Actu Démocratie participative

En ce début 2020 humide, froid et venteux, l'envie nous est venue de réchauffer nos cœurs et de redonner des couleurs à Concarneau. Aussi, nous lançons un appel aux amatrices-teurs de tricot, crochet et autres tissages pour lancer une grande opération de yarn bombing dans la cité bleue ! Rendez-vous le samedi 25 janvier pour une première rencontre afin de déterminer ensemble le mobilier urbain à « yarn bomber ».

Yarn Bombing, kézako ?

Le « yarn bombing » (appelé aussi « knit graffiti », « knitted graffiti » ou « yarnstorm » en anglais, soit en français « tricot-graffiti », « tricot urbain » ou encore « tricotag ») est une forme d'art urbain qui utilise le tricot, le crochet, ou d'autres techniques utilisant du fil (enroulements, tissages, tapisserie, accrochages….). C'est l'artiste texane Magda Sayeg qui est à l'origine de cette pratique depuis 2005, laquelle est rapidement devenue un phénomène mondial.

Alors, que vous sachiez tricoter ou non, si l'idée vous amuse, rejoignez-nous pour créer ensemble des œuvres d'art éphémères dans la ville !

RDV le samedi 25 janvier 2020 à 14h30 devant les Halles de Concarneau

Objectif de cette première rencontre : faire connaissance et déterminer ensemble les prochains sites et éléments de mobilier urbain à « yarn bomber ».

Nous vous attendons nombreu-ses-x devant les Halles de Concarneau, place Jean Jaurès à 14h30.

Selon la météo, nous ferons un repérage à pied dans la ville puis irons prendre un verre dans un café à proximité pour partager les idées et éventuellement commencer à tricoter/crocheter ensemble.

La Konk ramènera quelques bobines et aiguilles pour les débutants souhaitant s'initier à ces techniques. Pour ceux qui pratiquent déjà : venez avec votre matériel !

Pour indiquer votre présence et échanger avec les autres participants, inscrivez-vous sur l'événement Facebook en cliquant ici.

Des élèves en équipe-projet réalisent une maquette d'éolienne low-tech !

Ce projet a vu le jour, un peu par hasard, au Collège Camille Guérin à St Méen Le Grand en Ille et Vilaine.

La raison principale était le manque de motivation des élèves, le manque d'adhésion aux projets proposés dans le cadre de l'enseignement de technologie en classe de 3ème.

Philippe Bernier a demandé aux élèves de formuler des idées de projets, de voter et le choix s'est porté sur la maquette d'éolienne.

Un projet choisi par les élèves, oui mais aussi des modalités de travail plus impliquantes qui donnent plus de liberté aux élèves

Le projet décrit :
Il s'agit pour les élèves, organisés en équipe-projet, dans des groupes de 4 élèves voir 3, de réaliser une maquette d'éolienne fonctionnelle à partir d'un cahier des charges très succinct : un budget de 15 € par équipe, que ce soit réalisable au collège avec le matériel disponible, dans un délai de 8 à 10 semaines, soit environ 12 à 15 heures de cours.

Elément supplémentaire en 2020, qui s'est ajouté au projet initial et inspiré du Low Tech Lab https://wiki.lowtechlab.org/wiki/L%27%C3%A9olienne : il faut que la maquette soit « Low tech », c'est-à-dire que sa fabrication ait le moins d'incidence possible sur l'environnement :
récupération de moteurs d'imprimantes et de scanners pour en faire des alternateurs,
matériaux des pales en bois,
les matériaux de ces projets devront pouvoir être réutilisés facilement.

Ce projet est aussi un E.P.I. (Enseignement Pratique Interdisciplinaire) qui associe les enseignements de Sciences Physiques pour la partie sur l'énergie électrique et l'alternateur et les mathématiques sur la question de l'utilisation du tableur pour calculer le coût de revient.

Comment cela se passe ?
La réalisation du projet sur la durée contrainte n'est pas possible seul ni même à deux. Les élèves sont organisés en équipe-projets, librement constitués avec des rôles proposés comme l'animateur du projet, les responsables de publication, de communication, de logistique et de fabrication. Les élèves occupent ces rôles sur la durée du projet ou peuvent changer à leurs guises.

Des outils numériques sont utilisés pour faciliter le travail d'équipe, la collaboration et le suivi du projet. Le principal est Moodle(1), la plateforme d'apprentissage en ligne et libre.

Parmi les outils utilisés, le premier est le forum, utilisé comme carnet de bord et alimenté par les élèves de l'équipe, ils y mettent une trace de toutes leurs activités : la recherche d'idées, des croquis, la réalisation de la maquette en carton, la recherche de solutions techniques, la modélisation 3D, l'utilisation de la réalité augmentée, l'organisation de la fabrication, la fabrication et les tests.

Un glossaire est utilisé pour documenter le cours.

Les élèves alimentent aussi une base de données de connaissances afin d'enrichir l'espace de cours Moodle.

Enfin, l'outil Framémo est utilisé par les élèves afin de d'organiser et répartir les tâches.

