Actu Démocratie participative

Je vous propose aujourd'hui un retour en image sur une table ronde particulière, intitulée « Où sont les femmes ? »

Dans le cadre de la « Rentrée Grands Formats », une rencontre des acteurs artistiques et culturels a été proposée au Quartz, à Brest pour évoquer le sujet suivant : Comment le secteur artistique et culturel, fort de son engagement et de sa créativité, peut-il être moteur dans la définition d'une société plus égalitaire entre les femmes et les hommes ?

J'ai eu le plaisir d'accompagner visuellement cette rencontre co-organisée par Grands Formats, l'Atlantique Jazz Festival, le Quartz – Scène nationale de Brest et HF Bretagne.

La rencontre s'est déroulée en deux temps. Le premier avec un retour sur les études chiffrées en la matière :





Le second avec en temps d'échanges avec des invités de marque : Agnès Saal, haute fonctionnaire à l'égalité, à la diversité et à la prévention des discriminations du ministère de la Culture, Antoine Bos, délégué général d'AJC, Armonie Lesobre, directrice de la FNEIJMA, Aude Chandoné, déléguée générale de la fédération d'artistes pour la musique en Grands Formats, Cécile Offroy, sociologue, Opale, Frédéric Maurin, directeur artistique de l'Orchestre National de Jazz, Janick Tilly, directrice de Plages Magnétiques, Scène de Musiques Actuelles de Brest, Laurie Hagimont, coordinatrice de HF Bretagne, Matthieu Banvillet, directeur du Quartz, Scène nationale de Brest, Stéphanie Gembarski, chargée de mission à la FEDELIMA, modéré par Sarah Karlikow, conseillère artistique à Spectacle Vivant en Bretagne.



Le sujet de cette rencontre m'a particulièrement touchée. Du constat chiffré édifiant, jusqu'à la compréhension des racines du problème. Rien de nouveau me direz-vous, et c'est vrai, ça fait des millénaires que ça dure…

Mais il serait peut-être temps que ça bouge, non ?



Brest est récompensée par l'Europe pour son action de réduction de l'empreinte énergétique de ses habitants. Avec Mantes-la-Jolie, Brest Métropole est l'une des deux agglomérations récompensées par l'appel à projet « Climate Active Neighbourhoods » lancé par la Commission Européenne .

Publié le 10 octobre 2019 à 16h22

1
Voir les commentaires

Le projet de lutte contre la précarité énergétique de Brest métropole, soutenue par l'appel à projet « Climate Active Neighbourhoods » (CAN), vient de remporter le RegioStars Award de la commission européenne.
Le concours a récompensé l'action de l'agglomération dans la catégorie “Développement urbain : bâtir des villes résilientes au climat” .

La collectivité a bénéficié d'une enveloppe de 330 000 € sur trois ans. Grace à cet argent, depuis 2016, trois quartiers (haut de la rue Jean-Jaurès, Recouvrance et Bellevue) de Brest ont lancé une dynamique de réduction de leur empreinte énergétique. Des actions concrètes ont été engagées : café énergie, cours de bricolage pour apprendre à isoler son logement, diagnostics déperdition calorifiques…

En trois ans, les trois quartiers ont lancé une dynamique de réduction de leur empreinte énergétique. Plus de 12 700 m3 d'eau et 154 822 kWh d'électricité ont été économisés, soit l'équivalent de cinq piscines olympiques, ou la consommation électrique de 30 personnes par an. Une économie de 80 000 € et une réduction de 118 kg d'émission de CO2 par ménage et par an.




Lors de l'ouverture de Brest en Communs, le samedi 5 octobre 2019, le service Internet et Expression Multimédia de la Ville de Brest accueillait Thomas Dawance. Acteur du droit au logement, du droit à la ville et des communs à Bruxelles, co-fondateur du Community Land Trust de Bruxelles, il mène actuellement une thèse sur les questions d'habitat en commun à travers l'exemple du CLT et de sa diffusion en Europe.

