Actu Démocratie participative

Dimanche 26 janvier 2020 , nous sommes invités pour la troisième édition du salon du jeu vidéo à Saint-Philibert (56), nous interviendrons en table ronde ( 11 heures et 16 heures) pour parler des aspects positifs des jeux vidéo et l'accompagnement des jeunes. Animation avec la radio Plum' FM.

Un article repris du site de l'UBOdoc

Internet a été perçu comme une technologie propice au développement de pratiques émancipatrices. Il semble aujourd'hui être devenu un redoutable instrument des pouvoirs étatiques et économiques. Pour comprendre pourquoi le projet émancipateur associé à cette technologie a été tenu en échec, Félix Treguer, chercheur au CNRS, reprend l'histoire longue des conflits qui ont émergé chaque fois que de nouveaux moyens de communication ont été inventés. Son ouvrage interpelle tous ceux qui luttent pour la transformation sociale.

Avec :

Félix Treguer, chercheur au CNRS, membre fondateur de la Quadrature du net, auteur de : « L'utopie déchue, une contre histoire d'Internet, XVe – XXIe siècle.

Interviewé par :

  • Valère Ndior, enseignant chercheur en droit l'UBO, directeur adjoint du Lab –Lex, EA 7480.

•-* Hervé Le Men, responsable de la mission de médiation scientifique pour les bibliothèques universitaires de l'UBO.

Rencontre organisée dans le cadre du Festival des Libertés numériques

L'association Bapav, présente à Brest depuis 2001, s'engage dans les élections municipales de 2020. Nous avons rencontré les listes qui l'ont bien voulu pour discuter mobilités actives et les inciter à inclure dans leurs programmes la plus grande place au développement de la pratique du vélo et de la marche. Nous leur donnons l'occasion, avec ce questionnaire, de se positionner sur les axes de développement que nous jugeons importants pour la ville.

Un texte repris du site municipales 2020, parlons vélo avec l'accord d'Olivier Schneider

Adopter (ou renouveler) un plan vélo local ambitieux, financé et concerté, dès le début du mandat

Action n°1

Adopter un plan vélo ambitieux, financé et concerté en début de mandat qui inclut un réseau cyclable communal, doté d'un comité vélo et d'une charte de qualité des aménagements cyclables.

Dédier un budget propre au développement du vélo : 66% des communes interrogées par le Club des Villes et Territoires Cyclables en 2018 en disposaient, avec une trop faible moyenne de 9,26 € par an et par habitant (ce qui ferait 2 millions par an pour Brest métropole). Par comparaison, le budget moyen pour les transports en commun en France est de 250 € par an et par habitant et le budget vélo d'une commune au Pays-Bas est autour de 20 € par an par habitant.

Action n°2

Mettre en place un comité vélo régulier se réunissant au minimum 4 fois par an.
Établir un comité de suivi de l'avancement des actions pour les mobilités actives avec les différents acteurs concernés.

Développer un réseau cyclable cohérent

Action n°3

Mettre le vélo au cœur de l'aménagement urbain en créant une continuité cyclable sur l'ensemble des voies de circulation, en particulier au niveau des croisements. Développer des réseaux express vélo sur les axes structurants.
Donner la priorité aux bandes et pistes cyclables aux intersections par rapport aux voies sécantes.

Construire une ville agréable à vivre pour toutes et tous

Action n°4
Repenser le plan de circulation pour supprimer le trafic de transit dans les quartiers résidentiels et le concentrer sur les grands axes.
Réduction de la place et de la vitesse automobile au profit des piétons et des vélos : plan de circulation, moins de places de stationnement voitures et politique de stationnement résidentiel (mesure compensatoire pour les riverains), zones à trafic limité (réservées aux véhicules autorisés). Mise en sens unique des axes non-structurants et élargissement des trottoirs pour les piétons. Faire appliquer les lois LAURE sur la qualité de l'air et LOM sur les mobilités.

Action n°5

Arrêter tout projet de construction de grande infrastructure routière destinée aux véhicules motorisés. Exemples : traversées des vallées du Restic et du Costour. De nouvelles infrastructures ne font qu'augmenter le trafic et les bouchons, sans le réduire à d'autres endroits.

Action n°6

Généraliser la vitesse de circulation à 30 km/h en modifiant l'aménagement des rues pour rendre cette limitation effective (réduction de la largeur de la chaussée, chicanes, ralentisseurs) et développer des zones de rencontre là où le trafic est très limité.