Les éléments facilitant le projet ou les difficultés rencontrées ?

Assez rapidement, les élèves ont adhéré à la méthode proposée : le travail collaboratif, l'autonomie dans le travail.
Quelques élèves, plutôt consommateurs, font la remarque que c'est plutôt à l'enseignant de proposer d'apporter des soluions plutôt qu'à eux de les chercher et de les éprouver.
L'évaluation n'est pas simple. Trois évaluations sont réalisées et pour une part, les élèves y participent : l'engagement, les contributions (quantité et qualité) ainsi que les présentations orales lors des moments de "revue de projet"(2).

Pour aller plus loin :

Aujourd'hui, les salles de classe, même spécialisées comme celle de technologie sont encore trop contraintes par l'espace, les équipements et aussi l'organisation du temps.
L'idée serait d'aller vers des espaces ressemblant à des fablabs, ouverts aux élèves, enseignants et personnels.

(1) - Au mois de décembre 2017, plus de 93 000 sites dans 232 pays ont enregistré leur implantation, avec plus de 122 millions d'utilisateurs8. La plateforme est traduite dans plus de 100 langues9. Source Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Moodle

(2) - La revue de projet est le moment particulier dans la vie d'un projet qui consiste à faire le point sur l'état d'avancement et sur la qualité : Source Wikipédiahttps://fr.wikipedia.org/wiki/Revue_de_projet

Venez découvrir les nombreuses possibilités offertes par la MoodleBox !
La MoodleBox, petit boitier mobile permettant de créer un réseau local auquel chacun·e peut se connecter par Wifi depuis son smartphone, une tablette ou un ordinateur.
Elle fournit un environnement d'apprentissage Moodle pour partager des fichiers ou accéder à des activités pédagogiques… et tout ça sans dépendre d'Internet !

S'adresse aux personnels éducatifs intéressé·e·s par les usages de Moodle. Pour s'inscrire : https://services.ac-rennes.fr/evrigoins/main.htm?evenement=d9cef09e-5467-482c-83ac-166c22de6389

Organisé par La Coopérative pédagogique numérique d'Ille-et-Vilaine.
Lieu : Lycée Bréquigny de Rennes, 7 avenue Georges Graff, Bâtiment B, Salle B03
Date : mercredi 12 février (plusieurs sessions)
De 13h à 14h et de 14h à 15h
Tarification : Gratuit
Accessible aux personnes à mobilité réduite ? Oui

Cet atelier sera l'occasion de découvrir les usages du wiki ; site web collaboratif simple à prendre en main qui peut prendre la forme d'une encyclopédie, d'un journal de bord, d'un document de suivi de projets, d'une notice…
Découvrir mais aussi de travailler sur vos projets, idées etc. ! N'hésitez donc pas à apporter vos différentes ressources !

S'adresse aux act·eur·rice·s· éducati·f·ve·s. Pour s'inscrire : https://services.ac-rennes.fr/evrigoins/main.htm?evenement=da4156bd-78df-40d9-9563-73fac60a201a

Organisé par La Coopérative pédagogique numérique d'Ille-et-Vilaine.
Lieu : Lycée Bréquigny de Rennes, 7 avenue Georges Graff, Bâtiment B, Salle B03
Date : lundi 10 février
Début : 11h
Fin : 12h
Tarification : Gratuit
Accessible aux personnes à mobilité réduite ? Oui

Vous souhaitez aborder des questions relatives aux médias et à leurs usages avec vos élèves ? Venez découvrir les possibilités du jeu pour accompagner leur réflexion et peut-être aussi la votre !

Cet atelier sera plus particulièrement l'occasion pour vous de vous initier au jeu Médiasphère, conçu et réalisé par l'atelier Canopé des Yvelines. Ce jeu est un incontournable en la matière, que vous exerciez en collège ou en lycée.

Cet atelier s'adresse aux acteur·ice·s de l'éducation concerné·e·s par la thématique.

Animé par Gabriel Trouvé (Master Sciences de l'Éducation parcours Technologies pour l'Éducation et la Formation)

Sur inscription : https://services.ac-rennes.fr/evrigoins/main.htm?evenement=870731a2-eb40-4d8b-93bc-0f81f8dcf663

Organisé par La Coopérative pédagogique numérique d'Ille-et-Vilaine.
Lieu : Lycée Bréquigny de Rennes, 7 avenue Georges Graff, Bâtiment B, Salle B03
Date : jeudi 13 février
Début : 10:30 ou 14:30
Fin : 12:00 ou 16:00
Tarification : Gratuit
Accessible aux personnes à mobilité réduite ? Oui

Travail de recherche-action et de publication mené par plusieurs personnes initié à Rennes qui s'étend avec des collaborations à Lyon, Paris et Montréal.

Fin 2018, était lancé l'idée d'apronfondir le sens et les emprises de pratiques de la documentation dans des communautés de pratiques diverses acceptant leurs engagements politiques et usant de la documentation et des wikis dans leurs activités.