Retour sur son intervention "Tiers-Lieux, Community Land Trust : la fabrique des communs urbains à Bruxelles ?"

Thomas Dawance est revenu sur le développement des communs urbains à Bruxelles à travers 2 exemples : celui des occupations temporaires à finalité sociale puis celui des Community Land Trust.


  • Les occupations temporaires, un terreau favorable à la création d'une ville en Commun ?

"Squats, tiers-lieux, occupations précaires... les occupations temporaires d'immeubles à l'abandon connaissent un essor fulgurant à Bruxelles. Elles sont au coeur d'une expérimentation de gestion de la ville en commun. Elles sont aussi soumis au risque d'une récupération commerciale et d'une précarisation des statuts d'occupation. Les occupations sont-elles un terreau favorable à la création d'une ville en Commun ?"

  • Les Community Land Trust : foncier en commun et pouvoir d'agir des habitants

"Les Community Land Trust (CLT) sont un outil de gestion en Commun de terrains permettant l'accès à la propriété pour des ménages à faibles revenus. Les enjeux de gouvernance de ce modèle innovant seront discuté en partant de l'expérience du CLT bruxellois, premier du continent européen. Comment préserver la gestion en bien commun de ce modèle dans le cadre de sa diffusion dans le contexte Français à travers les Organismes de Foncier Solidaire (OFS) ?"

Afin d'inaugurer ce passage de notre monnaie locale à une nouvelle dimension, Heol organise, dans le cadre de “Brest en Communs”, un goûter “Heol Lien” géant acheminé par une chaîne humaine !

Cet évènement sera l'occasion de présenter l'Heol numérique

A partir de 16h : Dégustation de votre goûter en musique Celle-ci symbolise les circuits courts et la mobilité douce, valeurs chères à Heol.

Programme de l'après-midi :
14h : Départ des goûters de la ferme de Traon Bihan, pour arriver deux heures plus tard place de la Liberté

A partir de 16h : Dégustation de votre goûter en musique
boisson chaude (tisane ou café) ou jus de fruits, brioche, crêpe et yaourt, fournis par des producteurs locaux membres du réseau Heol

Réservez dès à présent votre goûter Heol-lien sur :
https://www.weezevent.com/gouter-heol-lien

Rendez-vous le samedi 12 octobre à partir de :

– 14h à Traon Bihan pour le premier relais de la chaîne humaine,
– 15h à Liberté pour la deuxième partie de la chaîne humaine,
– et 16h à Liberté pour déguster vos goûters !

Brest A Pied A Vélo (BaPaV), Finisterra, la Nef, Youth for Climate et le Lieu-Dit, sont partenaires de cette opération.

-> Le site d'Heol

Ce premier rendez-vous public a lancé la seconde phase de la Fabrique citoyenne et poétique des Capucins jeudi 3 octobre 2019 à 18h18. Ce fut l'occasion de dresser le bilan des réalisations effectuées lors de la première phase et de se projeter sur les rendez-vous à venir...


En raison d'une météo capricieuse, le rendez-vous programmé Esplanade de la Fraternité est abandonné au profit de la Place des Machines. Le lieu idéal pour sortir le Grand Jeu des Capucins et ainsi structurer l'espace !

Caroline Raffin, directrice du Fourneau, Loïc Le Gall, directeur de Passerelle, et Julien Masson, designer du collectif brestois les ManufActeurs, ont remis en contexte, pour les citoyen·ne·s présent·e·s, les différentes étapes de la première phase de cette démarche citoyenne de réflexion sur ces nouveaux espaces publics des Capucins.

Accompagnés par Alain Lelièvre, directeur de la SPL des Capucins, et de Katia Le Gall, chargée du projet Capucins pour Brest Métropole Océane, ils ont retraversé l'esprit expérimental de la démarche, les temps fédérateurs et les différents mobiliers créés : le kiosque, les tables communes, Chez Capucine, les jardins de lecture...


