Actu Démocratie participative

Un articlerepris du magazine Bruded, un site sous licence CC by sa

Le 28 septembre 2019, de 10h à 18h, se tiendra à Langouët (35) le premier Forum des cafés collectifs de proximité de Bretagne. Initié par 6 cafés bretilliens dont 5 se trouvent sur des communes adhérents de BRUDED (La Cambuse à Langouët, Un café des possibles à Guipel, le Bar'zouges à Hédé-Bazouges, le Bar'dac à Saint-Aubin du Cormier, Le Guibra à Saint-Sulpice-la-forêt et Chez Léonard à Andouillé-Neuville), il a pour vocation de questionner du rôle sociétal des cafés associatifs.
A la fois, espace de vie économique, culturelle, et acteurs du développement local et durable. Chacun de ces lieux, agit sur son territoire, et partage des expériences et des questionnements communs.

L'après-midi, 4 ateliers permettront d'échanger entre les participants :

– A quoi faut-il penser quand on créé un café de proximité ?

– Le rôle et la place des cafés dans le développement local

– Comment s'anime un café et comment impulser une plus forte participation ?

– Comment organiser un concert ou spectacle dans nos lieux ?

et le soir, soirée festive !

Ce forum est ouvert à tous les cafés désireux de participer à ce temps d'échange, aux élus locaux du territoire et à tous les curieux.

Un articlerepris du site Bruded, un site sous licence CC by sa

Près de 30 personnes étaient présentes lors de la visite organisée par BRUDED le 18 juin 2019 pour découvrir les démarches entreprises par l'équipe municipale de Gourlizon durant le dernier mandat pour revitaliser le centre-bourg. Le bourg était en “déshérence” malgré un nombre important de jeunes ménages et d'enfants à l'école. C'est ainsi que la municipalité a choisi de mettre en œuvre de nombreuses actions.

Après des études et un travail avec les partenaires (CAUE 29, Finistère ingénierie assistance, conseil départemental, Finistère Habitat, Communauté de communes du Haut pays bigouden), la commune a démarré les gros travaux en 2017. Les premiers aménagements se sont faits autour de l'accueil des jeunes et des moins jeunes. Un espace”intergénérationnel” conçu avec les habitants lors de réunions publiques accueille aujourd'hui une halle couverte devenue un parc à jeux de boules, un espace jeux pour les plus petits avec des aménagements adaptés aux parents qui les accompagnent et un espace jeux pour les ados.

Pour pallier la fermeture de la boulangerie et dernier bistrot, la commune avait incité les habitants à créer un bar “associatif” temporaire qui faisait dépôt de pain. En parallèle, la commune a travaillé avec la Communauté de communes qui a racheté un ancien bâtiment qui sera ensuite démoli pour laisser place à une nouvelle construction. Ce nouveau commerce “bar – épicerie – petite restauration” n'a pas mis longtemps a trouver un gérant : des habitants de la commune cherchant justement à s”installer étaient demanders d'un tel lieu. Ouvert depuis fin 2018, le commerce fonctionne très bien pour le plus grand bonheur des habitants. Le bar associatif a donc pu fermer ses portes.

Des logements sociaux (qui seront livrés à l'automne 2019) ont été créés par Finistère Habita, le “bailleur des campagnes” dans une nouvelle construction qui est venue remplacer une ancien bâtiment en mauvais été et donc démoli. Ce sont trois logements en coeur de bourg qui verront ainsi le jour.

La dernière phase de travaux, et la plus “spectaculaire” est celui des espaces publics et de l'entrée de bourg. Les élus ont clairement choisi de “tourner une page de l”histoire de la commune qui s'appuyait beaucoup sur celle d'une famille importante“. En lien avec les partenaires et les habitants, les élus ont fait le choix e démolir plusieurs bâtiments en entrée de bourg pour ouvrir les perspective sur l'église qui était jusqu'alors cachée et donner un aspect plus accueillant. Une fresque murale sur un pignon ainsi découvert permet de donner une touche esthétique et colorée.

Les échange set questions ont porté sur le rôle des partenaires : Finistère Habitat a investi près de 350 K€ pour créer ces logements alors que la communauté de communes a porté l'achat et la démolition de 2 bâtiments (600 K€). La problématique du commerce dans des petits bourgs est aussi une question qui inquiète les élus.