À partir de leurs expériences personnelles au sein des communautés locales mobilisées face aux services de proximité que Google tente d'installer dans plusieurs quartiers en Europe, les auteurs analysent les mécanismes de la résistance active et le rôle de la documentation comme répertoire d'action. Ce texte nous invite dans une réflexion anthropologique sur la transmission et ses potentialités récentes avec les technologies de réseau, en pointant, à la suite d'Habermas, le paradoxe de la technicisation de l'écrit, dans un positivisme conduisant à la paralysie de la démocratie. Ancré dans le vécu de l'écriture en commun et en résistance, ce texte adresse récursivement son hypothèse, telle une recherche-action, à savoir celle d'une émancipation de l'écrit passant par le détournement et l'appropriation des environnements [techniques, économiques et juridiques] des outils d'écriture, pour contrer les déterminismes.

Les textes sont disponibles sous licences libres, annotables dans le texte via hypothesis, les brouillons sont ouverts à la consultation, à la contribution, aux annotations.

Publication du premier volet dans la revue Sens Public de l'Université de Montréal

Brouillon en cours d'écriture du second volet

Des ateliers d'apprentissage par la pratique seront proposés en Bretagne tout au long de l'année 2020.

Vous venez d'être enlevé·e par une femme inconnue et celle-ci vous laisse 40 minutes pour essayer de vous échapper de la salle où vous êtes retenu. Celle-ci est verrouillée par un cadenas ! C'est seulement en apprenant à connaître votre ravisseuse que vous y parviendrez.

Conçu par la DANE de Besançon, ce jeu d'évasion est un escape game pédagogique de sensibilisation aux données personnelles et aux traces numériques.

Vendredi 7 février (animé par Alan Coughlin, ambassadeur du numérique pédagogique de l'académie de Rennes)

Session 1 : 10h30 à 12h – Session 2 : 14h à 15h30

Vendredi 14 février (animé par Nelly Dubois et Baptiste Creux, Master Sciences de l'Éducation parcours Technologies pour l'Éducation et la Formation)

Session 1 : 10h30 à 12h – Session 2 : 14h à 15h30

Sur inscription : https://services.ac-rennes.fr/evrigoins/main.htm?evenement=658f2b1a-9688-42db-bcc2-fa434f4a5737

Organisé par La Coopérative pédagogique numérique d'Ille-et-Vilaine.
Lieu : Lycée Bréquigny de Rennes, 7 avenue Georges Graff, Bâtiment B, Salle B03
Date : vendredi 07 février et vendredi 14 février
Début : 10:30 ou 14:00
Fin : 12:00 ou 15:300
Tarification : Gratuit
Accessible aux personnes à mobilité réduite ? Oui

Animé par Tactical Tech avec les ressources appelées « Exposing the Invisible Kit » : une collection de ressources collaboratives accessibles à toutes personnes intéressées par la collecte de preuves ou l'utilisation d'investigations comme forme d'engagement civique.

L'atelier est destiné à tou⋅te⋅s celles et ceux qui sont curieux⋅ses et motivé⋅e⋅s pour accueillir et mettre en pratique des techniques et des outils pour découvrir des informations, sur le terrain et en ligne ; maîtriser les « ingrédients » et les pratiques essentielles d'une enquête éthique ; explorer des moyens de vérifier l'information avant d'établir la preuve de quelque chose qui s'est produit, ou de quelque chose qui ne s'est pas produit.

Exposing the Invisible Kit

Aucune connaissance préalable est requise pour participer, nous accueillons des participant⋅e⋅s sans expérience en recherche et investigation, ainsi que ceux et celles qui ont déjà une certaine expérience.

Présence sur les 3 jours souhaitées, sans obligation.

Nombre de personnes : 20 maximum – inscriptions conseillées : eti@tacticaltech.org

Organisé par : Tactical Tech
Lieu : lieu communiqué prochainement sur inscription
Date : du lundi 10 février au mercredi 12 février
Début : 10:00
Fin : 16:00
Tarification : Gratuit

via la lettre du rechnopole de Brest

Comment l'économie circulaire peut-elle inspirer un chef d'entreprise dans l'élaboration de sa stratégie d'entreprise ?

Un sujet traité par l'exemple, avec le témoignage de chef.fe.s d'entreprises qui se sont tourné.e.s vers ce modèle économique :

Jacques Barreau, Grain de Sail

Aurélie Bourven, Seawood Design

Chloé Jaguin, L'association Le Repair - La Recyclerie

Tous les trois ont été confrontés au besoin de donner du sens à leur activité professionnelle, d'un point de vue social, environnemental, local. Le même désir d'atteindre la « neutralité carbone » les anime. Et, pour chacun d'entre eux, la construction de leur projet s'est fait grâce à leur réseau, à l'échange, la co-construction.

Hélène Colin, Technopôle Brest-Iroise, qui animait cette matinée, leur avait préparer des questions dont les réponses pouvaient éclairer le cheminement de celles et ceux intéressés par ce nouveau modèle économique : quelles raisons les ont amenés à se tourner vers l'économie circulaire pour développer leur entreprise ? Comment se traduit l'économie circulaire au sein de leurs activités ? Comment l'ont-ils mis en place, avec qui ? Quelles ont été les conséquences de ce choix en termes d'organisation interne, de développement de leurs produits, de leurs marchés ? De quelles opportunités ont-ils bénéficié et à quelles limites ont-ils été éventuellement confrontés ? Et pour conclure, comment vont-ils intégrer l'économie circulaire dans leur développement futur ?

