérer

la prise de note collaborative

avec pour question proposées :

  • Pourquoi documenter et raconter ?

le constat d'un manque actuel en terme de documentation comme de récit
quels freins et facilitations
nécessité d'un changement de culture, en proposant des espaces de partage pour permettre des croisements.
bouleverser strates/hiérarchie en place : démocratiser le savoir, populariser, vulgariser, rendre possible et accessible le savoir

  • Qu'est-ce qu'on documente ? qu'est-ce qu'on raconte ? (quoi, pour qui, comment)
    des expérimentations (échecs et succès)- des récits, enjeu explication
    concerne tous les acteurs de l'Educatif (associations, agents des collectivités, animateurs, éducteurs - au sens large)
    avec l'enjeu de toucher des personnes nouvelles
    une vigilance à porter sur l'infobésité
    "Où" : pas forcément un lieu unique (archipel)
    Aller au-delà des communautés actives
    Comment inciter à la documentation tout au long du projet ?
  • Qu'est-ce que cela apporte ?
    Le partage créé de la confiance et concrétise
    valorise les personnes / sortir et faire sortir de l'isolement
    Permet/ouvre une coopération (croisement des réseaux)
    Société de la contribution
    Production/élargissement de communs. Permet d'avoir des moyens lisser pour tous le monde. Agir local, penser global.
    Amélioration constante. Quid du retour ? Comment créer une communauté à partir de la documentation ?
    un changement de posture.
Atelier 4 : Aménagement(s) inclusif(s)

la prise de note collaborative

Dans quelles mesures et comment l'aménagement de l'espace participe à l'inclusion tout en changeant l'approche ?

Existent-elles ou comment peut-on créer des ressources communes pour accueillir tous les publics ?

[1] voir la documentation de la bulloterie sur Movilab, La Bulloterie est un outil ludique de mise en relation par intérêts et savoir-faire, en groupe affinitaire (bulles). Elle permet aux usager.e.s d'un Tiers-Lieu, participant.e.s d'un événement de se rencontrer et de se découvrir autour du support de l'outil. Elle a été inventée lors d'une rencontre "Inter NuitDebout" en Août 2016. L'objectif était de permettre à des personnes d'horizon différents de connaitre leur centre d'intérêt commun.

[2] Des éléments de cette discussion peuvent être consultés sur le pad de la prise de note.

[3] je n'ai pas pu participer à l'après-midi

Le 16 novembre dernier a eu lieu à Rennes la première journée de rencontre des comités locaux du Grand Ouest. Vingt-cinq bénévoles petit.e.s débrouillard.e.s se sont réuni.e.s pour échanger sur leur engagement dans l'association, les projets en cours sur leur territoire et leurs envies pour 2020.

La matinée, organisée sous forme d'un forum, a été consacrée aux présentations de chaque comité local. L'occasion pour les bénévoles de mieux se connaître et de découvrir les projets locaux : des animations sur la biodiversité, des cafés des sciences sur le littoral, des bars-bidouille, des groupes de travail sur l'éducation à la sexualité et vie affective, la zététique, la conception d'atelier sur l'analyse critique des images et le numérique, des cinés-débats sur les transitions écologiques, etc. Chaque projet présenté est guidé par la découverte des démarches scientifiques et le développement de l'esprit critique, tout en s'amusant.

La matinée s'est poursuivie par deux ateliers de pratique scientifique proposés par les bénévoles du comité local de Rennes autour du thème « Educomedia et analyse critique des images » et du comité local d'Angers sur « Zététique et Débrouillardise ».

Pratique ensemble l'éducation critique aux images et la zététique

Le premier atelier proposé par Quentin, représentant du comité local de Rennes, et Alyse, bénévole, a eu pour sujet la création d'une vidéo « suggérant la présence crédible d'un fantôme ». Cet exercice leur a permis de se questionner sur l'organisation d'un tel atelier en fonction des publics visé, le séquençage et l'intérêt pédagogique en matière de techniques utilisées (story-board, cadrage, film, montage, diffusion, effets spéciaux) et d'analyse critique des images (construction et déconstruction d'une vidéo, recours à l'humour, à la peur, etc.). A Rennes, le groupe « Éducomedia » se réunit régulièrement pour réfléchir, concevoir et expérimenter ces ateliers auprès des différents publics, par exemple dans le cadre de projets « Filme ta science » vers les jeunes rennais.

Sur l'atelier « Zététique et débrouillardise », c'est la déconstruction du « doute rationnel » qui a été proposée par les bénévoles et administrateurs.trices angevin.e.s Yoann, Nina et Yannick. Dans la pièce, quatre verres d'eau – l'un plein, l'autre vide – posés sur une table et une personne affirmant avoir des super pouvoirs pour deviner quel verre est vide simplement en passant la main au dessus. Ensemble, les bénévoles ont dû mettre en place un protocole scientifique permettant de vérifier ou de contester ce pouvoir. Probabilité, reproductibilité, fiabilité des tests, etc. : c'est un large panel de démarches scientifiques qui ont ainsi pu être mises en œuvre le temps de cet atelier. Le comité local d'Angers se réunit régulièrement pour travailler cette thématique. Il vise la création de malles pédagogiques sur le thème de la zététique, avec des journées de formation et des cafés des sciences ouverts à toutes et tous.