S'appuyant sur une vue aérienne du plateau des Capucins, les espaces à investir de manière privilégiée pour cette seconde phase ont été détaillés -Cour Aimé Césaire et Esplanade de la Fraternité- ainsi que les différents usages souhaités : l'accueil des publics, les activités ludiques, la pratique physique, sportive et urbaine, l'expression libre et graphique et un travail de signalétique.


Pour achever cette rentrée de la Fabrique citoyenne et poétique, les citoyen·ne·s présent·e·s ont été invité·e·s à s'inscrire sur les premiers temps de réflexion et de pratique artistique proposés, tous les vendredis et samedis du mois de novembre. Chaque artiste invité proposera une traversée des espaces concernés au travers d'un médium artistique afin d'imaginer et de poétiser différents usages...

Pour ces ateliers autour de la couleur, de la typographie, du paysage et du vent, plus d'informations par ici !

Expérimenté en 2009, le projet Internet en habitat social a été adopté par les locataires des 12 secteurs où le dispositif a été proposé.
Cet article, présenté sous forme de fiche, dresse un bilan intermédiaire sur le projet et présente les étapes et données de sa réalisation.

Finalité du projet :

Proposer dans les quartiers d'habitat social de Brest métropole, une offre d'accès à Internet à moindre coût (1,19 euros/mois/logement au 01/01/2019) et un accompagnement des habitant.e.s pour s'équiper, se former aux outils et gérer leur contrat en téléphonie/internet.

Un pilotage co-construit :
  • Brest métropole habitat (Bmh) : propriétaire des logements ;
  • Ville de Brest, service Internet et expression multimédia : coordination ;
  • Brest métropole, service Infrastructures et réseaux en charge de l'aménagement numérique du territoire
  • Brest métropole finance l'accompagnement.

Démarré en 2009, le déploiement du projet se fait progressivement par quartier :

  1. 2009 Kerourien
  2. 2012 Keredern
  3. 2013 Valy Hir
  4. 2014 Queliverzan
    Bellevue rue d'Aquitaine
    Bellevue Bergot
    Bellevue Kerhallet/Quizac/Fougères
  5. 2015 : Bellevue Kerbernier
  6. 2018 : Kerangoff
  7. 2018 : Pen ar Creac'h et Kerbernard
  8. 2019 : Bellevue Kergoat


Descriptif :

En complément du déploiement de la fibre optique ou de la couverture des zones blanches, la politique d'aménagement numérique de Brest métropole intègre les enjeux du « numérique social ». C'est dans ce cadre qu'est conduit et financé le volet accompagnement d'Internet en habitat social visant à développer l'accès à Internet et ses usages dans les quartiers populaires. Il est pensé et mis en œuvre en lien étroit avec le bailleur social Brest métropole habitat (Bmh), propriétaire des logements, l'opérateur SFR et les acteurs des quartiers. Inscrit dans la politique brestoise d'appropriation sociale du numérique, ce projet est coordonné par la ville de Brest (service Internet et expression multimédia).

Le principe de base guidant cette politique est l'accompagnement des habitant.e.s dans l'accès à internet et dans la découverte des usages. La singularité du dispositif repose sur un accompagnement renforcé en proximité avec :

• une proposition d'équipement en ordinateurs à faible coût (40 euros), service assuré par la recyclerie Un peu d'R (précédemment par Le Boulon, puis la Maison du Libre) ;
• des ateliers multimédia gratuits pour s'initier au numérique proposés par les équipements de quartiers ;
• un dispositif de validation des compétences (Visa Internet Bretagne) ;
• des conseils juridiques sur la gestion des contrats avec l'opérateur internet en lien avec les associations de défense de consommateurs (CLCV et CSF).

Le calendrier de proposition de l'offre sur les quartiers est suggéré en fonction de la pré-existence ou non d'une offre d'accompagnement multimédia de proximité, socle à l'accompagnement des personnes.

Une dimension multipartenariale : le projet est lancé après avis, accord et souhait d'implication des acteurs du quartier qui le mobilisent comme projet de développement social.