Deux autres personnes sont intervenues pour partager leurs expériences :

  • Nicolas Ulrich, chargé de mission Environnement de Morlaix Communauté, a témoigné du travail fait depuis bientôt 7 ans sur le sujet de l'économie circulaire, avec l'ADESS et le Pôle Innovation du Pays de Morlaix. Une première phase de sensibilisation et d'étude a permis de définir la stratégie du Pays de Morlaix pour l'économie circulaire : Coopérer et Innover pour l'Economie Circulaire en Pays de Morlaix (CIPEC). De 2015 à 2018 le succès d'une candidature à un appel à projet national leur a permis d'embaucher une personne et de réaliser des formations, des lettres d'information, de réaliser des interventions au sein des différentes formations du territoire pour sensibiliser les étudiants du territoire, d'accompagner l'entreprenariat (TAG29), de créer un Forum annuel pendant 3 ans. Ils ont également mis en place des matinales pour travailler avec les maitres d'œuvre et maitres d'ouvrage sur le principe de la déconstruction sélective avec les étudiants de l'IUT Génie civil.
  • Caroline Maréchal, coordinatrice d'ImmaTerra Ouest, qui promeut ces nouveaux modèles économiques durables et accompagne des entreprises qui veulent les mettre en oeuvre.

Voir en ligne : http://www.tech-brest-iroise.fr/Act...

Les cinémas les Studios proposent un Ciné-Poussette par mois. Avec un film récent à l'affiche, destiné en priorité des parents de tout-petits. Les bébés sont acceptés (moins d'un an), avec du son réduit, de la lumière tamisée et une table à langer à disposition.
Tarif 5 € (gratuit pour les bébés).
Séance le vendredi à 10 h.

Favoriser la participation des jeunes : Quelles pratiques ? Quelles postures ?
Jeudi 19 et vendredi 20 mars 2020
Centre Ti Forn à Saint-Thois (29)
Jeudi de 9h30 à 17h30
Vendredi de 9h à 16h30

Formation ouverte à tous les professionnels de la jeunesse de Bretagne. Co-animation par les trois mouvements : Familles Rurales, FCSB et UBAPAR

Objectifs
Interroger ma posture d'animateur pour favoriser la participation des jeunes.
Confronter ma pratique aux besoins du public.
S'outiller de nouvelles méthodes et approches pédagogiques.

Contenu
Ma pratique : "partageons nos points de vue".
La participation : "définissons cette notion".
Des ressources : "découvrons des actions concrètes".
Développement psychosocial des ados : "comprenons leurs besoins".
Des nouvelles approches : "réfléchissons au pouvoir d'agir et à l'aller vers".
L'expérimentation : "Engageons-nous pour faire évoluer nos pratiques".

Possibilité de mise en place d'une troisième journée à l'automne 2020 pour échanger sur les expérimentations de chacun.

Modalités pédagogiques
Pédagogie active basée sur des méthodes participatives favorisant l'échange et l'apport de savoirs entre les participants. Travail en groupe, apports d'intervenants, forum, mises en situation.

Tarifs
Adhérents* salariés : 300 €
Non-adhérents salariés : 350 €
* salariés de structures adhérentes ou affiliées à l'une des trois fédérations.

Accès aux droits et numérique sur Brest métropole

Jeudi 13 février : 9h -17h

Au centre Henri Queffelec à Gouesnou

d'après un mel d'Elisabeth Le Faucheur

Dans un contexte de dématérialisation des démarches administratives, un chantier a été ouvert sur l'accès aux droits et l'inclusion numérique à l'échelle du territoire de Brest métropole. Cette initiative qui s'inscrit dans des cadres partenariaux , Contrat de Territoire et du Contrat de ville de Brest métropole, réunit les communes de la métropole, les CCAS, la CPAM, la CAF, Pôle emploi, la CPAM, le Conseil Départemental, Brest métropole…).

Après une année d'exploration du sujet, d'acculturation, d'interconnaissances et d'échanges, l'objectif est aujourd'hui de mettre en partage ces réflexions et propositions avec les partenaires associatifs du territoire œuvrant dans les champs de la solidarité et de la médiation sociale et numérique.

Pour poursuivre ce chantier ensemble, l'équipe projet vous invite à une journée de travail qui se tiendra le jeudi 13 février.

Cette journée de travail est réservée aux habitant.e.s., bénévoles et professionnel.le.s impliqué.e.s sur ces sujets.

En matinée sont prévues :

Une conférence de Pierre Mazet, Sociologue, sur les enjeux de l'accès aux droits, du non-recours dans un contexte de dématérialisation

L'intervention de Jean-Claude L'Hostis, délégué départemental du Défenseur des droits

La présentation des avancées du chantier par l'équipe projet.