Un World Café pour préparer 2020

En début d'après-midi, un atelier de photo-langage a été un moment fort permettant au groupe de mieux se connaître et d'aider certain.e.s à mettre des mots sur les raisons de leur engagement et sur ce qu'ils aimeraient vivre au sein de l'association. Puis les participant.e.s se sont retrouvé.e.s autour d'un World Café, format ludique permettant d'échanger de manière participative, animé par Lata et Eve, autour de l'engagement aux petits débrouillards et l'organisation des dynamiques bénévoles. Sur les cinq tables ouvertes, les participant.e.s ont pu s'exprimer et envisager les prochaines étapes concrètes possible pour 2020 : organisation de temps conviviaux, accueil des bénévoles avec système de parrainage-marrainage, valorisation des actions menées, poursuite du développement de la formation des bénévoles, recherche de nouveaux cadres d'engagement, mutualisation des ressources pédagogiques à disposition des bénévoles, etc. Autant de sujets sur lesquels, en 2020, les bénévoles, salarié.e.s et volontaires des petits débrouillards vont continuer de se mobiliser pour faire vivre l'éducation à l'esprit critique dans le Grand Ouest !

Merci à chacune. pour sa participation à cette journée : Alyse, Anne-Victoria, Benjamin, Césarine, Coralie, Coline, Élise, Eve, Johannes, Josselin, Laureline, Lata, Maria, Marion, Mylène, Myriam, Nina, Pierre, Pierre-Louis, Renaud, Sully, Yannick, Yoann et Zoé.

Si vous êtes intéressé.e pour nous rejoindre, rendez-vous dans votre antenne locale la plus proche. Nous sommes présent sur 13 villes du Grand Ouest : https://www.lespetitsdebrouillardsgrandouest.org/nous-contacter/

L'article Une première rencontre réussie pour les comités locaux Grand Ouest est apparu en premier sur Les petits débrouillards.

Voir en ligne : https://www.lespetitsdebrouillardsg...
Rendez-vous le 10 décembre pour une conférence inspirante sur l'économie circulaire et l'innovation.

Cette matinée s'adresse aux entrepreneurs du territoire, porteurs de projet, curieux(ses) qui souhaitent s'informer sur cette thématique

L'économie circulaire doit permettre de réduire nos impacts environnementaux et diminuer l'exploitation des ressources naturelles. Elle est par ailleurs la promesse d'un nouveau modèle de développement.

Venez en échanger plus précisément avec les intervenants !

A partir de 12h : Cocktail déjeunatoire au sein de l'exposition Matière grise à la manufacture.

Pour vous inscrire : economie@agglo.morlaix.fr ou https://framaforms.org/morlaix-innov-2-1574062185

A côté du dispositif des 95points d'accès public à internet dans la ville (carte) et des huit quartiers où est mis en place Internet pour tous en habitat social (Internet accompagné et à 1€ par mois), l'appel à envie de faire accompagne un certain nombre d'initiatives associatives. En voici 10 pour cette année 2019.

Voici tiré du prezzi de présentation réalisé par Florence Morvan (merci à elle pour cet accompagnement des initiatives) les 10 projets sur "Accès public et accompagnement d'usages"

INFINI : Les coups de pouce informatique

"Infini (Internet Finistère) est une association brestoise qui promeut un usage non-commercial ou coopératif d'Internet. Infini héberge sites web, courriels, listes de diffusions..., accompagne et forme ses adhérents, met à disposition du public un accès public à Internet (PAPI), etc."

Résidence de personnes âgées Louise Le Roux, EHPAD Antoine Salaun : L'accompagnement informatique, support au lien social

Ce projet s'inscrit dans la continuité du projet intérgénérationsanimé par Infini et Monique Argoualc'h durant de nombreuses années avev maintenant la participation de Lycéens de Dupuy de Lôme.

Centre social couleur Quartier : studio de création numérique au service des habitants

Pour accompagner les envies de faire des habitants de Kerourien à Brest, un peojet qui s'inscrit dans les nombreuses initiatives de lien social et d'entraide portées autour du journal "Couleur Quartier".

CDEF / unité Enfance du Stangalard : Update tablette

Foyer laïque de Saint marc : Le multimédia pour tous

en soutien aux 15 groupes hebdomadaires animés par 8 bénévoles !

Patronage laïque du Pilier Rouge : Le numérique comme soutien à la réussite éducative des enfants…

Ideal : espace d'accueil de formations et d'actions par la Ligue de l'enseignement 29

Les petits débrouillards : Zoom sur les réseaux sociaux

Maison de quartier de Kérinou : le prisme du numérique pour tous

Sked : Usages numériques et multimédia au Pilier Rouge

Vendredi 22 et samedi 23 novembre, 50 personnes ont exploré le quartier des Capucins à la recherche de ses "textures". Durant ces 2 jours, Alexandra Goinvic, artiste-designer diplômée de l'école européenne supérieure d'art de Bretagne (EESAB), a accompagné 4 groupes dans une ambiance chaleureuse malgré le froid et les averses.