La collectivité aide les associations impliquées dans l'accompagnement et coordonne le projet.

Une offre collective

L'offre d'accès est proposée par SFR. " Numérisun" est une offre TriplePlay qui comprend :
• La télévision (chaînes de la TNT)
• L'internet à 10 mbit/s (connexion à Internet haut débit) avec modem wifi
• La téléphonie entrante + sortante mais uniquement vers les numéros d'urgence.

Cette offre est collective. C'est le bailleur social qui contractualise pour l'ensemble des locataires des différents secteurs lorsque le vote est positif.

Pourquoi un vote ?

Depuis 20 ans, les locataires Bmh disposent du « service antenne » c'est-à-dire de la télévision au prix de 1,63 €/mois/foyer (au 01/11/2017). Les 1,19 € (au 01/01/2019) correspondant à l'abonnement viennent s'ajouter à ces charges locatives.

Toute charge locative supplémentaire nécessite un vote décisif des habitant.e.s. Les locataires sont ainsi invités dans chaque quartier, après une campagne d'information, à se prononcer sur l'adoption ou non de ce nouveau service.

Un projet à l'échelle de la ville de Brest

A ce jour, le projet concerne les quartiers d'habitat social de la ville de Brest.
Aujourd'hui, le service a été adopté sur 12 secteurs, soit plus de 7000 logements.

Les résultats des votes :

En direction de qui ?

Les locataires de Brest métropole habitat (Bmh), bailleur social de Brest.

Caractère innovant du projet

Brest a été la première ville en France à proposer un dispositif mêlant une offre collective et de l'accompagnement sur 3 volets : équipement en ordinateurs à faible coût, accompagnement pour les branchements et ateliers multimédia gratuits, conseils juridiques pour les contrats avec les opérateurs.

Ce projet a essaimé avec notamment la ville de Fontenay-sous-Bois qui propose un projet quasi similaire à ses habitant.e.s.

L'innovation porte aussi sur la dimension partenariale du projet :
• le choix du quartier est conditionné par la volonté des partenaires institutionnels, associatifs de s'impliquer.
• L'accompagnement est réalisé par des associations : recyclerie Un peu d'R, équipements de quartier, CLCV et CSF (associations de défense de consommateurs) pour l'accompagnement juridique.

Il y a une volonté forte pour que ce projet global puisse, à l'échelle du quartier, être un support de développement social.
Par ailleurs, le rapport développement durable édité par Brest métropole et la ville de Brest pour l'année 2011 a retenu Internet en habitat social comme « réalisation marquante » pour l'axe de l'Agenda 21 Concilier les temps de la ville avec ceux de la vie.

Partenaires

Une dynamique partenariale centrale.

Internes :

  • Brest métropole – service Infrastructures et Réseaux
  • Mairies de Quartier
  • Bibliothèques
  • Brest métropole - Développement social urbain (DSU)
  • Brest métropole - Direction des systèmes d'information et des télécommunications (DSIT) (ordinateurs déclassés qui partent vers la recyclerie).

Externes :

  • Brest métropole habitat (Bmh)
  • SFR
  • Recyclerie Un peu d'R
  • Associations de défense de consommateurs (CLCV / CSF)
  • Équipements de quartier (dont un coordonnant l'accompagnement multimédia)
  • Associations de quartiers (socio-culturelles, sociales, Économie sociale et solidaire (ESS), sportives….) : toutes les associations qui peuvent être intéressées par le volet numérique ou le volet inclusion sociale.
  • Institutions (par exemple le CDAS - Centre départemental d'action sociale…)
Financement du projet
  • Les locataires bénéficient d'un abonnement internet à 1,19 euros (au 01/01/2019).
  • L'accompagnement, pris en charge par Brest métropole, est gratuit pour les habitant.e.s.
  • La coordination du projet est financée par la ville de Brest (temps de travail d'agent.e.s).
Éléments de bilan sur le projet

Globalement, on constate que sur un quartier 15,80% des habitant.e.s se saisissent du dispositif.