Il est relativement facile de créer un commerce pour un premier gérant ; les choses se compliquent lorsqu'il y a transmission et que le projet ne correspond plus complètement aux nouveaux gérants

Les coûts :

L'ensemble des opération a coûté 1,3 M€ HT, tout confondu

Contact

_* Emmanuelle Rasseneur, maire – 02 98 91 08 92 – gourlizon.mairie@orange.fr

Rédigé en juillet 2019

La municipalité a travaillé avec le « TAg (Trajectoires Agiles) 29 » qui l'a accompagnée à mettre en place un espace de travail partagé à l'étage de la Poste, situé dans le prolongement de la Maison pour tous, mitoyenne de la Mairie. Ce lieu de travail comporte trois espaces distincts : une grande salle de réunion, un « espace ouvert » avec quatre bureaux et deux bureaux partagés (fermés). Ce local, propriété de la commune a nécessité un simple rafraîchissement pour être opérationnel : peinture, ameublement (avec récupération de mobilier) et aménagement de la cuisine. Servant auparavant de logement de secours (qui est à ce jour transféré dans un autre local), il comporte donc tout le confort nécessaire : salles de travail, sanitaires, cuisine… Les équipements mis à disposition sont nombreux : imprimante, accès internet en filaire (pour éviter la wifi et diffusion des ondes), bureau, cuisine, sanitaires…

Le règlement intérieur a été défini (voir plaquette de présentation) : modalités d'usage des locaux (espaces communs, respect…), entretien, coûts…

La commune a mis en œuvre ce projet très rapidement. Les élus sont allés à la rencontre de projets existants (Rostrenen, Plouvorn, Landivisiau…) et ont choisi de contractualiser avec le TAG 29 pour les aider à le réaliser. Le 20 juin 2019, le TAG 29 a organisé une journée « portes ouvertes » pour faire découvrir les lieux. Aujourd'hui, une personne est installée alors que deux autres se sont montrées très intéressées. L'inauguration officielle aura lieu en septembre.

Le TAg 29 continuera à accompagner la commune pendant encore quelques mois pour mettre en place ce nouvel outil : une page facebook sera créée, un mode de fonctionnement plus précis établi et une communication plus large auprès des publics intéressés sera mise en place, comme l'intégration de la plateforme numérique des espaces de travail partagés. La commune a déjà communiqué par le biais se son bulletin municipal et la presse.

La touche finale de décoration viendra en fin de course, mais ne sera pas négligée.
En savoir plus

Plaquette de présentation / bureau partagé Plougonven

Le TAg 29

Contacts

  • Yolande de Ternay, adjointe – Mairie Plougonven – 02 98 78 64 04
  • Gwendal Evenou, TAg 29

18h32 n'est plus très loin... Les compagnies sont installées, les gradins montés, les moquettes déroulées, les bénévoles attentifs : la 31e édition des Jeudis du Port peut commencer !


Venus de Madagascar à l'occasion de leur tournée estivale, Les Zolobe, en collaboration avec Les Matapeste, ont ouvert la soirée d'arts de la rue avec Zarazarao.


Les retardataires essayent de trouver le meilleur point de vue pour apprécier le spectacle !


Zarazarao, "faut partager !" en malgache, raconte l'histoire de trois clowns qui ont faim... Subtilement mis en musique, ce spectacle a enchanté les familles venues nombreuses en ce début de soirée.


Pour revoir Zarazarao dans l'œil de Jacques, c'est par ici !


La compagnie rennaise Primitif prend tout de suite le relais sur le Parc à Chaînes, avec le spectacle Jungle Trip. Progressivement, 4 danseurs et 1 circassien abandonnent leurs mouvements primitifs pour laisser éclater dans leur corps, chacun à sa façon, ce que leur inspire la musique.


Pour revoir l'épopée darwinienne de Jungle Trip dans l'œil de Jacques, c'est par ici !


Arts de la rue, concerts, espace familles, les spectateurs font leur choix dans la quinzaine de propositions artistiques que leur réserve la soirée. Il y en a pour tous les goûts, pour tous les âges !


La foule atteint son zénith avec "Les Zolobe en concert". Les artistes encouragent les spectateurs à se mettre debout, et c'est parti pour une découverte des morceaux traditionnels du Nord de Madagascar !


On vibre aux sons de la kabosy (guitare traditionnelle), on esquisse quelques pas de danse, la belle énergie des Zolobe nous embarque.
Pour revoir Les Zolobe en concert dans l'œil de Jacques, c'est par ici !