Parmi les participants, une vingtaine de jeunes lycéens de Dupuy de Lôme à Brest ont participé avec enthousiasme à l'atelier proposé par Alexandra. En petits groupes de 4 ou 5, les élèves en filière Bois et Géomètre, Topographe ont arpenté le plateau des Capucins équipés de pastels gras et d'une feuille grand format de papier kraft. L'objectif : révéler les textures et matières du paysage urbain en transposant sur le papier des empreintes glanées dans le quartier.

Un groupe de lycéens se prête au jeu et révèle la texture du sol de l'Esplanade de la Fraternité des Capucins.

Murs, sols, empreintes dans le béton, vitres, marquages au sol, etc. Les jeunes passent au crible le quartier et dévoilent un nombre impressionnant de matières. Après 1 heure d'exploration et de recueil de textures, chaque groupe a réalisé son oeuvre collective. Les lycéens retrouvent Alexandra au Centre de Mobilité International (CMI) où l'artiste a aménagé un espace pour l'atelier.

Tour à tour, chaque groupe raconte son oeuvre, expliquant par la même occasion le parcours qu'il a réalisé dans la ZAC. Les jeunes en profitent pour expliquer à leurs enseingant·e·s et camarades ce que représentent les différentes textures calquées sur le papier. Certaines se distinguent facilement, d'autres, plus complexes à discerner, se révèlent très surprenantes.

Après avoir expérimenté l'exploration collective, Alexandra propose à chaque lycéen de sélectionner sa texture favorite parmi celles recueillies et de la reproduire sur un petit format. Chaque jeune apposera ensuite sa décalcomanie sur un cadre en bois afin de mettre en valeur ce petit fragment des Capucins qu'il rapportera en souvenir à la maison.

Petits formats de textures recueillies sur le plateau des Capucins.

Atelier mise en cadre au CMI

L'après-midi même et la journée du samedi, les ateliers se succèdent avec des habitants volontaires. En groupe, entre ami·e·s, en famille ou en solitaire, des personnes de tous les âges se prêtent avec ravissement aux jeux proposés par Alexandra. Les grands aidant les plus jeunes à rechercher des textures, les petits aidant les plus âgés à porter un autre regard sur les espaces traversés.



La rue de Saint-Malo fait partie du parcours de tous les groupes bien qu'elle se situe hors de la zone à explorer... Mais comment se refuser d'y passer !

Chacun·e espère retrouver ces textures sur les futurs mobiliers qui se dresseront sur les espaces publics des Capucins dans quelques mois. En effet, cet atelier Paysage et topographie porté par La Fabrique citoyenne et poétique des Capucins est un des quatre proposés par Le Fourneau, Passerelle et les ManufActeurs durant les mois de novembre et décembre 2019.
S'ensuivront des phases de réflexion, de vote, de conception, puis de chantier collectif, qui amèneront en juin 2020 à la livraison de ces futurs mobiliers qui restent à imaginer !

Chaque proposition d'atelier est portée par un ou plusieurs artistes et participe aux premiers temps de réflexion et de pratique artistique menés avec les habitants :

Marion Bonjour et Nicolas Ballais, plasticiens graphiques, emmènent les habitants à la rencontre de la typographie par le prise de la gravure sur plâtre
Elise Hallab, plasticienne, explore les couleurs par la fabrication d'encres végétales et la sérigraphie
Enora Grill, designer plasticienne, guide les participants dans la fabrication de manches à air pour révéler la présence du vent, habitant invisible du plateau des Capucins

Ce n'est donc que le début de l'histoire pour l'ensemble des participants qui ont déjà exprimé leur envie de poursuivre l'aventure jusqu'en juin 2020 !

Les participants se rapatrient dans les espaces couverts pour échapper à la pluie battante.



Les participants bravent la pluie pour recueillir des empreintes encore inexplorées.

Une grande étape a été franchie cet automne 2019 avec la création de l'association de préfiguration La Konk Créative. Grâce à cette nouvelle entité, nous allons pouvoir rassembler et fédérer la communauté de soutiens et d'usag-er-ère-s de ce futur tiers-lieu dédié aux loisirs créatifs, au DIY et à la création au sens large. Et surtout poursuivre le portage du projet de manière collective et collaborative !

Officiellement déclarée le 13 novembre 2019, La Konk Créative se compose d'un conseil d'administration de six personnes que nous vous présenterons bientôt sur le site.

Télécharger les statuts ci-dessous :

Statuts de l'association La Konk CréativeTélécharger

Depuis la fin du mois, notre association est même immatriculée au Répertoire des entreprises et des établissements et dispose de son propre compte bancaire.