Action n°7

Créer des zones à très faible circulation dans certaines rues (sens unique, mise en cul de sac) pour empêcher la circulation de transit à travers les quartiers résidentiels ou devant les écoles. Le but est de disposer de rues accueillantes pour les enfants (ils peuvent y jouer en sécurité) dans les quartiers résidentiels, et aux abords des écoles.

Action n°8

Généraliser les double-sens cyclables, les sas vélo et les cédez-le-passage cycliste aux feux.

Actionner tous les leviers nécessaires au développement du vélo

Action n°9

Offrir du stationnement vélo sécurisé dans les parkings relais, les stations de tram et les aires de covoiturage, et laisser des espaces réservés dans les tramways, le téléphérique et les bus, afin de développer l'intermodalité entre le vélo et les autres modes, en profitant du programme Alvéole de la FUB.

Action n°10

Implanter des arceaux vélos normatifs (proscrire les “arrache roue”) dans toute la commune pour pouvoir accrocher son vélo facilement, notamment près des commerces.

Action n°11

Installer des stationnements fermés type vélobox ou espace vélo sécurisé dans des parcs concédés, des locaux ou des garages en rez-de-chaussée pour le stationnement résidentiel et à proximité des pôles d'activité. Notamment dans les pôles multimodaux et dans les établissements scolaires et universitaires. Le manque de stationnement étant souvent cité comme un frein à la pratique du vélo.

Action n°12

Favoriser l'implantation de services de location courte et longue durée de vélos (incluant vélos pliants, vélos cargo, VAE) et proposer une tarification adaptée (à destination des jeunes et des foyers à faibles revenus par exemple).

Action n°13

Créer une agence d'écomobilité, sous la forme d'une Maison des Mobilités, selon le schéma discuté ces dernières années avec Brest Métropole. Cette agence, avec un budget propre et à la hauteur de ses ambitions, aura pour mission d'animer la politique de mobilité à l'échelle du Pays de Brest en organisant le dialogue entre les acteurs et en accompagnant les organisations (collectivités, entreprises et particuliers) pour la définition et la mise en place de mesures éco-mobiles.

Promouvoir une culture vélo

Action n°14

Favoriser le déploiement du programme national “savoir rouler à vélo” dans les écoles primaires.
Développer le service de vélo-école actuellement assuré par BAPAV tant en direction des établissements scolaires que des entreprises et des collectivités locales.

Action n°15

Créer une “journée sans voiture”.

Action n°16

Réprimer systématiquement le stationnement illicite sur trottoir et/ou aménagement cyclable.

Action n°17

Lancer un plan de communication orienté sur le respect mutuel des usagers, sur les nouvelles dispositions du code de la route spécifiques au vélo (double sens cyclable, tourne à droite, sas vélo) et battre en brèche les idées reçues.
En s'inspirant par exemple du plan Serial Cleaner, et en encourageant les mobilités actives.
Développer une politique forte contre le vol de vélo, notamment en communiquant sur le marquage Bicycode et sur les bonnes pratiques de stationnement d'un vélo.

L'association « La C²arrée » Cabinet de Curiosités atypiques, rares, ramifiées, étonnantes et épatantes a pour but de promouvoir les cultures populaires et le patrimoine brestois sous tous ses aspects (artistique, historique, architectural, ...) à travers l'animation de la rue Saint-Malo, la conservation d'objets au sein d'un musée participatif et une ligne éditoriale.

Le siège social est fixé à Brest Recouvrance, à l'espace de médiation et d'innovation sociale "Au Coin d'la Rue", 10 rue Saint-Malo, géré par l'association Vivre La Rue.

image reprise de la page du groype FB de La C²arrée

Dans un premier temps, elle porte le projet de réhabiliter une puis plusieurs maisons de la rue Saint Malo afin de promouvoir le patrimoine commun urbain brestois, en soutien essentiel aux actions de sauvegarde, de réhabilitation et d'animation menées par l'association Vivre La Rue depuis 30 ans (site : vivrelarue.infini.fr).

Le collectif « La C²arrée »

« La C²arrée » est un collectif d'acteurs brestois passionnés d'histoire locale, d'Art et de Culture. Porté par Kris, Mireille Cann et Olivier Polard, il réunit à la fois des artistes (Jérôme Durand, Michel Aroutcheff, Arnaud Le Gouëfflec...), des associations culturelles (Vivre la Rue, Carnets de Voyage, Brest en Bulle, La Plage Guérin, L'Église de la Petite Folie, La Maloïne...) et des historiens (Yan Le Gat, Gildas Priol, André Hascöet...).