La soirée d'arts de la rue s'achève avec une des premières de l'adaptation à la rue de Pangée, une création que la cie Primitif transfère de la salle à l'espace public. Avec 4 structures roulantes s'opère la séparation des continents, laissant les hommes choisir leur direction.


Dans la nuit qui tombe s'achève le premier Jeudi du Port de la saison !

Un articlerepris du site du réseau Bruded, une publication sus li ence CC by sa

L'ULAMIR-CPIE (Lanmeur) travaille avec la commune de Saint-Jean-du-Doigt depuis plus d'un an pour mettre en valeur la biodiversité communale et sensibiliser un large public. Ils travaillent ainsi sur la réalisation d'un atlas de la biodiversité communale avec les habitants et sur l'aménagement d'un sentier d'interprétation qui sillonne le territoire communal. Dans le cadre de cet « ABC », le CPIE a été créé un « sac à dos » pour permettre au grand public de découvrir la nature et enrichir les connaissances. En plus de ce sac à dos, des outils de sensibilisation, type signalétique “biodiversité” seront installés sur la commune dans le cadre du projet CHEMINS sur lequel les CPIE bretons travaillent depuis trois ans afin de mettre en œuvre la trame « verte et bleue » dans les collectivités.

Le premier prototype de ce sac vient d'être réalisé et sera testé sur la commune de Saint-Jean-du-Doigt durant l'été. Ce sont 3 ou 4 sacs qui seront ainsi mis à disposition du public curieux de découvrir la nature et ses trésors.

Que contient-il ?

Un livret pour découvrir le sentier d'interprétation jalonné de stations c'est le pouillot véloce, petit oiseau commun des jardins qui servira de fil conducteur à a balade
Un lecteur MP3 avec le chant des oiseaux
Un puzzle/jeu
Un guide d'identification des arbres (réalisé par l'office nationale de la forêt)
Un guide de reconnaissance de la flore (Bretagne vivante)
Une paire de jumelles
- Deux cadres pour aider à lire et dessiner le paysage
Loupes d'observation, boîtes capture insectes

Comment ça marche ?

Un particulier, une famille emprunte le sac gratuitement (moyennant le dépôt d'une caution) en mairie ou à l'office de tourisme pour une demi-journée ou une journée et part à la découverte des sentiers pour observer les paysages, la faune, la flore…

Des animations

Pour les personnes désireuses de se faire accompagner pour mieux utiliser cet outil, le CPIE de Lanmeur proposera aussi une série d'animations/balades encadrées par des animateurs nature.

L'idée est donc de partager au maximum les plaisirs de mieux connaître et reconnaître la nature qui nous entoure. Si le sac à dos fonctionne bien, il pourra faire « des petits ». Le coût d'un sac garni est de 300 €, à la charge du CPIE dans sa version « test » mais à la charge des collectivités qui voudraient développer le concept… à bon entendeur !

En savoir plus

Plaquette de présentation du programme « Chemins » / Union Régionale CPIE
Contacts

  • Maryse Tocquer, maire et René Le Tallec, adjoint
  • Michaël Tanghe, chargé de mission environnement ULAMIR – CPIE

Le 22 juin 2019, sous un soleil de plomb, la nouvelle épicerie-bar de Séglien « Tavarn Seglian » était inaugurée officiellement avec de nombreux partenaires : sénateurs, conseillers régional et départemental, Pontivy communauté, pays de Pontivy et de nombreux maires des communes voisines. Une centaine de personnes étaient présentes.

Le projet qui a mis plus de 3 ans à aboutir est une belle réussite pour la commune et ses habitants. Le commerce est aujourd'hui tenu par un couple de gérants (qui ont aussi une activité professionnelle complémentaire) qui y a investi beaucoup de temps et d'argent également pour rendre les lieux conviviaux.

Le logement (T3) rénové à l'étage a trouvé preneur très rapidement et le four à pain à l'arrière a été restauré par les chantiers nature de Pontivy communauté.

Laurent Ganivet, maire et Jean-Michel Le ray, son adjoint n'ont pas ménagé leurs peines pour faire aboutir ce projet, semé d'embûches.

Sans une très forte volonté politique complétée d'une forte implication personnelle des élus, un tel projet n'aurait pas pu se faire.