Vous adhérez au projet ? Adhérez à l'association !

Vous adhérez au concept et aux valeurs de la Konk Créative ? C'est le moment de formaliser votre soutien.

Lors de l'assemblée générale constitutive, les membres fondateurs ont décidé de pratiquer le prix libre pour les adhésions, avec un minimum de 1€. Cela signifie que c'est vous qui choisissez le montant de votre adhésion. Néanmoins, pour le bon fonctionnement de l'association, nous vous suggérons un montant de 10€.

Puisque nous sommes bientôt à la fin de l'année, nous avons opté pour une validité des adhésions à partir de cette fin 2019 jusqu'au 31 décembre 2020.

Rendez-vous sur HelloAsso pour vous inscrire et régler en ligne votre adhésion à l'association.

Un grand merci d'avance pour votre soutien et à bientôt pour la suite des aventures !

__ATA.cmd.push(function() { __ATA.initDynamicSlot({ id: 'atatags-26942-5de66bde76359', location: 120, formFactor: '001', label: { text: 'Publicités', }, creative: { reportAd: { text: 'Report this Ad', }, privacySettings: { text: 'Paramètres de confidentialité', } } }); });

La politique de la Ville de Brest dans le domaine de l'appropriation sociale du numérique et de l'expression des habitant.e.s, engagée il y a plus de vingt ans vise à renforcer les habilités numériques dans une logique d'émancipation des citoyens.
Un des leviers est de développer une culture partagée du numérique sur le territoire et de mettre en réseau les personnes et les structures. Pour ce faire, la Ville de Brest et le service Internet et expression multimédia initie en 2019 l'organisation d'un cycle de rencontres à destination du plus grand nombre intitulé « Cultures numériques » tout au long de l'année.


Après la conférence sur « Informatique et mathématique : des interactions de plus en plus profondes » par Gérard Berry, un nouveau thème vous est proposé avec la conférence / débat :

« #Open Badges, une autre reconnaissance des compétences »

animée par Fabien Paquereau -DRAAF/Association reconnaître- et Maëlle Vimont - Association PING -du collectif « Badgeons Les Pays de la Loire » qui se tiendra :

Le mardi 17 décembre à 18h00 à l'Ubo Open Factory.

Pour découvrir et comprendre le potentiel et les usages des badges numériques ouverts. Quels sont les enjeux de la valorisation des apprentissages informels ? Pourquoi et comment construire un écosystème de la reconnaissance ?

Marion Bonjour et Nicolas Ballais, artistes plasticiens, ont proposé leur seconde journée d'ateliers autour de la signalétique des Capucins mercredi 27 novembre 2019.
Objectif : compléter l'alphabet commencé avec les habitant·e·s le samedi 9 novembre !

Tirage au sort d'une lettre de l'alphabet, esquisses, gravure sur plâtre, encrage, impression... Voici les différentes étapes que traversent les participant·e·s lors de cet atelier. L'idée est d'imaginer la force, l'émotion, le récit que peut véhiculer un simple symbole. Peut-être les participant·e·s sont-ils en train de créer la nouvelle typographie des Capucins ?


Matin pluvieux sur le plateau des Capucins, Marion et Nicolas attendent le public. Ces premiers ateliers de réflexion pour la seconde phase de la Fabrique des Capucins se déroulent au Centre de Mobilité Internationale (CMI), sur le cour Aimé Césaire, qui nous permet d'utiliser ses locaux pour l'occasion. Merci à l'ensemble du personnel du CMI pour son accueil !


Seule Danièle est disponible ce matin pour assister à l'atelier... Qu'à cela ne tienne ! Elle s'attaque à la lettre C. "Pas très pratiques vos clous, j'ai bien fait d'amener mon couteau suisse, pour graver le plâtre c'est tout de même plus confortable..."
Avec son badge de la Fabrique et son pull maculé de poussière de plâtre, elle a fière allure ! "Je peux vous prendre une impression du Z aussi ? Il est magnifique, et puis, c'est la première lettre du prénom de ma fille..."


Malgré le peu de public, la matinée est studieuse ! D'abord, il s'agit d'imprimer les lettres dont il manque un tirage papier, afin de disposer de tirages de l'ensemble des symboles produits sur plâtre.
Ensuite, préparation de l'espace et du matériel pour l'après midi : 3 groupes sont attendus !

Des adultes accompagnés par l'association Don Bosco, un groupe du Patronage Laïque de Recouvrance, et un autre du Groupe de Pédagogie et d'Action Sociale (GPAS) de Brest rejoignent la Fabrique citoyenne et poétique des Capucins l'après-midi. Un beau mélange pour une salle qui se transforme vite en fourmillière !