L'après-midi a pour objectif, une connaissance partagée des initiatives d'accompagnement social et/ou numérique qui permettent au quotidien aux habitants d'accéder à leurs droits.

Un programme plus détaillé sera diffusé début février.

D'ici là, réservez d'ores et déjà la date dans vos agendas !

Bien cordialement,

Pour l'équipe projet « Accès aux droits et numérique »

Colette Mouret, Conseil départemental du Finistère

& Elisabeth Le Faucheur, Brest Métropole

Destinée à tous les publics, l'exposition Data Detox explique de manière simple comment et pourquoi il est primordial de reprendre le contrôle sur vos données personnelles. Comme toute cure qui se respecte, vous commencez par un bilan de santé de votre identité numérique. Comptes oubliés ou perdus sur les réseaux sociaux, navigateurs infestés d'espions traqueurs : un grand ménage s'impose. Vous prendrez également conscience qu'Internet a été totalement centralisé par de grands groupes commerciaux qui ont le monopole des données y circulant : vos données personnelles !

Exposition conçue par la bibliothèque de l'EPFL, à découvrir dans le cadre du temps fort sur les libertés numériques à la Coopérative pédagogique numérique du Lycée de Bréquiny.

Organisé par : Coopérative pédagogique numérique d'Ille-et-Vilaine
Lieu : Lycée Bréquigny de Rennes, 7 avenue Georges Graff – Bâtiment B, Salle B03

Date : du 3 au 14 février
Début : 8:00
Fin : 18:00
Tarification : Gratuit

Accessible aux personnes à mobilité réduite ? Oui

Notre action intitulée « Prendre soin de soi, prendre soin de sa santé » en direction des jeunes 11/17 ans du quartier de Pen ar Créac'h s'articule sur trois modules.
Module alimentation
Module hygiène/estime de soi
Module 1er secours

Nous constatons que la période de l'adolescence est une période au cours de laquelle beaucoup de personnes acquièrent des comportements qu'elles conserveront durant toute leur vie. Il est dont important pour le présent mais aussi pour leur avenir que les jeunes puissent s'approprier une démarche de prise en charge de leur santé, de prévention.

Ainsi au travers de ces différents modules, nous souhaitons contribuer au « mieux-être » des jeunes.

Le module alimentation s'inscrit dans le cadre de l'atelier cuisine mensuel intitulé « La recette du mois » proposé tous les troisièmes mercredis du mois. Entre octobre 2019 et juin 2020, cinq ateliers de deux heures sont animés par une diététicienne de défi Santé Nutrition et trois ateliers par les animateurs jeunesse de la MPT en lien avec l'apport de la diététicienne.
L'idée de ces ateliers est de réapprendre à faire soi-même, à cuisiner des produits bruts, à acheter local et de saison. L'objectif final étant de renforcer la connaissance des fruits et légumes de saison et la consommation de produits bruts plutôt que de produits ultra-transformés dans une ambiance convivial en prenant du plaisir à déguster et à être ensemble !

Le module hygiène/estime de soi est développé sur deux ateliers autour de l'estime de soi, de la valorisation de l'image de soi.
Un atelier a déjà été réalisé durant les vacances d'octobre. Ce projet d'atelier esthétique a été animé par une socio-esthéticienne, Hélène Kerloc'h, ancienne jeune de l'Espace Jeunesse de la MPT. Cet atelier s'adressait autant vers les filles que vers les garçons. L'objectif étant d'apprendre à prendre soin de soi au travers de fabrication de produits cosmétiques. Toutefois, nous constatons que seules des filles se sont intéressées à cet atelier.
Ce projet d'atelier esthétique a participé à la valorisation de l'image des jeunes filles (âgées entre 11 et 14 ans) et à l'estime d'elle-même.
Les 8 jeunes filles ont apprécié ce moment de détente (massage du visage et des mains, discussions) ainsi que ce moment d'apprentissage (apprendre à utiliser les produits adéquates à son type de peau, apprendre à confectionner des produits cosmétiques faits maisons et sains, apprendre à avoir une meilleure estime de soi).
La suite de ce projet est de poursuivre ces ateliers esthétiques en 2020 en groupe et d'aboutir sur des ateliers individuels dans le but de se centrer sur le jeune en question.

Le troisième module premiers secours est une formation PSC1 (premiers secours civiques de niveau 1) proposée aux jeunes et animée par l'Association Départementale de Protection Civile du Finistère qui sera mise en place sur une journée durant les vacances de printemps. Le but étant de permettre aux jeunes d'acquérir les compétences nécessaires à l'exécution d'une action citoyenne d'assistance à personne en réalisant les gestes élémentaires de secours.

Des services Toutatice pour mener ses activités numériques en classe…tout en protégeant les données de ses élèves ! À partir d'un « cas d'école » réaliste, venez découvrir et mettre en œuvre des services et ressources numériques protecteurs et respectueux des données personnelles des utilisateurs pour réaliser une activité pédagogique.

Animé par Thierry Joffredo, Yannick Bré, anciennement enseignants, les animateurs de l'atelier travaillent au pôle numérique pédagogique au Rectorat de Rennes.