Une visite sera organisée conjointement avec la commune de Silfiac, sa voisine, qui a aussi inauguré cette année une nouvelle épicerie-bar en cœur de bourg en septembre

En savoir plus

page projet

+ d'infos sur Séglien (56)

Contact

Laurent Ganivet, maire et Jean-Michel Leray, adjoint – mairie.seglien@wanadoo.fr – 02 97 28 00 66

Un article repris du site de Bruded, une publication sous licence CC by sa]

Comment pallier la vitesse excessive en centre-bourg, capter le regard des automobilistes ou juste donner un aspect plus esthétique à un bâtiment un peu fatigué, et ce, à moindre frais ?… Des communes se lancent dans la mise en œuvre de peintures murales ou au sol toutes aussi variées qu'originales. Ces « œuvres » n'ont pas toujours seule vocation à être esthétiques : elles sont aussi parfois de simples « cache-misère » pour effacer la vacance ou l'état de délabrement de certains bâtiments. Mais c'est aussi un moyen parfois très efficace pour capter l'attention des automobilistes qui seront peut-être plus attentifs et lâcheront l'accélérateur le temps de franchir le bourg : un moyen simple et peu onéreux de faire d'apaiser la circulation automobile dans les bourgs…

Ces réalisations sont d'origine variées. Certains choisissent de travailler avec des artistes peintres « professionnels » auprès de qui ils passent commande alors que d'autres organisent des chantiers participatifs avec des habitants, parfois même des jeunes, encadrés par des professionnels : grapheurs, artistes peintres locaux.

Plouguerneau (29) : passages piétons

En lien avec la mairie et avec l'aide des services techniques, 6 personnes ont réalisé les fresques colorées : designers à la retraite, membres de l'association Takou musical du Grouaneg et 3 anciens élèves de l'association Gribouille. Ces œuvres marquent l'entrée de centre-bourg en zone partagée, limitée à 20 km/h.

Laurenan (22) : carrefour cœur de bourg

Sur l'idée de l'architecte, maître d'œuvre du projet de revitalisation, ce sont les habitants qui ont réalisé la fresque, encadrés par des artistes de la commune. Après accord du Département, cette œuvre permet de « perturber » l'automobiliste dans cette zone de partage à 20 km/h. Cela a coûte 900€ de peinture.

Gourlizon (29) : fresque murale entrée de bourg

Dans le cadre des opérations de revitalisation du centre-bourg, les élus ont choisi de travailler avec une artiste professionnelle installée à Pont Aven qui avait préalablement réalisé des œuvres collectives avec les habitants. Une fois d'accord avec le motif envisagé, un échaffaudage a été monté et l'aide des services techniques nécessaire. Coût de l'opération : 10 K€

Le Cloître St Thegonnec (29) : un pignon en cœur de bourg

En 2019, les élus sont abordés par une association bretonnante locale qui propose de réaliser une fresque murale sur le pignon d'une maison, propriété communale en cœur de bourg. Les élus, enchantés ont dit banco. Coût de l'opération : 0 €

Botsorhel (29) : trompe-l'œil pour « habiller » un bâtiment

La mairie, propriétaire du bâtiment en face de la mairie sollicite un artiste peintre bénévole de la commune pour y réaliser un « trompe-l'œil » pour cacher le mauvais état de la façade et apporter une touche colorée au bourg. Coût de l'opération : le prix de la peinture

Guerlesquin (29) : des vitrines en trompe l'œil

La commune souffre d'un abandon des commerces en cœur de bourg. Alors qu'elle met en place un projet d'envergure pour redynamiser l'ensemble, elle a choisi de réaliser des trompe-l'œil en forme de vitrines de commerces en lieu et place des boutiques aujourd'hui fermées.

Laz (29) : graphe avec les jeunes de la commune

Les élus ont travaillé avec un grapheur pour réaliser une fresque sur le pignon du bâtiment situé à proximité des terrains de sports. Les jeunes de la commune ont été impliqués pour peindre l'œuvre.

La Science en bas de chez toi est un dispositif coordonné et animé par Les petits débrouillards permettant « d'aller vers » des publics enfance et jeunesse et ainsi leur proposer des loisirs scientifiques et techniques pendant les grandes vacances !

Un site d'animation est installé quotidiennement sur l'espace public, dans un lieu visible et passant au cœur d'un quartier prioritaire de la ville. Le site d'animation suscite l'intérêt et attire, la présence des partenaires permet de créer un climat de confiance pour les familles.

Les animations sont gratuites, de 14h à 17h.

Biodiversité et nature en ville, architecture et aménagements urbains, santé, alimentation sont les thèmes de ces semaines d'animation !