La nouvelle association « La C²arrée », fondée sous le mode de gouvernance collégiale le 11.12.2019, est porteuse d'un projet visant à créer un « Cabinet brestois de curiosités » rue Saint-Malo, la plus ancienne rue de Brest.

À l'occasion du Festival des Libertés numériques, la CPN29 propose trois ateliers dans l'après-midi du mercredi 5 février.

Ces ateliers sont ouverts à tou·te·s les acteur·trice·s éducatifs du territoire : enseignant·e·es, animateur·trice·s, ingénieur·e·s pédagogique, AED, AESH, étudiant·e·s, ... Ils ne nécessitent aucun pré-requis particulier.

Le premier atelier, animé par Nelly Dubois, apprentie ingénieure pédagogique à la CPN29, sera étalé sur deux heures, de 13h30 à 15h30. L'objectif de cet atelier est de découvrir et d'identifier par la pratique les possibilités d'un escape game pédagogique. Au programme donc : une session de jeu de quarante minutes de l'Escape Game "connais-moi, échappe toi" sur la thématique des données personnelles, suivi d'une heure d'échanges collectif et de découverte de leviers d'aide à la création d'un Escape Game. L'inscription à cet atelier est obligatoire, et le nombre de place est limité à 12 personnes, pour pouvoir jouer, échanger et apprendre dans des conditions optimales.

Le deuxième atelier est animé par Baptiste Creux, également apprenti ingénieur pédagogique à la CPN29. Il se déroulera de 16h à 17h. L'objectif de cet atelier est découvrir une manière d'échanger autour des enjeux numériques de façon ludique, déconnectée et à tout âge (élèves, étudiant·e·s, adultes, enseignant·e·s). L'inscription à cet atelier est obligatoire, le nombre de place est limité à 12 personnes.

Le troisième atelier est animé par Jean-Michel Le Baut, professeur de lettres au lycée de l'Iroise à Brest. Il se déroulera de 17h30 à 18h30. Au programme de cet atelier, un partage de pratique : compte rendu et échanges autour d'activités pédagogiques sur les traces numériques. Le nombre de place à cet atelier n'est pas limité.

Vous pouvez directement vous inscrire sur le site Interactik (bouton orange "s'inscrire"), n'hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin d'aide ou d'informations supplémentaires : cpn29@ac-rennes.fr ou 02.98.80.88.44
Cette animation est organisée par la coopérative pédagogique numérique du Finistère. Elle s'adresse aux enseignants qui sont disponibles, soit parce qu'ils n'ont pas charge de cours sur le temps de l'animation, soit parce qu'ils ont négocié avec leur chef d'établissement une modification exceptionnelle de leur emploi du temps. Elle ne donne pas lieu à un ordre de mission académique

On nous parle souvent de données personnelles, de la protection de la vie privée… Mais savons-nous vraiment ce que cela veut dire ?
Cet
atelier sera l'occasion de discuter ensemble du devenir de ces
fameuses « données personnelles ». Qui s'en sert et à
quelles fins ?
Nous découvrirons quelques extensions pour votre navigateur web pour améliorer la protection de votre vie privée.

Pour s'inscrire : https://services.ac-rennes.fr/evrigoins/main.htm?evenement=20b55b45-62a2-45ed-af89-64103f535b48

Organisé par La Coopérative pédagogique numérique d'Ille-et-Vilaine.
Lieu : Lycée Bréquigny de Rennes, 7 avenue Georges Graff, Bâtiment B, Salle B03
Date : lundi 10 février (plusieurs sessions)
De 13h à 14h et de 14h à 15h
Tarification : Gratuit
Accessible aux personnes à mobilité réduite ? Oui

Le premier apéro Doc@Nantes de 2020 a eu lieu cette semaine, le mardi 14/01 ! C'est toujours un plaisir de se retrouver

Lucie Le Guen fabmanager pédagogique de l'association My Human Kit intervient depuis janvier 2019 au sein de trois collèges du département d'Ille et Vilaine dans le cadre d'un projet pilote à l'initiative et soutenu par le Conseil Départemental d'Ille-et-Vilaine. Ce projet vise à sensibiliser au handicap via la mise en place d'ateliers numériques partagés entre collégiens et jeunes en situation de handicap. Les ateliers numériques mis en place remplissent trois différents rôles : la socialisation des différents publics, le développement d'aides techniques au handicap et la sensibilisation aux problématiques liées au handicap.

My Human Kit est une association visant à développer la santé pour tous à travers l'invention, le partage et la fabrication d'aides techniques aux handicaps réalisables pour et avec les personnes concernées.