Remarque générale :

85 % des français.es disposent d'une connexion à Internet à domicile. (sources CREDOC 2017)
Le pourcentage de foyers raccordés à l'offre pourrait paraître peu élevé. Cependant ce chiffre venant s'ajouter au nombre d'abonné.e.s à d'autres services commerciaux, au total, le nombre de logements connectés dépassent probablement les moyennes nationales de connexions à domicile.

Ce sont en grande majorité des personnes fragilisées :

  • faibles ressources (minimas sociaux) ;
  • familles monoparentales ;
  • personnes isolées.

A noter que l'éloignement du numérique pour les personnes qui n'ont pas encore d'usage, est lié à plusieurs critères : l'âge, la composition du foyer, le niveau d'études et le niveau de ressources.

cf. Crédoc, "La diffusion des Technologies de l'information et de la communication dans la société française (JUIN 2014)"

Une majorité des personnes n'a jamais touché à Internet précédemment.
Elles reconnaissent que sans cet accompagnement et cette mise en confiance, elles ne se seraient pas lancées dans l'aventure.

En complément, on constate parmi les personnes isolées une certaine remise en mouvement et des liens qui se rétablissent progressivement au fil des ateliers multimédia collectifs.

Une évaluation par questionnaire et interviews :

Les étapes pour chaque quartier

Après une première phase de validation du bailleur social (Bmh) et de Brest métropole, le projet, sur chaque quartier, suit les étapes suivantes :

  • 1 - Réunion des partenaires du quartier :

Cette rencontre réunit les associations du quartier intéressées par le projet, l'adjoint.e de quartier, les représentant.e.s des locataires, le bailleur, la collectivité, le fournisseur d'accès…

Elle a pour objectifs :

    • de présenter les grandes lignes du projet : offre, accompagnement, étapes ;
    • de valider avec les partenaires la venue du projet sur le quartier ;
    • d'échanger sur le rôle de chacun.e dans le projet ;
    • de mettre en place un calendrier prévisionnel ;
    • de présenter les supports d'information qui seront diffusés.
  • 2 - Information des habitant.e.s avant le vote des locataires :

Les 1,19 € par mois et par logement (au 01/01/2019) s'inscrivant comme une charge locative complémentaire au service antenne, ce sont les locataires qui se prononcent sur la mise en place du service. Ce choix se fait via un vote organisé par le bailleur en lien avec les représentant.e.s des locataires (CLCV, CSF…).

Avant ce scrutin, les partenaires du projet organisent l'information des habitant.e.s.
Cette information passe par différents vecteurs et actions en fonction de la singularité du quartier :

    • Courrier du bailleur aux habitant.e.s
    • Flyer (via les boites aux lettres, remis à la sortie de l'école, dans la rue…)
    • Livrets explicatifs (sur l'offre collective, le fonctionnement, l'accompagnement des habitant.e.s dans leurs usages, le vote, le calendrier du projet)
    • Affiches dans les halls d'immeubles
    • Permanences de l'animateur.rice du projet sur le quartier…
    • Informations données par les associations auprès de leur public…

Cette période d'information est prévue sur deux mois.

Des réunions publiques sur le quartier

Cette rencontre est importante car il s'agit de présenter le projet aux habitant.e.s. C'est un temps d'information, d'explication, d'échanges et de débats où les habitant.e.s peuvent poser directement leurs questions et obtenir des réponses du bailleur, de la collectivité ou du fournisseur d'accès. Des personnes d'autres quartiers, déjà équipées, sont invitées à témoigner de leur expérience.

  • 3 - Le vote des locataires :

Le bailleur organise le vote des locataires (vote anonyme, une voix par logement). Le vote se déroule sur une semaine et peut se faire de différentes façons : directement dans le centre social ou le bureau Bmh du secteur, auprès des gardiens d'immeuble... Le dépouillement est public et a lieu dans le centre social du quartier. Si le service est adopté à la majorité, la mise en œuvre est programmée.