Nous retrouver cet été :

du 8 au 11 juillet, square Charles Dullin et square de Copenhague / quartier Bréquigny

du 16 au 18 juillet, square des Grisons / quartier Le Blosne

du 22 a 26 juillet, square des hautes Ourmes / quartier Le Blosne

du 29 au 31 juillet, allée de Lucerne / quartier Le Blosne

du 26 au 29 août, Centre Alain Savary / quartier Le Blosne

La Science en bas de chez toi est une action porté par le réseau des petits débrouillards à l'échelle nationale, avec une programmation sur le territoire rennais d'une vingtaine de journées d'animation chaque année, principalement en période estivale.

En partenariat avec : La Maison de Suède, ATD Quart Monde et Le Relais, service de prévention spécialisé

Avec le soutien de : Ville de Rennes, le conseil départemental Ille-et-Vilaine, Archipel Habitat, Néotoa, CGET

L'article Rennes / Programme du dispositif “La Science en Bas de Chez Toi !” est apparu en premier sur Les petits débrouillards.

Voir en ligne : https://www.lespetitsdebrouillardsg...

Durant toute la semaine du 8 au 12 juillet de 14h à 17h, Arnaud et Patrick ont accueilli dans les locaux du Séquoia (pôle sciences et environnement du quartier des Dervallières à Nantes) douze enfants âgés de 8 à 14 ans afin de découvrir le numérique.

Au programme : de la robotique, de la programmation ou encore la découverte de la pensée informatique et le démontage d'objets électroniques.

En plus de toutes ces notions, les douze petits débrouillards ont pu monter leur propre projet, seul ou en groupe, afin de le présenter à leurs parents en fin de semaine autour d'un goûter.


Le moins que l'on puisse dire, c'est que la valorisation de leur travail en a épaté plus d'un !

C'est en effet avec passion et assurance que les projets ont été mis en avant par leurs jeunes créateurs, avec entre autres des productions de jeux vidéos, de générateurs qui fonctionnent à l'eau, ou encore la programmation de robots capables de se déplacer en autonomie et même de ramener un objet tout seul.

L'article Nantes. Stage Connecté.e.s, déconnecté.e.s est apparu en premier sur Les petits débrouillards.

Voir en ligne : https://www.lespetitsdebrouillardsg...

un document pdf (32 pages) : https://www.vertlejardin.fr/IMG/pdf/rapport_activite_2018_vert_le_jardin-2.pdf

en voici quelques extraits :

Animation

Jardins partagés

Nous recensons 455 jardins partagés en Bretagne : 9 200 habitants-jardiniers sont impliqués dans un projet de jardin collectif sur le territoire.

En 2018, 65 de ces jardins partagés sont animés régulièrement(rendez-vous hebdomadaire ; tous les 15 jours ) ou de manière ponctuelle. Lors de ces temps d'animation (durée 3h00 en moyenne) il s'agit de :

  • Accompagner le groupe de jardiniers dans l'activité de jardinage : organisation du collectif, planification des plantations et récoltes..
  • Animer le groupeau besoin faire de la médiation entre les acteurs du projet,résoudre les conflits, accueillir de nouveaux publics...
  • Maintenir une dynamique de projet : mettre en œuvre des projets d'aménagement et/ou d'animation en concertation avec les jardiniers et les partenaires du projet
  • Aménager et entretenir naturellement l'espace jardin

Le compostage partagé

Dans le cadre de deux marchés publics signés avec Brest métropole et Rennes Métropole, Vert le Jardin accompagne les habitants des territoires concernés, à la gestion des aires de compostage de proximité.

  • Brest métropole : 148 sites de compostage
  • Rennes Métropole : 460 sites de compostage
  • En 2018, St Brieuc Agglo et Kerval signent une convention annuelle avec Vert le Jardin pour la mise en œuvre d'une action similaire sur leur territoire : 70 sites de compostage

Les animations des sites de compostage partagés prennent les formes de

  • Café compost : rendez vous sur site de compostage pour informer les habitants d'un quartier ou d'une résidence
  • Rencontre Habitants-composteurs : animation du réseau de référents

voir aussi
La gestion des déchets et opération de broyages composteurs
Les 26 animations compostage et paillage
Les 24 initiatives de compostage en restauration collective
Les 30 ateliers conserverie
Les 14 fêtes de saisons dans 16 jardins différents
Les manifestations grands publics
Les espaces de vie sociale
Les chantiers collectifs