S'adresse en priorité aux acteurs éducatifs ayant accès aux services Toutatice. Sur inscription : https://services.ac-rennes.fr/evrigoins/main.htm?evenement=8c81fa31-70c8-4976-a02c-b455475619e0

Organisé par : Coopérative pédagogique numérique d'Ille-et-Vilaine

Lieu : Lycée Bréquigny de Rennes, 7 avenue Georges Graff – Bâtiment B, Salle B03.

Date : 6 février

Début : 14:00

Fin : 16:00

Tarification : Gratuite

Accessible aux personnes à mobilité réduite ? Oui

TAGS : habitat écologique-matériaux écologiques

L'article Habitat écologique : nouveau cycle d'informations et d'échanges est apparu en premier sur Mce.

L'association Empreinte propose un nouveau cycle d'informations et d'échanges qui démarre en janvier 2020. Il est organisé en 8 sessions, le dernier samedi de chaque mois. Il permet d'aborder toutes les étapes d'un d'habitat écologique et de faire le point sur votre projet.
Présentation du cycle d'échanges

Vous avez un projet de construction ou de rénovation écologique ? Le cycle alterne théorie (le matin) et échanges autour des projets des participants (l'après-midi). Les journées se déroulent à la Maison de la consommation et de l'environnement. Elles sont animées par Hervé Galès, Rodolphe Bernard, Anne Lavorel, Vincent Derrien, de 9h à 17h30.

Voici toutes les dates du cycle avec le thème de la journée :

Journée 1/ 25 janvier 2020 : la gestion de projet
Journée 2/ 29 février 2020 : le bio-climatisme
Journée 3/ 28 mars 2020 : l'isolation, principes et matériaux
Journée 4/ 25 avril 2020 : les énergies, le chauffage et la ventilation
journée 5/ 30 mai 2020 : la gestion de l'eau dans la maison
Journée 6/ 27 juin 2020 : le terrassement et le gros-œuvre, choix des matériaux
Journée 7/ 26 septembre 2020 : l'aménagement intérieur et les finitions
Journée 8/ 31 octobre 2020 : l'aménagement extérieur et le jardin

A noter que vous pouvez vous inscrire pour une ou plusieurs journées en fonction de vos intérêts. Vous pouvez aussi commencer en cour d'année et reprendre l'année suivante, car ce cycle est reproduit d'année en année depuis 14 ans.

Informations pratiques/ tarifs

L'adhésion à l'association est nécessaire, mais non comprise dans les tarifs ci-dessous.

Prix par projet (repas non compris) :

1 personne : 65 € la journée, 450 € les huit jours
2 personnes sur un même projet : 100 € la journée, 700 € les huit jours

Acompte : 30 € par journée

Paiement intégral pour les 8 jours (possibilité de payer en trois fois).

Formulaire d'inscription

Télécharger le formulaire d'adhésion

Le prochain rendez-vous du réseau prof@brest (ouvert à toutes et tous) est fixé au lundi 13 janvier 2020 à 18h dans les locaux de Canopé 29 à Brest.

Message de l'équipe Canopé :

  • L'équipe de l'Atelier Canopé 29 sera ravie d'accueillir Prof@brest le lundi 13 janvier prochain à 18h pour une visite des différents espaces et une présentation des missions de l'équipe et des ressources de l'Atelier. Ce sera aussi l'occasion de découvrir certains outils spécifiques de l'Atelier, comme les jeux, qui sont de plus en plus utilisés par les enseignants pour différencier leur pédagogie, travailler certaines habiletés sociales des élèves, développer la coopération, la créativité…

Pour arriver facilement à l'Atelier Canopé, il vaut mieux viser le numéro 60 de la rue Hémingway et stationner sur le petit parking (à cette heure-ci les places seront disponibles).

La réunion prof@brest se terminera par un moment convivial propice aux discutions informelles autour du traditionnel apéritif participatif où chacun apporte un petit quelque chose.

DataMix, marathon créatif de deux
jours, s'est déroulé le 25 et 26 Novembre dernier, à l'Eclozr, à Rennes. Cet
évènement, proposé par ENEDIS, le LabFab de Rennes et Rennes Métropole, a
ressemblé 40 participants souhaitant prototyper des usages réutilisant la
donnée énergétique.

Inspirés par Philippe Gargov,
autour du Solar Punk, et Aymeric Hervieu d'Energiency, sur un cas d'usage de la
donnée en industrie, les participants ont pu s'imprégnier de la thématique, et
des enjeux du numérique et de l'énergie.

Les équipes, se sont ensuite constituées
autour de thématiques larges, permettant aux participants de converger vers un
projet concret commun. Des thématiques de différentes échelles étaient
proposées :

La donnée
énergétique …

  • Dans la Ville,
  • A la campagne,
  • Dans les transports,
  • À la maison.