Trois exemples

Une trentaine de projets ont été menés dans une diversité de formats d'ateliers ou de cours, en voici trois d'entre-eux :

Projet "Gaming pour tous" en classe expérimentale

Suivant le type de handicap les manettes classiques ne sont pas toujours adaptées. Il faut en effet deux mains, tous ses doigts, des capacités motrices fines, de la force dans ses doigts... A travers trois projets différents ce projet propose aux élèves de donner leurs réponses à ces problématiques. Vous trouverez sur le wiki du HumanLab le support pédagogique relatif à ce projet, et un article sur le site du collège des Chalais.

Amélioration d'un fauteuil roulant en cours de technologie

Les outils à disposition en classe de technologie étant ceux présents au sein d'un fablab, la technologie est la discipline idéale pour développer un projet pédagogique autour du handicap à la manière de My Human Kit.

Les projets de fabrication d'aide technique au handicap favorisent l'apprentissage par les élèves des compétences liées à la démarche de projet, la démarche design et la modélisation 3D, ainsi que la connaissance des licences libres de droit et du fonctionnement des FabLabs. Vous trouverez sur le wiki du HumanLab le support pédagogique relatif à ce projet.

Club My Human Kit

Sur les temps de permanence, ces ateliers accueillent les collégiens et jeunes en situation de handicap. Le groupe s'engage sur un nombre de séances ou sur un projet. Ils réalisent durant ces ateliers des projets en lien avec la fabrication numérique. Certains ateliers sont parfois aussi centrés sur l'apprentissage d'un logiciel ou de certains outils.
Nous avons pu fabriquer différents objets : un système d'irrigation, une fresque sonore interactive, une poubelle qui dit merci... et aides techniques au handicap tels qu'un lecteur mp3 tactile, un "sabre laser" lumineux relié à un appareil pour favoriser la concentration, un contour d'interrupteur noir pour malvoyant... Vous trouverez sur le wiki du HumanLab le support pédagogique relatif à ce projet.

Méthodologie du projet

La conception des ateliers s'est déroulée selon une méthodologie proche d'une méthodologie de design thinking.

Faire connaissance

Faire équipe

Les rencontres avec les différents partenaires [1] se sont faites au lancement du projet. Le petit nombre d'acteurs a permis de tisser des liens de confiance essentiels pour construire ensemble le projet. Suite à différentes sollicitations l'équipe s'est agrandie et le projet s'est enrichi. Auprès des jeunes, la mise en place d'activités « brise-glace » a permis dans un premier temps favoriser les échanges entre les jeunes.

Comprendre les handicaps

Les relations de confiance avec les différents partenaires du projet ont permis une compréhension des différents besoins. Des points réguliers entre les différents acteurs du projet (encadrants et jeunes) pour amener toujours plus de justesse autour des enjeux des différents handicaps.

Définition du besoin

Plusieurs acteurs

Ce projet est lié à différentes structures, acteurs ayant chacun des objectifs distincts. La mise en route des projets passe par le respect des objectifs de chacun et la mise en évidence des points de convergence. La définition du besoin commence par une extrême attention aux besoins exprimés, à ceux parfois sous-jacents, aux désirs, aux
motivations et aux compétences des différents acteurs et des jeunes pour proposer un projet correctement dimensionné. Des séances d'idéation avec les jeunes peuvent permettre de révéler des besoins et de lancer des projets.

Public Mixte

L'objectif de socialisation des différents publics autour du numérique doit être pensé en fonction des différents handicaps (mentaux, cognitifs et moteurs) en assurant à chacun des enseignements stimulants.

Formalisation

Pédagogie de projet

La formalisation d'ateliers suivant une organisation par projets a paru évidente de façon à rapidement tester et ajuster les formats des ateliers. La mise en place de cycles itératifs courts permet, sur quelques mois, d'arriver à plusieurs formats d'ateliers fiables.

coconstruction

Les différents échanges avec les professionnels permettent d'ajuster les propositions. La coconstruction favorise l'entraide et la définition d'un objectif commun nécessaire pour mener les ateliers sereinement.

Mise en œuvre

Organisation

Le dialogue constant avec les différents professeurs et encadrants permet de prévoir l'atelier au plus près des capacités et des besoins des jeunes. Certaines pratiques sont parfois testées en amont pour s'assurer des capacités motrices et intellectuelles des jeunes ou pour donner aux jeunes un peu plus de temps pour acquérir les techniques.

Réactivité

Compte tenu de la variété des handicaps et de la nouveauté pour les encadrants des activités proposées, une grande capacité d'improvisation est nécessaire pour palier aux imprévus. Un « stock » d'activités annexes est bien souvent utile.