  • 4 - Mise en œuvre de l'offre (si vote positif) :

Deux demi-journées de lancement à 1 semaine ou 15 jours d'intervalle. Elles permettent aux habitant.e.s :

    • de contracter l'offre et de retirer leur modem ;
    • de commander ou retirer leur matériel informatique auprès de l'association (ordinateurs à 40 euros) ;
    • d'échanger avec les représentant.e.s des locataires qui réalisent l'accompagnement juridique des personnes sur les contrats.

Un accompagnement des personnes tout au long de l'année pour :

    • installer leur matériel (à domicile dans certains cas)
    • découvrir les usages d'internet et du multimédia : ateliers, permanences, échanges
    • gérer toute question relative à l'abonnement : permanence des associations, lien avec l'animateur.rice du projet sur le quartier.


Annexe 1

Les quartiers qui bénéficient déjà du service


Remarque générale :
85 % des français.es disposent d'une connexion à Internet à domicile (source : CREDOC 2017)
Le pourcentage de foyers raccordés à l'offre pourrait paraître peu élevé. Cependant ce chiffre venant s'ajouter au nombre d'abonné.e.s à d'autres services commerciaux, au total, le nombre de logements connectés dépassent probablement les moyennes nationales de connexions à domicile.

Il faut également rappeler que les personnes qui ont choisi cette offre sont pour la plupart celles qui n'auraient pas pris le service sans avoir été accompagnées, des publics très éloignées du numérique.

2009 - Kerourien : (594 logements)
C'est sur ce quartier qu'a été expérimenté le projet en 2009. Après un vote favorable en décembre, le projet a été lancé début 2010 sur le quartier.
12 % d'abonné.e.s en 2012 – 16,83 % en 2018

2012 - Keredern (1025 logementst)
Projet voté fin 2012, lancement en février 2013.
Accompagnement multimédia réalisé par le Centre Social de Keredern.
13 % d'abonné.e.s en 2012 – 17,37 % en 2018

2013-Le Valy-Hir (398 logements)
Adopté en décembre 2013, mis en œuvre en février 2014.
Accompagnement multimédia réalisé par la Maison de quartier du Valy Hir.
12 % d'abonné.e.s en 2014 – 12,31 % en 2018

2014 - Quéliverzan (400 logements)
Adopté en 2014, mis en œuvre en juin 2014.
Accompagnement multimédia réalisé par la Maison de quartier du Valy Hir.
10 % d'abonné.e.s fin 2014 – 14,25 % en 2018

2014 - Bellevue 3 secteurs (1568 logements)
Bergot/Kerhallet-Quizac-RueFougères/Rue d'Aquitaine
Adopté en 2014, mis en œuvre en février 2015.
Accompagnement multimédia réalisé par la Maison Pour Tous de Bellevue.
13,25 % d'abonné.e.s en 2015 - 16 % en 2018.

2015 - Kerbernier (714 logements)
Adopté en 2015, mis en œuvre en décembre 2015.
Accompagnement multimédia réalisé par le Centre Social de Bellevue.
22,27% d'abonné.e.s en 2018

2017 - Kerangoff (838 logements)
Adopté en 2017, mis en œuvre début 2018.
Accompagnement multimédia réalisé par le Centre Social de Kerangoff.
9,67% d'abonné.e.s en 2018

2018 - Pen ar Creac'h et Kerbernard
Adopté en avril 2018, mis en œuvre en août 2018 .
Accompagnement multimédia réalisé par le Centre Social de Pen ar Créac'h (association CLEF).
9,51% d'abonné.e.s au 30 août 2018

2019 - Kergoat
Adopté en mai 2019, mis en œuvre en août 2019. Accompagnement multimédia réalisé par la Maison de quartier de Bellevue.10,43 % d'abonnés au 28 août 2019.