L'ensemble de ces quatres groupes, grâce à la facilitation de Bérengère AMIOT, Sophie VANWAELSCAPEL, Sabine ZADROZYNSKI et Jean-Thomas VALENTIN, ont pu prototyper des projets :

  • Pilotez Vert, permettant d'adapter la recharge des modes de transports électriques aux productions d'énergie renouvelable :

4e projet #DataMix sur les mobilités : « Pilotez vert » , info le type d'énergie électrique pour recharger son véhicule avec le maximum d'ENR (énergie renouvelable). #Data

La Maison du Théâtre
12, rue Claude Goasdoué 29200 Brest
Jeudi 30 janvier à 19h30 et vendredi 31 janvier à 19h30

> Le Stella / 1h15 / 13€ [PASS OSEZ ! 3 spectacles = 33€]

La Maison du Théâtre présente "Le Coeur de l'hippocampe" les 30 et 31 janvier prochains, un spectacle tentant de comprendre et de retransmettre au théâtre les mécanismes du cerveau, d'une manière ludique. Ce sera aussi une enquête scientifique. La metteure en scène Laure Fonvieille et l'auteur Ronan Mancec sont partis de leur expérience familiale puisque leurs pères ont tous deux perdu la mémoire. Pour mener à bien ce projet, ils ont rencontré Serge Belliard, responsable de l'unité de Neuropsychologie du service de Neurologie au CHU de Rennes ainsi que Pierre-Yves Jonin (chercheur en neuropsychologie au CHU de Rennes). A Rennes par exemple, des actions seront développées dans le cadre de la Semaine du cerveau.

Plus d'information et billeterie

Hélène Mulot et Marion Carbillet ont écrit l'ouvrage A l''école du partage : Les communs dans l'enseignement. A l'automne 2019, la Coopérative Pédagogique Numérique du Finistère et le réseau Prof@brest les ont invitées pour un temps d'échanges. Voici quelques échos de cette rencontre.


Votre ouvrage porte sur « les communs dans l'enseignement » : que signifie pour vous cette notion de « communs » en général ?

Cela vient de la lecture de Libres Savoirs en 2012 avec la prise en compte de la question centrale de la gouvernance (communs plus que biens communs). Nous ne savions pas bien que faire de la notion, comment la prendre en compte dans notre pratique pédagogique mais nous sentions qu'elle était riche et inspirante.


Que recouvre-t-elle dans le domaine éducatif ?

Il s'agit de passer de la culture du partage à la culture de la participation : de former les jeunes et les adolescents à participer à la vie culturelle et la vie politique – ce qui est un enjeu citoyen de première importance. C'est-à-dire de former les jeunes qui ne viennent pas naturellement dans certains lieux, de donner les moyens à tous de participer aux dispositifs voire d'en créer un peu eux-mêmes.

Il y a dans la société des lieux de participation (fablabs, médiathèques tiers lieux, associations...), mais ces lieux concernent souvent un certain type de public, averti. Pour qu'ils fonctionnent de façon réellement inclusive, avec tous types de publics, il faut sans doute que tous les individus soient en amont formés à la participation. Or où est-ce que cela peut se faire hormis à l'École ?

Le but est de faire de l'élève un citoyen du web, actif, mais aussi responsable et critique : quelles réflexions vous semble-t-il important de développer chez les élèves à ce sujet ?

Il faut travailler sur la prise de recul - l'essentiel est d'accepter les savoirs non acquis dans la sphère scolaire. La prise de recul sur les savoirs non formels se fait par :
- l'accueil de la parole sur ces savoirs, voire la provocation de cette parole (ex mise en place de clubs pour parler des pratiques numériques, ou d'un réseau d'entraide entre élèves sur le sujet)
- la structuration de cette parole par l'interrogation ou de l'enseignant ou du groupe (cela permet de nommer des outils ou des procédures, de prendre conscience de ce que l'on fait ainsi que d'accéder aux concepts ex : qu'est-ce qu'un moteur de recherche ?)
- la mise en lien de ces savoirs non formels avec d'autres savoirs ou concepts plus scolaires ou issus du monde non numérique (ex : la critique littéraire dans son histoire vs les booktubes)

Les outils changent très vite chez les adolescents. Dès lors il ne s'agit pas de leur transmettre nos savoirs, qui sont déjà décalés par rapport aux pratiques adolescentes. Cette attitude permet de transmettre des savoirs y compris sur des outils qui n'ont pas encore intégré les programmes : Google à l'époque où l'école n'en parlait pas, Wikipedia par la suite, et aujourd'hui Youtube. Il faut accepter que les élèves viennent avec leurs pratiques et prendre du recul avec eux. Cela ne peut pas être nous qui disons quoi faire. Ils viennent avec leurs pratiques et nous apportons les clés par rapport à nos grilles de lecture. Le but, c'est de les amener à réfléchir à leurs pratiques et à leur impact sur les autres.

Cette culture du web n'appartient pas aux savoirs scolaires habituels : comment vous semble-t-elle pouvoir être intégrée au travail de l'enseignant.e ?