Itération

Ajustements

L'approche par projets fournit son lot d'informations et de découvertes pour toute l'équipe encadrante. Pour éviter les déceptions, il est nécessaire que les personnes concernées (jeunes comme encadrants) soient bien au fait de l'enjeu expérimental des ateliers. Au fur et à mesure des mois, la connaissance des jeunes s'affine.

Élargissement

La nature expérimentale du projet nécessite la sollicitation constante de nouveaux partenaires pour le diversifier et l'enrichir avec de nouvelles formes et disciplines. Petit à petit de nouveaux partenaires entrent dans le projet : enseignants, corps médical, AVS, bénévoles MHK...

Plus de quatre cents élèves ont pu participer à ces interventions visant à changer le regard sur le handicap et à donner aux jeunes en situation de handicap la capacité d'agir et de collaborer à la fabrication d'aides techniques.

De façon à sensibiliser le plus grand nombre d'élèves nous mettons à disposition en open source tous nos supports pédagogiques sur notre wiki.

Le projet sera également exposé et partagé lors de différents évènements à Rennes :

Festival des Libertés Numériques, Tambours, en parallèle de la projection du film La bataille du libre, le 7 février 2020
Festival des Libertés Numériques, Coopérative Pédagogique Numérique 35, Lycée Bréquigny, Atelier – Journal de bord et pratiques collaboratives : les nombreux usages d'un wiki en classe, le 10 février 2020
Bibliothèque Universitaire - Santé, Villejean, fin mars 2020

Le HumanLab (fablab de My Human Kit) est ouvert tous les jeudis et l'association est ouverte à tous projets collaboratifs.

Pour toute demande d'informations supplémentaires, vous pouvez contacter Lucie Le Guen : contact@myhumankit.org

[1] Conseil Départemental 35, Collège des Hautes Ourmes, collège des Chalais, collège Bellevue, IEM La Clarté, IME Prefaas AMISEP


Quatre groupes, composés de personnes débutantes ou confirmées, se sont constitués pour répondre à l'appel du Kino Kabaret Intergalactique 2019 proposé par l'association Canal Ti Zef en réalisant quatre vidéos. Ils étaient plus d'une quarantaine de personnes venues au Beaj Kafé à Brest, le samedi 07 décembre, pour assister à la projection publique des vidéos.

Le thème du Kino Kabaret Intergalactique 2019 : était « La démocratie et l'addition s'il vous plaît ! ».

La durée maximum des vidéos ne devait pas dépasser les 7 minutes et les vidéos se devaient d'être accessibles aux personnes sourdes et malentendantes avec un sous-titrage code couleurs des éléments sonores signifiants. Une des quatre n'a pu malheureusement l'être en temps voulu mais a pu être traduite en simultanée en LSF. La diffusion de cette vidéo en ligne est malheureusement non-accessible en STME.

Voici donc les quatre vidéos

Marianne ne meurt Jamais
Dans un restaurant chic, Marianne est en tête à tête pour une négociation mystérieuse.
Fiction réalisée par Sonia QI, Thomas Grall, Hugo Latimier et Christophe Le Gall

Sans titre
Dans un bar autour d"un verre, un groupe d'amis débattent sur la notion de démocratie.Canal Ti Zef
Fiction réalisée par un groupe anonyme

AKATSUKI KINO
Slam sur la Démocratie.
clip réalisé par un groupe de jeunes accompagnés par l'association Ribinad

ON LÂCHE RIEN
Reportage sur un nouveau type de policier pour l'encadrement des manifestations dans la rue.
Fiction-reportage réalisé par Thomas et Ambre réalisée

Le Kino Kabaret Intergalactique 2019 et organisé par Canal Ti zef, en partenariat avec le Beaj Kafé et le soutien de la Ville de Brest en répondant à l'appel à Projet "Usage du numérique 2019"

Le Réseau d'éducation à l'environnement en Bretagne (Reeb) vient d'éditer son programme des rencontres et des formations 2020 en Education à l'environnement et au développement durable (EEDD).

L'article EEDD : programme des rencontres et des formations 2020 du Reeb est apparu en premier sur Mce.

Des dispositifs pour partir en formation

Se former est une nécessité mais c'est aussi un droit, possiblement financé par son OPCO (Opérateur de compétences). Cette année, la réforme des formations a modifié les modalités et accompagnements pour partir en formation. Uniformation est l'OPCO de la branche Animation. C'est dans ce cadre que certaines des formations du programme 2020 peuvent être prises en charge. Dans la première partie du programme, le Reeb présente toutes les modifications apportées et les nouveaux dispositifs de prise en charge, pour se faire accompagner.