Après s'être présentés, Marion et Nicolas montrent différents exemples de ce que peut être une typographie.
Marion : "Vous voyez les panneaux autour des stations Recouvrance et Les Capucins, couverts de mots bizarre ? C'est l'oeuvre d'un artiste, Pierre Di Sciullo, qui a choisi de positionner le long de la ligne de tram tous les mots que l'on pouvait créer à partir des lettres R-E-C-O-U-V-R-A-N-C-E. On va faire un peu pareil, on va réinventer non pas des mots, mais des lettres."
Nicolas : "Ce qui est important, cet après midi, c'est que personne ne va se tromper. On est là pour inventer, donc il n'y a pas de bonne, de mauvaise proposition. Vous êtes libres."


"Attention, pensez bien à une chose : lorsque vous avez choisi une de vos esquisses, entraînez-vous à la reproduire à l'envers. Lorsque nous allons imprimer les gravures, elles apparaîtront dans le sens inverse. Pour imprimer à l'endroit, il faut donc dessiner... à l'envers !"

"C'est difficile de faire le 3 à l'envers..."
"Alors là, la chance, j'ai pioché un Y, la première lettre de mon prénom !"
"Nous, on adore les animaux, alors on va inventer des lettres-licornes."
"Tu penses que j'ai creusé assez profond ?"


Après avoir traversé toutes les étapes de l'atelier (et fait un concours d'empreintes de mains en poussière de plâtre sur la veste d'Anthony, l'un des animateurs...), c'est l'heure de la photo finale avec les réalisations !

Chaque participant·e repart avec les tirages de sa lettre : plus ou moins d'encre sur la presse, couleur rouge ou noir, papier blanc, vert ou rose, différentes possibilités sont proposées !
Marion et Nicolas gardent quant à eux les blocs de plâtre, les matrices. Cela leur servira à numériser les différentes lettres pour composer ensuite des mots, et tester la lisibilité de cette typographie participative.

Marsouin organise son séminaire annuel sur la société numérique les 28 et 29 mai 2020 à Lannion.
Comme chaque année, le but de cette grande rencontre pluridisciplinaire est de mieux comprendre les usages et transformations numériques et leurs impacts sociétaux. Les chercheur·e·s en sciences humaines et sociales questionneront les enjeux socio-économiques, politiques et éthiques des technologies et pratiques numériques. Les soumissions peuvent se faire sur l'un des thèmes proposés ou sur tout sujet traitant des effets du numérique sur les individus, sur les organisations et institutions, ou sur la société.

Appel à communications

aac_seminaire_marsouin_2020.pdf
Les propositions de communication pourront s'inscrire dans les axes suivants :
  1. Culture, média et sociabilités numériques
  2. Apprentissages, e-inclusion, empowerment numériques
  3. Big Data, intelligence artificielle et privacy
  4. Politiques, territoires, mobilités et numérique
  5. Economie, travail, innovation et numérique
  6. Santé, bien-être et numérique
Calendrier

Avant le 31 janvier 2019 : envoi des soumissions via seminaire@marsouin.org
9 Mars 2019 : décision du conseil scientifique
7 mai 2019 : clôture des inscriptions

Pratique

Dates : 28-29 mai
Lieu : ENSSAT, 6 Rue de Kerampont CS 80518, 22305 Lannion
Site Web de la Conférence : marsouin2020.sciencesconf.org (à venir)
Contact : contact@marsouin.org

Voir en ligne : https://www.marsouin.org/article118...

Cette initiative fait partie des 37 projets soutenus par la Ville de Brest dans le cadre de l'Appel à Projets "Usages du numérique" 2019.

Aide aux personnes en difficulté

Projet : Développement des permanences « La Plume Numérique » dans les centres sociaux de La ville de BREST – Augmentation de la capacité d'accueil (informatique)


Présentation de l'association nationale : AGIRabcd

AGIRabcd (Association Générale des Intervenants Retraités – action de bénévoles pour la coopération et le développement) est une Organisation Non Gouvernementale créée en 1983, qui compte à ce jour 3700 adhérents en France, issus de toutes origines socio-professionnelles. Elle accueille des retraités et également des personnes proches de la retraite.
Elle a été reconnue d'utilité publique en 1990 et agréée depuis 2008 par les Ministères de l'Education Nationale, de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, des Affaires Étrangères et de la Justice.
AGIRabcd est une association qui a pour objet de proposer et entreprendre, tant en France qu'à l'étranger, des actions de solidarité mettant à profit l'expérience professionnelle et humaine acquise par ses membres retraités. Ces actions sont menées en partenariat avec des associations, des collectivités, des administrations, des gouvernements ou des institutions internationales.
Elles s'exercent prioritairement au profit de populations défavorisées, en s'efforçant d'identifier leurs besoins et de susciter par leur concours actif, un véritable partenariat. Elles revêtent un caractère intergénérationnel et s'inscrivent dans un projet global. Elles sont réalisées dans le respect des principes et règles d'action définis par la Charte d'AGIRabcd.
L'association et ses membres qui acceptent une mission s'engagent à œuvrer en vue d'en assurer le succès. Cet engagement requiert de chacun une exigence de compétence, de disponibilité, de discrétion, de professionnalisme. Toutes les actions font l'objet d'une convention avec le partenaire, d'une évaluation écrite et d'un bilan en fin d'action.