Le web redéfinit actuellement le rapport social à la diffusion d'informations et au savoir. De nouveaux systèmes de validation de l'information naissent, de nouvelles formes d'autorité émergent. Cette question de l'accès au savoir intéresse l'école au plus haut point : pour la culture imprimée (livre, presse), l'école a investi le champ d'étude et d'analyse. Elle doit aujourd'hui faire la même chose pour la culture qui se construit sur et via le web, sinon le risque est de laisser s'installer de nouvelles formes d'illettrisme.

L'EMI et le CRCN (via PIX) doit être pris à bras le corps par l'ensemble de l'établissement.

Qu'est ce que cela voudrait dire de travailler sur YouTube ?

Par exemple partir de questions comme « pourquoi YouTube a du succès » en comparant des chaines avec leurs sites correspondants. Ou encore : à qui appartient YouTube ? à qui appartiennent les chaines ? Aller jusqu'à la production de vidéos, par exemple des vidéos correspondant à des stages : on apprend en faisant. Ou encore en 1h une intervention express autour de la question : YouTube est il un réseau social ? Ou bien : comment faire de la vulgarisation scientifique au travers d'une chaine existante ?

Un autre exemple : des élèves arrivent en disant qu'ils veulent être YouTubeurs. Le travail conduit alors à l'analyse et la réalisation de vidéos sur YouTube. On peut rattacher avec ce qui existait avant : il existait des critiques avant : quelles continuités/ quelles ruptures ? comment se transmet une certaine culture ; comme celle des chroniqueurs et humoristes ? Les élèves n'ont pas connaissance des ponts que nous avons vécus dans notre histoire.

Comment impliquer d'autres collègues dans de telles démarches ?

C'est fondamental. En 2012 on s'est rendu compte que l'on ne pouvait rester seul dans sa classe, on a monté un groupe informel "pédagolab" réunissant plusieurs collègues autour du numérique, puis en élargissant aux autres questions pédagogiques. Oon s'est un peu essoufflé parce que c'était assez prenant (sur la plage midi- 14 h). On a donc fait un Edumix le temps de 2 journées pour remixer le collège avec des participations variées - cela a redonné une dynamique qui court encore 2 ans après.

Des séances se déroulent dans le CDI - les gens viennent ... et repartent sans modifier leurs pratiques - une collègue a fait une classe spécifique et les autres collègues réinvestissent – mais l'infusion est lente. La prof-doc peut construire des synthèses - des carnets de bord - cela donne à voir tout ce qui a été fait dans l'année, ce qui impressionne les collègues qui font et inspirent les autres.

Comment voyez-vous le possible affrontement entre la culture horizontale des communs et celle, verticale, de l'Éducation nationale ?

Il faut prendre conscience des marges de manœuvre et les utiliser. Est-ce qu'une part de la difficulté ne vient pas de notre propre difficulté à imaginer, inventer les choses autrement ? On est toutes les deux formatrices et on centre nos formations sur la question : comment faire pour faire bouger les pratiques ? Les freins sont personnels : attention à ce que les freins présumés de l'institution ne soient pas des excuses pour ne rien faire. Regardons nos propres moyens d'agir - faisons et regardons ce qui bloque.

Quelles sont les ressources mises en communs ?

Il ne suffit pas que les ressources soient libres pour qu'elles soient utilisées - il faut les faire vivre. Une ressource qui n'est pas utilisée n'est pas intéressante. Rester centré sur la ressource fait passer au coté de l'essentiel. Il ne s'agit pas simplement de réutiliser une ressource, mais de l'enrichir pour un public. Dans une communauté qui la partage, la fait vivre, la ressource devient alors un commun. Si c'est trop bien rangé, on ne le trouve pas ou on n'ose pas l'approcher. Il faut une appropriation collective des ressources et du lieu pour une appropriation citoyenne. D'où la nécessité de mettre en place des réseaux d'échanges réciproques de savoirs. D'autant qu'il est difficile pour certains élèves de se sentir en capacité de transmettre un savoir : c'est la responsabilité de l'École que de leur donner ce pouvoir de participer.

Derrière cette notion de « communs », il y a comme un projet de société : pouvez-vous nous éclairer sur les enjeux citoyens, politiques même, de vos réflexions et invitations ?

La démocratie c'est une participation citoyenne de chacun. On apprend aussi aux élèves à avoir cette curiosité intellectuelle et à participer à des projets pour que la société évolue. Il ya des choses qui bougent dans la société : des formes participatives, des tiers lieux… L'idée est d'accompagner cela et de permettre aux élèves de s'y impliquer, et peut être un jour d'inventer leurs propres dispositifs ?

Prolongements :

Sur le site de l'éditeur

L'ouvrage "Libres savoirs"

MATRICEpour uneÉducation aux médias et à l'information

Exemple d'EDUMIX au collège Saint Jean-Apprentis d'Auteuil :

Lecture EDUMIX au collège Saint Jean-Apprentis d'Auteuil
par ApprentisAuteuil https://youtu.be/zky82MeIw0U

Mouvement français des Réseaux d'Échanges Réciproques de Savoirs

Entretien sur le site des Profs-docs de l'académie de Toulouse

Pages

S'abonner à Amis du PNR Rance-Emeraude agrégateur - Actu Démocratie participative