Télécharger la partie Partir en formation

Les formations proposées

Il s'agit de formations pour développer ses compétences, améliorer ses pratiques, découvrir de nouvelles méthodes de travail… sur la nature, l'environnement et le développement durable, sur l'éducation et la pédagogie mais également sur l'organisation du travail.

Ainsi, le programme propose une liste de formations qui sont organisées sur toute la Bretagne, réparties en 3 rubriques :

Les formations en pédagogie et pratique de l'éducation à l'environnement
Les formations en environnement, milieux et thématiques
Les formations en organisation, fonctionnement et projets de la structure

Comment s'inscrire ?

Parmi les structures organisatrices, on retrouve Bretagne vivante et Eau et rivières de Bretagne.

Les inscriptions sont gérées directement par les structures organisatrices. Si une formation vous intéresse, il faut contacter directement l'organisateur, son contact étant indiqué en bas de chaque fiche formation.

Télécharger le programme de rencontres & formations du REEB et de ses adhérents 2020

Voir aussi les pages Découvrir la nature

Vous êtes acteur·rice du monde économique ou associatif soucieux de l'égalité professionnelle F·H, consultant·e formateur·rice, référent·e égalité, responsable des ressources humaines ou encore représentant ·e des salarié·e·s ?
Venez tester dans un endroit enjoué et inspirant une modalité originale pour mobiliser et faire bouger les lignes en matière d'égalité professionnelle F·H.
Egalité EnJouer© c'est quoi ? C'est un jeu de rôles co-conçu par L'Aract Bretagne et Evolud'
Pour en savoir plus

Midi python est un espace communautaire pour apprendre le langage python ouvert à tous. Son objectif n'est pas de faire de vous des développeurs mais plutôt d'ajouter de nouveaux outils pour, soit vous faciliter la vie, soit étendre vos capacités.

C'est entre midi et deux et on peut venir avec de quoi manger en toute convivialité.

La première séance de ce début des années 20 est une séance sous le thème du web et de l'internet des objets (iot)

Séance pratique Django

  • Création d'un site de vote
  • Interaction vote avec un objet connecté (ESP32)

Au commande l'inestimable baptiste Gaultier

c'est Jeudi 16 Janvier 2020 à partir de midi

à l'incubateur d'imt-atlantique

2, rue de la Châtaigneraie CS 17608
35576 Cesson Sévigné Cedex

Cet article Midi Python on continue ! est apparu en premier sur LabFab.

Retour d'expérience sur un début de dégooglisation. Seront abordées les questions de vie privée et de données personnelles. Des alternatives existent ! Ce retour d'expérience est tout public, technique comme non-technique. Il présentera une façon de commencer sa dégooglisation, en expliquant les raisons et les alternatives choisies.

Animé par Grégoire M., ingénieur en Cybersécurité

Organisé par La Coopérative pédagogique numérique d'Ille-et-Vilaine.
Lieu : Lycée Bréquigny de Rennes, 7 avenue Georges Graff, Bâtiment B, Salle B03
Date : jeudi 13 février
Début : 17:30
Fin : 19:00
Tarification : Gratuit
Accessible aux personnes à mobilité réduite ? Oui

Un atelier d'une durée d'1h30 pour faire trois choses :

  1. présenter une visualisation open source du budget de la ville de Montreuil – On apprend en navigant au vidéoprojecteur dans les recettes et les dépenses, on répond ensemble aux questions ;
  2. présentation de la démarche d'ouverture des données budgétaires – vérifier si les données sont déjà libérées, comment contacter une collectivité, quoi leur demander, qu'est-ce qu'on fait si on obtient les données ?
  3. on crée des groupes par commune/communauté de commune et on contacte les collectivités dont on voudrait visualiser le budget.

Au final, on aura appris comment marche l'argent dans une collectivité, et ça nous donnera de la motivation pour le visualiser au travers d'une interface plus claire et compréhensible.

Organisé par : Thomas Parisot
Lieu : Maison de la Consommation et de l'Environnement, 35000 Rennes
Date : vendredi 7 février
Début : 18:00
Fin : 20:00
Tarification : Gratuit

Le 8 mars, dans le cadre de la journée internationale pour les droits des femmes, l'ASPTT Brest et l'association Humblez vous invitent à découvrir des activités sportives au centre sportif de Keranroux de 9 h 30 à 12 h. Kidisport, marche santé, running ou Zumba.
Inscriptions et renseignements au : asptt.brest@orange.fr ou au 02.98.44.49.63.