Présentation de la Délégation Territoriale du Finistère.

AGIRabcd Finistère regroupe 95 membres, répartis sur le territoire. Afin d'être au plus proche des besoins des bénéficiaires et des partenaires, la délégation s'est organisée en 3 secteurs : Secteur Brest et nord du Département / Secteur Landivisiau – Landerneau – Morlaix / Secteur Quimper – Cornouaille. Chaque adhérent bénéficie d'une formation interne aux outils pédagogiques de chaque thématique de l'association.
Les principales thématiques développées sur le Finistère par les membres d'AGIRabcd sont les suivantes :
Les savoirs fondamentaux :

  • Permanences « La Plume Numérique » : Aide administrative pour contribuer à la lutte contre l'exclusion sociale, et particulièrement la fracture numérique.
  • Accompagnement individualisé à l'utilisation des outils numériques (internet, messagerie, bureautique…)
  • Aide à l'apprentissage du français et autres matières scolaires
  • Actions préventives pour une meilleure maîtrise de son budget personnel ou familial

Métiers, emplois

  • Auprès des jeunes : parrainage, simulation d'entretien de recrutement, animation « image professionnelle », budget.
  • Auprès des adultes : accompagnement à la recherche d'emploi, aide à la création d'entreprise, gestion du stress.

Mobilité, déplacement

  • Auprès des jeunes et adultes : Conduite supervisée - vocabulaire du code de la route
  • Auprès des seniors : évolution du code de la route – sensibilisation aux dangers piétonniers – sensibilisation à l'arrêt progressif de la conduite automobile et réflexion vers d'autres modes de déplacement.
  • Santé et lien social
  • Prévention des accidents domestiques pour les seniors
  • Assistance aux examens pour les étudiants en situation de handicap.

Les activités à l'étranger sont principalement des actions de transfert de compétences au profit d'organismes publics ou privés, ou du monde associatif, dans le cadre de l'aide au développement.

Projet : Permanences « La Plume numérique »


Quels sont les objectifs de l'action ?

  • Aider des personnes adultes du territoire ayant des difficultés avec la lecture, l'écriture, la compréhension et la rédaction de documents, et de plus en plus assistance aux démarches dématérialisées par internet.
  • Redonner de l'autonomie à la personne et lui permettre de faire valoir ses droits et retrouver un statut social.
    • Orienter vers les instances compétentes si nécessaire.

Quel en est le contenu ?

Face aux difficultés croissantes des populations des quartiers « politique de la ville », nous proposons trois permanences hebdomadaires sans rendez-vous, gratuites, anonymes et confidentielles, assurées par des équipes de bénévoles composées de 2 à 3 personnes :

  • Centre Social de Kérédern le mercredi matin de 9 h 30 à 11 h 30
  • Centre Social de Kérangoff le mercredi matin de 9 h 30 à 11 h 30
  • Maison de Quartier de Lambézellec le vendredi matin de 9 h 30 à 11 h 30 (depuis mai 2019)

Pour information, l'association AGIRabcd assure des permanences « la Plume Numérique » dans 17 lieux d'accueil dans le Finistère, au sein des villes, mais également dans des communes rurales et à la maison d'arrêt.
Durant ces permanences nous proposons une aide pour comprendre ou rédiger un courrier personnel ou un document administratif, ou pour effectuer des démarches en ligne.
En cas de besoin, nous nous appuyons sur un réseau de contacts et de relais dans les différentes administrations ou associations.
Nous participons aux commissions Insertion des quartiers.
Par ailleurs, quatre bénévoles ont suivi la formation délivrée par la recyclerie « un peu d'R » et participent à la mise en place du projet « consigne numérique solidaire ».

Quels en sont les public(s) cible(s) ?

• Publics en difficulté, notamment pour l'utilisation des outils numériques et des démarches administratives en ligne
• Habitants des quartiers d'intervention prioritaire de la ville de Brest.

Combien de personnes en sont bénéficiaires ?
- En 2018, nous avions accueillis 300 bénéficiaires lors des permanences de Kérangoff et
Kérédern.
• Sur le 1er semestre 2019, près de 200 personnes (197 exactement) ont été accueillies dans les 3 permanences « La Plume numérique » sur la ville de Brest. Cela représente 417 heures de bénévolat.
Il est à noter une augmentation significative du nombre de personnes reçues en 2019.

Calendrier du projet : Mise en place des nouveaux moyens informatiques au cours du 2ème semestre 2019.

Cette initiative fait partie des 37 projets soutenus par la Ville de Brest dans le cadre de l'Appel à Projets "Usages du numérique" 2019.