L'accompagnement de porteurs de projet

Jardin partagé : La méthodologie de Vert le Jardin pour accompagner les projets de jardins partagés repose sur la concertation et peut prendre diverses formes : accueil de groupes et visites de jardins partagés, animation de réunions publiques, porte à porte. Il s'agit de mobiliser et informer le plus grand nombre de la création et/ou la redynamisation d'un jardin partagé. En 2018, 60collectifs d'habitants ont été accompagnés en Bretagne

Compost partagé : selon la méthode d'accompagnement de projet reposant sur la concertation, Vert le Jardin accompagne les habitants à mettre en place des actions de compostage collectives de proximité. En 2018, 48 sites de compostage collectif ont été aménagés et mis en fonctionnement

Formation :Vert le Jardin propose des formations pratiques et théoriques autour des thématiques du Jardinet compost partagé (techniques et gestion de groupe) 400personnes formées en 2018 à travers la Bretagne.

et aussi
lettre d'information (2400 abonnés)
accompagnement de jeunes
ateliers d'insertion
jardiner c'est la santé
les maisons du jardinage pour tous

la suite sur ce très riche bilan

Toute la semaine du 15 au 18 juillet de 14h à 17h, le Séquoia (pôle sciences et environnement du quartier des Dervallières à Nantes) fut le théâtre de drôles d'expérimentations mécaniques, donnant des machines … infernales ! ------------------------------------------------------------------ Onze enfants âgés de 6 à 12 ans ont pu découvrir et expérimenter un ensemble d'actions-réactions pour construire ensemble une machine, avec au programme de la propulsion, des engrenages, du frottement et toutes autres sortes de réactions physiques.


Après avoir observé et expérimenté quelques principes comme par exemple la pression, et visionné quelques vidéos de mécanismes, nos petits débrouillards ont pu se lancer sur leurs projets. ------------------------------------------------------------------------– Par petits groupes, alliant bricolage, programmation ou encore mécanique, ils ont contribué à créer une machine infernale unique, présentée auprès des parents lors du traditionnel goûter de fin de semaine.


Retrouvez ci-dessous en vidéo une partie de cette machine infernale :

Séquence vidéo - Stage Les Machines Infernales

L'article Nantes. Stage Machines infernales est apparu en premier sur Les petits débrouillards.

Voir en ligne : https://www.lespetitsdebrouillardsg...

Le 6 juillet dernier à Rennes, une quarantaine de sympathisant.e.s petits débrouillards s'est réunie à l'atelier « Éducation aux médias : et les sciences dans tout ça ? » organisé par le groupe média du comité local rennais. Résumé des échanges ayant eu lieu pendant cette après-midi.

C'est le format « World café » qui a été choisi pour animer ce échange, les participant.e.s pouvant réfléchir en petits groupes autour de trois tables : « La grande manipulation », « Ciel mon public » et « Et les sciences dans tout ça ? ». Plusieurs intervenant.e.s avaient été invité.e.s à se joindre aux discussions : Mehdi Derfoufi, chercheur en études cinématographiques, IRCAV, Université Sorbonne-Nouvelle, Gull, fondateur du site hacking-social.com, Xavier Milliner, coordinateur de la Corlab, Agathe Petit, rédactrice en cheffe du Labo des savoirs et David Puzos, doctorant en géographie de l'éducation, UMR Espaces et Sociétés, Rennes.

Construire son propre savoir

Crédit – Babosa's Scream – Pierre-Yves Le Du

Chaque jour, chacun.e de nous se construit, forme ses opinions, déconstruit ses préjugés ou au contraire trouve de quoi les conforter. Pour cela, nous pouvons produire nos propres expériences, données, mais recevons ou recherchons le plus souvent des informations transmises par l'intermédiaire de média.

Les discussions qui ont eu lieu sur cette première table ont ainsi permis de dégager plus points :

  • La culture de l'immédiateté, de plus en plus présente, prend souvent le pas sur l'analyse et la fiabilité des informations mises à notre disposition,

  • La notion d'heuristique de disponibilité (mise à profit d'une information dont un individu peut avoir le souvenir rapidement) a été évoquée dans le cas des faits divers rapportés par les médias. Ce processus est mis en œuvre lorsque la perception de la récurrence d'un événement est plus liée à la familiarité que nous lui attribuons qu'à une évaluation objective de sa probabilité.