Un article repris du site de l'UBOdoc

Internet a été perçu comme une technologie propice au développement de pratiques émancipatrices. Il semble aujourd'hui être devenu un redoutable instrument des pouvoirs étatiques et économiques. Pour comprendre pourquoi le projet émancipateur associé à cette technologie a été tenu en échec, Félix Treguer, chercheur au CNRS, reprend l'histoire longue des conflits qui ont émergé chaque fois que de nouveaux moyens de communication ont été inventés. Son ouvrage interpelle tous ceux qui luttent pour la transformation sociale.

Avec :

Félix Treguer, chercheur au CNRS, membre fondateur de la Quadrature du net, auteur de : « L'utopie déchue, une contre histoire d'Internet, XVe – XXIe siècle.

Interviewé par :

  • Valère Ndior, enseignant chercheur en droit l'UBO, directeur adjoint du Lab –Lex, EA 7480.
  • Hervé Le Men, responsable de la mission de médiation scientifique pour les bibliothèques universitaires de l'UBO.

Rencontre organisée dans le cadre du Festival des Libertés numériques

Nos corps sont ils des machines ? Des entités manipulables et surveillables comme les ordinateurs ? Données ou captées personnelles ? Un atelier en travail collectif pour tirer les fils de libertés bio-numériques.

Nos corps sont ils des machines ? Des entités manipulables et surveillables comme les ordinateurs ? Données ou captées personnelles ? Un atelier en travail collectif pour tirer les fils de libertés bio-numériques.

Depuis les débuts du cyberpunk, au biopunk, jusqu'au gynepunk en repassant par les Lumières ou la rationalisme Allemand, comment comprendre une partie des enjeux des corps aliénés par le numérique et la surveillance morpho-physio-biologique.

Cercle(s) de discussion, alternance entre méthode du cercle samoan et l'arpentage pour la lecture et l'écoute de passage d'œuvres de références.

Les participant·e·s peuvent venir avec de quoi prendre des notes ou enregistrer des sons. Du matériel de base d'écriture sera fourni. Il s'agit autant, par un vécu collectif, d'appréhender des questions philosophiques ou socio-techniques, cherchant ainsi à tisser à plusieurs des liens et partager des ressources.

16 personnes maximum – contact : xcoadicCHEZprotonmailPOINTcom

Organisé par : XavCC
Lieu : Café le Babazula, 182 avenue du Général Patton, 35000 Rennes
Date : lundi 03 février
Début : 19:00
Fin : 21:00

Dans le cadre du festival des libertés numériques 2020
Tarification : Prix libre

Accessible aux personnes à mobilité réduite ? Non

En ce début 2020 humide, froid et venteux, l'envie nous est venue de réchauffer nos cœurs et de redonner des couleurs à Concarneau. Aussi, nous lançons un appel aux amatrices-teurs de tricot, crochet et autres tissages pour lancer une grande opération de yarn bombing dans la cité bleue ! Rendez-vous le samedi 25 janvier pour une première rencontre afin de déterminer ensemble le mobilier urbain à « yarn bomber ».

Yarn Bombing, kézako ?

Le « yarn bombing » (appelé aussi « knit graffiti », « knitted graffiti » ou « yarnstorm » en anglais, soit en français « tricot-graffiti », « tricot urbain » ou encore « tricotag ») est une forme d'art urbain qui utilise le tricot, le crochet, ou d'autres techniques utilisant du fil (enroulements, tissages, tapisserie, accrochages….). C'est l'artiste texane Magda Sayeg qui est à l'origine de cette pratique depuis 2005, laquelle est rapidement devenue un phénomène mondial.

Alors, que vous sachiez tricoter ou non, si l'idée vous amuse, rejoignez-nous pour créer ensemble des œuvres d'art éphémères dans la ville !

RDV le samedi 25 janvier 2020 à 14h30 devant les Halles de Concarneau

Objectif de cette première rencontre : faire connaissance et déterminer ensemble les prochains sites et éléments de mobilier urbain à « yarn bomber ».

Nous vous attendons nombreu-ses-x devant les Halles de Concarneau, place Jean Jaurès à 14h30.

Selon la météo, nous ferons un repérage à pied dans la ville puis irons prendre un verre dans un café à proximité pour partager les idées et éventuellement commencer à tricoter/crocheter ensemble.

La Konk ramènera quelques bobines et aiguilles pour les débutants souhaitant s'initier à ces techniques. Pour ceux qui pratiquent déjà : venez avec votre matériel !

Pour indiquer votre présence et échanger avec les autres participants, inscrivez-vous sur l'événement Facebook en cliquant ici.