Présentation de l'organisme porteur du projet

L'association Les Amarres, implantée au centre social et culturel de Keredern dispose d'un agrément centre social délivré par la Caisse d'Allocations Familiale.
Dans ce cadre, son projet s'oriente autour des trois principes suivants :
Le plaisir de vivre ensemble des moments importants pour chacun, d'être solidaires...
Pour que les personnes puissent se retrouver et s'ouvrir aux autres, nous voulons créer plus d'occasions de rencontres et de projets communs.
La valorisation des personnes, les encouragements à partager les savoir-faire. Nous mettons nos compétences de bénévoles au service de tous, et nous en développons de nouvelles... Nous voulons que les personnes qui s'investissent soient reconnues, et nous souhaitons continuer à valoriser cela à travers des films, des photos, des temps forts.
Faire ensemble : pour que toutes les personnes, seules ou en famille, jeunes ou pas, soient bien accueillies et trouvent un espace qui leurs convienne. Cela passe par une ouverture, une écoute, etpar le travail en partenariat, qui permet à l'association d'enrichir ses propositions.

Partenaires du projet
• UBO (étudiants bénévoles encadrants)
• Fédération des centres sociaux
• Région Bretagne
• Quartiers libres tv

L'accompagnement aux usages du numériques
L'atelier tablettes numérique
Depuis quelques années, on sait que les tablettes ont progressivement ouvert à des publics économiquement défavorisés un accès à de multiples services.
Au centre social & culturel Les amarres, on a effectivement pu observer des sollicitations de plus en plus nombreuses de la part des habitants sur des questions liées aux tablettes numériques.
Jusqu'à présent, des cafés tablettes étaient proposés chaque mois. Le café tablette est une formule où les personnes viennent avec leurs questions et les partagent avec le reste du groupe.
L'animateur (professionnels ou bénévole) répond aux interrogations, guide le groupe et peut faire découvrir une application utile au quotidien. Ce temps connaît un vif succès avec une fréquentation mensuelle significative.
Nous proposons donc dès la rentrée 2019, un atelier hebdomadaire qui permettra de répondre à une demande correspondant à des besoin plus actuels.
Dans le cadre de ces ateliers, les personnes auront la possibilité de s'inscrire dans le parcours « Visa Internet Bretagne » qui leur permettra d'obtenir un certificat d'aptitudes aux usages numériques remis par la Région. Le parcours vise à apprendre à utiliser internet mais aussi à rendre les personnes autonomes avec l'outil : consulter ses courriels, faire des recherches sur internet, faire ses demandes administratives en ligne (emploi, aides, impôts,...) ou comprendre l'utilisation des réseaux sociaux.
Pour cela il est préférable de remettre notre matériel au goût du jour car il arrive fréquemment que nos outils soient victimes d'obsolescence du fait des mises à jours qui ne se font plus.
Nous avons donc besoin de 2 tablettes qui correspondront aux usages actuels des utilisateurs.
Les ateliers sont également l'occasion de sortir, se retrouver, rencontrer de nouvelles personnes et s'entraider. Des temps plus conviviaux sont parfois organisés dans l'année. Pour ces raisons, qui font partie des missions première des centres sociaux, nous proposons des sessions qui durent toute une année (de septembre à juin). Ainsi avec le temps la dynamique de groupe s'installe et évolue.

Objectifs de l'atelier tablette :
• Encourager l'expression des habitants
• Soutenir et valoriser le partage des savoirs
• Faciliter l'accès aux droits
• Prendre confiance en soi
• Rompre l'isolement
• S'ouvrir culturellement
Des reportages en images par les enfants
L'espace public multimédia (epm) participe chaque semaine aux activités de l'accueil de loisirs du centre social. Les enfants ont le choix entre plusieurs activités, l'espace multimédia propose dans ce cadre des animations liées au numérique (jeux numérique, création multimédia, etc.).
Très régulièrement, des sorties sont organisées. Dans ce cadre, nous invitons les enfants à servir de matériel numérique tel que les caméras et les appareils photo. Cela suscite de l'intérêt chez eux et les amène à s'impliquer dans ces sortie d'une manière différente.
Les enfants considèrent souvent que ce sont les parents qui manipulent ces outils, pour des pratiques familiales, des vidéos souvenir. Le but des actions de reporting est de démontrer qu'à leur âge aussi on peut utiliser ces outils et que la photo et la vidéo peuvent également être abordées dans d'autre style : l'interview et le documentaire. Ils découvrent à cette occasion que les aspects techniques ( la prise de vue et le montage ) peuvent s'avérer plus vastes qu'on peut l'imaginer.

L'ensemble des activités de reportage sont conjointement menées par l'Espace Multimédia, l'Espace Lecture Écriture et le secteur enfance du centre social.
Cette activité se verra proposée aux enfants à partir de 8 ans.
Objectifs du projet
> Favoriser l'expression et la créativité des enfants par la vidéo, la photo, le son et l'écrit.
> Acquérir des connaissances techniques sur l'utilisation de matériel audiovisuel : et les logiciels de traitement vidéo et photo.
> Acquérir des connaissances culturelles sur les sujets abordés lors des reportages.
> Valoriser les enfants par la par le partage de leurs travaux