  • La questions de la connaissance des intérêts économiques des médias (capital, partenariats, revenus publicitaires, revenus issus de l'utilisation des données des internautes, etc.) se posent quand on recherche une forme d'indépendance de l'information,

  • La question des lois « anti-fake news » et de la déconstruction des théories conspirationnistes ont été abordées, enlien avec nos actions d'éducation aux médias que nous menons auprès des jeunes en particulier. Définir le « fake » n'est pas chose aisée, cela nécessite de définir la vérité, qui est rarement objective et relève du consensus social.

Dans ce contexte, plusieurs pistes ont été citées pour développer son esprit critique face à la profusion d'information : utiliser l'approche scientifique, vérifier ses sources, rechercher les auteurs, savoir décrypter des images, construire ses propres images et manipulations du langage médiatique.

Les participant.e.s ont rappelé la nécessité de partir des pratiques médiatiques des jeunes, le besoin de rédactions de chartes de déontologie sur les réseaux sociaux, l'importance de l'éducation aux mécanismes de propagation sur internet (viralité), à la notion de « bulles d'information » et à la monétisation des contenus.

« Ciel mon public »

Crédit – Babosa's Scream – Pierre-Yves Le Du

Sur cette deuxième table dédiée aux publics, il a été question des processus de création des contenus médiatiques : pour être penser, produits et diffusés, les contenus médiatiques font appel à des démarches de création et mettent en œuvre des concepts scientifiques et techniques intéressants à prendre en considération dans nos activités éducatives. Ici, c'est la question du « faire avec » et du « apprendre par le faire » qui se pose. C'est par exemple le cas des radios associatives qui possèdent ce savoir-faire de création artistique et médiatique dans leur travail au sein des réseaux associatifs notamment.

La question de l'adaptation des médias à chaque public s'est aussi posée, questionnant nos propres manières de produire et de diffuser des contenus médiatiques et éducatifs.

Enfin, plusieurs idées et envies d'actions communes sont ressorties autour de la création de radio ou de blogs traitant de culture scientifique et technique.

Et les sciences dans tout ça ?

Crédit – Babosa's Scream – Pierre-Yves Le Du

Cette troisième table avait vocation à discuter des liens entre les sciences et les médias.

Les participant.e.s ont tous rappelé l'importance du travail de médiation pour éveiller la curiosité des publics sur ces sujets scientifiques. Plusieurs personnes ont noté que les médias faisaient souvent appel à des personnalités – extérieures aux rédactions – pour traiter des sujets scientifiques. Ces « experts » se retrouvent ainsi invité.e.s à s'exprimer mais l'appropriation du sujet par les rédactions elles-mêmes n'est pas forcément possible.

La question du financement des projets « médias et sciences » a été discutée : la mobilisation de bénévoles sur ce type d'actions est compliquée car les compétences à réunir sont nombreuses et les projets souvent longs à préparer ; les dispositifs de financement sont encore peu nombreux ou mal connu par les acteurs de la culture scientifique et des médias.

La question de la crédibilité des médias scientifiques a été rappelée : la relecture par les pairs, le financement et l'indépendance éditoriale, la citation des sources, les sujets mettant en avant la méthodologie et la mise en parallèle des différentes études sont importants, la participation des citoyen.ne.s à la production et la vérification des données (exemple de Wikipédia). Enfin la notion d'éthnocentrisme a été évoquée, tout savoir scientifique s'inscrivant dans un contexte culturel donné.

L'article Retour sur l'atelier d'échange “Education aux médias : et les sciences dans tout ça ?” est apparu en premier sur Les petits débrouillards.

Voir en ligne : https://www.lespetitsdebrouillardsg...

Une nouvelle session de formation est proposée les 19 et 30 septembre puis les 3 et 8 octobre 2019 à Brest.

Le service promotion de la santé vous propose de participer gratuitement à la formation : « Education à la santé environnementale : un levier d'action pour prendre soin de soi et de son environnement ».

Pour qui ? Pour quoi ?

  1. Cette formation s'adresse aux acteurs des structures de quartiers brestoises qui souhaitent mieux connaître les notions de santé environnementale et de polluants du quotidien, travailler avec les publics les notions d'hygiène de soi et du logement, proposer des ateliers de fabrication de produits ménagers/cosmétiques, mieux connaître les ressources disponibles sur la santé environnementale.

Aspects pratiques :

  • La formation dure 4 jours : les 19 et 30 septembre, et les 3 et 8 octobre 2019
  • Les frais de formation sont pris en charge par l'ARS Bretagne et la Ville de Brest.