Des élèves en équipe-projet réalisent une maquette d'éolienne low-tech !

Ce projet a vu le jour, un peu par hasard, au Collège Camille Guérin à St Méen Le Grand en Ille et Vilaine.

La raison principale était le manque de motivation des élèves, le manque d'adhésion aux projets proposés dans le cadre de l'enseignement de technologie en classe de 3ème.

Philippe Bernier a demandé aux élèves de formuler des idées de projets, de voter et le choix s'est porté sur la maquette d'éolienne.

Un projet choisi par les élèves, oui mais aussi des modalités de travail plus impliquantes qui donnent plus de liberté aux élèves

Le projet décrit :
Il s'agit pour les élèves, organisés en équipe-projet, dans des groupes de 4 élèves voir 3, de réaliser une maquette d'éolienne fonctionnelle à partir d'un cahier des charges très succinct : un budget de 15 € par équipe, que ce soit réalisable au collège avec le matériel disponible, dans un délai de 8 à 10 semaines, soit environ 12 à 15 heures de cours.

Elément supplémentaire en 2020, qui s'est ajouté au projet initial et inspiré du Low Tech Lab https://wiki.lowtechlab.org/wiki/L%27%C3%A9olienne : il faut que la maquette soit « Low tech », c'est-à-dire que sa fabrication ait le moins d'incidence possible sur l'environnement :
récupération de moteurs d'imprimantes et de scanners pour en faire des alternateurs,
matériaux des pales en bois,
les matériaux de ces projets devront pouvoir être réutilisés facilement.

Ce projet est aussi un E.P.I. (Enseignement Pratique Interdisciplinaire) qui associe les enseignements de Sciences Physiques pour la partie sur l'énergie électrique et l'alternateur et les mathématiques sur la question de l'utilisation du tableur pour calculer le coût de revient.

Comment cela se passe ?
La réalisation du projet sur la durée contrainte n'est pas possible seul ni même à deux. Les élèves sont organisés en équipe-projets, librement constitués avec des rôles proposés comme l'animateur du projet, les responsables de publication, de communication, de logistique et de fabrication. Les élèves occupent ces rôles sur la durée du projet ou peuvent changer à leurs guises.

Des outils numériques sont utilisés pour faciliter le travail d'équipe, la collaboration et le suivi du projet. Le principal est Moodle(1), la plateforme d'apprentissage en ligne et libre.

Parmi les outils utilisés, le premier est le forum, utilisé comme carnet de bord et alimenté par les élèves de l'équipe, ils y mettent une trace de toutes leurs activités : la recherche d'idées, des croquis, la réalisation de la maquette en carton, la recherche de solutions techniques, la modélisation 3D, l'utilisation de la réalité augmentée, l'organisation de la fabrication, la fabrication et les tests.

Un glossaire est utilisé pour documenter le cours.

Les élèves alimentent aussi une base de données de connaissances afin d'enrichir l'espace de cours Moodle.

Enfin, l'outil Framémo est utilisé par les élèves afin de d'organiser et répartir les tâches.

Les éléments facilitant le projet ou les difficultés rencontrées ?

Assez rapidement, les élèves ont adhéré à la méthode proposée : le travail collaboratif, l'autonomie dans le travail.
Quelques élèves, plutôt consommateurs, font la remarque que c'est plutôt à l'enseignant de proposer d'apporter des soluions plutôt qu'à eux de les chercher et de les éprouver.
L'évaluation n'est pas simple. Trois évaluations sont réalisées et pour une part, les élèves y participent : l'engagement, les contributions (quantité et qualité) ainsi que les présentations orales lors des moments de "revue de projet"(2).

Pour aller plus loin :

Aujourd'hui, les salles de classe, même spécialisées comme celle de technologie sont encore trop contraintes par l'espace, les équipements et aussi l'organisation du temps.
L'idée serait d'aller vers des espaces ressemblant à des fablabs, ouverts aux élèves, enseignants et personnels.

(1) - Au mois de décembre 2017, plus de 93 000 sites dans 232 pays ont enregistré leur implantation, avec plus de 122 millions d'utilisateurs8. La plateforme est traduite dans plus de 100 langues9. Source Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Moodle

(2) - La revue de projet est le moment particulier dans la vie d'un projet qui consiste à faire le point sur l'état d'avancement et sur la qualité : Source Wikipédiahttps://fr.wikipedia.org/wiki/Revue_de_projet

Pages

S'abonner à Amis du PNR Rance-Emeraude agrégateur - Actu Démocratie participative