Centre social de Keredern - Association Les Amarres
4, rue messager - 29200 Brest
Tel : 02 98 03 60 13
Responsables du projet : Henriane Le Gouill / David Levaufre (Iceo)
Association Les Amarres / ICEO
4, rue Messager - 29200 BREST
Tel. 02 98 03 60 13 - Fax. 02 98 47 55 99
henriane.legouill@lesamarres,org

Le Centre d'Appui à la Pédagogie (CApP) accompagne et forme la communauté pédagogique de l'EHESP dans le but de faire évoluer les enseignements vers d'autres pratiques (pédagogie active, par compétences, jeu sérieux, classe inversée, ...). Il vise à soutenir les initiatives pédagogiques créatives, innovantes, numériques pour une meilleure réussite des apprenants dans leur parcours.
Le CApP réalise et accompagne à la réalisation des supports pédagogiques. Ainsi, il veille à ce que ces supports soient accessibles à tous.
Dès la conception, les ingénieurs pédagogiques veillent à l'ergonomie des supports écrits et à ne pas créer de surcharge cognitive pour les apprenants, tout en s'assurant d'une multi modalité des ressources proposées (vidéos, site web, fichier PDF à télécharger…).
Dans le cas de conception de vidéos, ils garantissent également la corrélation entre le discours oral de l'intervenant et des supports visuels affichés. Par exemple, si un tableau apparaît, il doit être expliqué à l'oral. Si cela n'est pas le cas, cela créé une surcharge cognitive. L'apprenant risque d'être distrait par le visuel et ne plus écouter le discours. Les vidéos sont également sous-titrées, ce qui permet leur accès non seulement aux personnes malentendantes mais également aux personnes en situation d'empêchement technique (par exemple pas de son sur un ordinateur) ou physique (dans un train). Avec le même objectif, la transcription du texte des vidéos est également proposée au téléchargement au format PDF.
Lors de webinaire (séminaire vidéo en direct et en ligne), l'école fait appel à un interprète en Langue Signée Française.
Ce soin particulier à l'ergonomie et accessibilité est également apporté à la plate-forme pédagogique en ligne de l'EHESP (REAL) sur laquelle sont diffusés les supports pédagogiques, ce qui assure une cohérence globale des formations.

Outre ces aspects concernant les ressources numériques, l'EHESP prête une attention particulière aux espaces physiques d'accueil de ses apprenants. Depuis 2016, l'école met en place des nouveaux aménagements d'espace afin d'expérimenter des solutions de travail collaboratif et des faciliter les différents usages des apprenants, des personnels et des enseignants. Ces aménagements sortant des sentiers habituels « table et chaise » pour des solutions modulables (chaises avec tablette sur roulettes), incluent les personnes en fauteuils roulants en mettant à disposition des tables adaptées et également mobiles dans chaque salle.
Afin de ne pas discriminer les personnes en situation de handicap, les tables ne sont pas estampillées d'un logo, ce qui permet de les utiliser pour d'autres usages : mettre à disposition des documents, utiliser dans des jeux de rôles avec des jury…
Le déploiement de solutions numériques permettant de diffuser sur l'ordinateur de chaque apprenant le support de formation participent également à l'accessibilité des ressources.

Pour notre 37e soirée des controverses on parlera cybersécurité avec Valérie Rabaste. Consultante et fondatrice de Prizius conseil.

Valérie abordera plusieurs thèmes afin de bien comprendre l'importance de ce sujet complexe.

  • Le cyberespace : nouveau territoire de « jeu » pour les criminels-
  • Cybersécurité : Constat actuel-
  • les différentes attaques / les pratiques des hackers-
  • Sensibilisation et cyberrésilience : la responsabilité de chacun ?
  • – Video de Thales « Vis ma vie de RSI » relative à la gestion de la cybersécurité
  • L'hygiène : les bonnes pratiques recommandées –
  • Les tendances futures –
  • Bibliographie

Lors du débat nous parlerons aussi des libertés individuelles qui pourraient être menacées en cas d'usages abusifs de ces systèmes de protection.

Rendez-vous

Vendredi 13 décembre 2019 / à partir de 19 h 45
La Fabrique du Loc'h
8, rue Georges Clémenceau / AURAY

Entrée gratuite / Libre participation Apéro participatif

Participation au débat sur Twitter #CNCampTIC

A l'initiative de Repair Café Iroise se met en place un réseau de Repair Cafés finistériens.

Sur Plougonvelin, le Repair Café Iroise invite toute personne à rapporter : jouets, vêtements, vélos, objets déco, petit électroménager, outillage, appareils audiovisuels, informatique… afin de les réparer ; ensemble, pour un nouvel usage. Le but est clair et simple : éviter le gaspillage … et en plus c'est gratuit.

Le Repair Café Iroise se tient (sauf juillet, août, décembre) :
– le deuxième mercredi du mois de 16h à 20h
– le dernier samedi du mois de 14h à 18
– la prochaine séance se tiendra à la salle Salle Hippocampe au Trez-Hir à Plougonvelin, le 8 janvier 2020 de 16h à 18h

Pages

S'abonner à Amis du PNR Rance-Emeraude agrégateur - Actu Démocratie participative