Vous trouverez ci-joint la plaquette de la formation.
Vous pouvez dès à présent vous inscrire au 02.98.00.84.80 ou promotion-sante@mairie-brest.fr


Qu'est-ce que c'est ?

Nous connaissons tous des bonnes adresses pour aller manger, un commerce éthique pour acheter ses vêtements, un producteur local et des associations qui agissent au quotidien… Et si on regroupait toutes ces adresses dans un guide papier ? Un véritable compagnon pour valoriser toutes les initiatives locales et positives sur notre territoire et favoriser les rencontres entre les acteurs de la transition et les citoyens.

Où et pour qui ?

Le guide couvre le territoire du Morbihan. Il s'adresse au grand public avec 14 catégories et des pages d'informations, d'adresses, de portraits d'acteurs exemplaires, de ressources pour aller plus loin et pour mener vos initiatives.

Vous êtes un curieux :

  • Suivez l'actualité du guide sur notre page facebook, instagram ou en nous contactant par mail.
    Pour nous soutenir, participez à notre crowdfunding !
    Lancement prévu : 26 août 2019
    Parlez de notre projet autour de vous !
    Facebook et Instagram

Vous souhaitez être bénévole :

  • Rejoignez notre groupe d'Explor'Acteurs :
    partagez vos bonnes adresses et allez à la rencontre des acteurs sur le territoire
    participez à la rédaction du guide
    développez des outils de communication

Vous portez des initiatives :

  • Vous œuvrez au quotidien dans une initiative positive pour le climat ?
    Vous avez une expertise dans une ou plusieurs catégories ?
    Faites-vous connaître auprès de nous, nous serions ravis de discuter avec vous !

ww.climactions-bretagnesud.bzh
maud.doublet@climactions-bretagnesud.bzh • 06 30 98 66 15

Le samedi 7 septembre de 13h45 à 17h

Nouvelle balade jardinière !! A la rentrée, venez vous balader dans le quartier de Recouvrance. 3 jardins partagés nous accueillent pour les découvrir et papoter jardinage au naturel.

Les inscriptions sont ouvertes !
Directement en ligne : https://form.jotformeu.com/91816676245365
Ou au 02 98 33 50 50 infos@brest-metropole.fr

Deux expositions « Sols fertiles et vies secrètes » et « le changement climatique et les sols » en Bretagne Sud en 2019

Les sols, couche la plus externe de l'écorce terrestre, sont le fruit de l'interaction perpétuelle entre le minéral, l'air, l'eau et les êtres vivants. Il résulte de la dégradation de la couche minérale superficielle enrichie par les apports processus en matières organiques. Ce matériau tellement commun et d'apparence peu noble ne suscite que peu de préoccupations, si ce n'est pour les sociétés savantes.

C'est pour faire découvrir au public la complexité et l'importance des sols que le Sénat et l'Afes (l'Association Française pour l'Etude du Sol) ont mis en place les 11 panneaux de l'exposition « Sols fertiles. Vies secrètes » avec le concours d'un grand nombre de partenaires. Exposition par la suite complétée par les 4 panneaux « Les sols et le changement climatique » issus d'une collaboration avec le Cese en partenariat avec le CPPES, le CSFD, la FAO, l'IRD, l'IUSS et le programme GESSOL. Ces expositions ont pour but de rendre visible au public toutes les facettes des sols, en allant des plus fertiles aux plus dégradés. Elle explique ce que sont les sols et quels sont les services qu'ils nous apportent, tout en attirant l'attention sur les menaces dont ils font l'objet. Elle met également en lumière le rôle des sols dans l'atténuation et l'adaptation au changement climatique.

Ces deux expositions physiques voyagent chaque année dans une région différente en fonction du lieu de la Journée Mondiale des Sols co-organisée par l'Afes et le CPPES. La prochaine Journée Mondiale des Sols, portant sur l'érosion des sols, se déroulera vendredi 6 décembre 2019 au Palais des arts et des congrès de Vannes.

Mise en place au Jardin du Luxembourg et au Palais d'Iéna dans un passé récent, ces expositions ont été confiée à Clim'actions Bretagne Sud pour l'année 2019 qui assure le prêt de ces expositions auprès de collectivités ou de structures volontaires.

Contact : Clim'actions Bretagne Sud 0689293597 contact@climactions-bretagnesud.bzh

Pages

S'abonner à Amis du PNR Rance-Emeraude agrégateur - Actu Démocratie participative