LA CULTURE DES MAKERS AU SERVICE DE L'INCLUSION NUMÉRIQUE DE TOU.TE.S


La fabrication numérique est aujourd'hui : un élément d'émancipation, de pouvoir d'agir, support à la coopération…..

La ville de Brest accompagne la dynamique autour de la fabrication numérique pour tous dans le cadre du projet Fab@brest, en s'appuyant sur le réseau :

  • des PAPIfabs (Point d'Accès Public à Internet et de la fabrication numérique) pour une découverte en proximité de la fabrication numérique sur le territoire,
  • ainsi qu'avec les Fablabs brestois,
  • et les associations dont les points communs sont la transmission par le faire et le savoir-faire.

Aujourd'hui, l'enjeu est de pouvoir diffuser cette culture du Faire (Makers) et ces usages innovants dans la ville par le biais des acteurs relais du territoire auprès des habitants.

Pour vous aider à cerner la diversité de leurs champs d'intervention et vous guider dans la sélection des services en fonction de vos besoins ou de vos envies, la ville de Brest et ses partenaires vous proposent ce guide.

Merci à l'ensemble des associations et organismes qui se mobilisent activement en rendant la fabrication numérique accessible au plus grand nombre.

Bonne lecture à toutes et tous.

Guide des acteurs de la fabrication et de la fabrication numériquePublish at Calameo
Guide de la fabrication et de la fabrication numérique sur Brest

Une présentation de la conférence et le diaporama présenté par Jean Simonneaux
lors des 6émes Rencontres nationales des Territoires d'éducation à Brest

Extrait de la présentation illustrée diffusée pour ces rencontres

“Développement durable, transition agroécologique, biodiversité, alimentation, transition énergétique : traiter les questions socialement vives, ou comment faire entrer les apprenant.e.s dans la complexité du monde par la pédagogie de l'enquête.”

Une conférence de Jean Simonneaux

Professeur de l'Enseignement Supérieur Agricole
en Didactique des Sciences sociales, Didactique des Questions Socialement Vives, et Education au Développement durable

le diaporama de la conférence :

Quelques extraits reprenant hors figures les textes et références des diapos

La pédagogie de l'enquête sur des questions socialement vives : une visée critique et complexe pour favoriser l'engagement des apprenant-e-s

en deux parties
– Les Questions Socialement Vives (QSV) : quels enjeux éducatifs pour une éduc-action ?
2 – La démarche d'enquête sur une QSV : une perspective éducative critique et émancipatrice

Les Questions Socialement Vives ?

Objets de débats, de controverses ou d'incertitudes

  • dans le monde de la recherche
  • dans la société,
  • dans les médias,
  • dans la classe.

Il n'y a pas une seule solution ou prise de décision valide et rationnelle

Une multiplicité d'acteurs / institutions sont impliqués :

scientifiques, politiques, industriels, agriculteurs, consommateurs, citoyens… éducateurs et enseignants

Les QSV placent les controverses, les incertitudes et le risque au cœur des processus d'enseignement apprentissage et de médiatisation. Quelle place accorder aux controverses et aux incertitudes dans l'enseignement ?

Certains savoirs scientifiques sont relativement stables, tandis que d'autres sont plus provisoires et susceptibles de changer en fonction de nouveaux résultats ou à cause de la ré interprétation de résultats antérieurs. Il existe une forte interdépendance entre la société et les sciences, la recherche scientifique, les normes culturelles, les contextes sociopolitiques, les applications s'influencent mutuellement.

Le développement de la réflexion sur les valeurs et le questionnement scientifique est essentielle pour une pensée critique. Une prise de décision s'appuie sur des faits scientifiques mais aussi sur les systèmes de valeurs.

Quels liens sciences et société ?

  • La science est essentielle pour nos modes de vie, mais il existe des incertitudes dans leur développement et leurs impacts comportent des risques nouveaux (sociaux, techniques…) (Beck, 1988). Ces questions sont également sous-tendues par des valeurs sociales, politiques, culturelles et des controverses.
  • Qu'est-ce qui fait preuve en sciences (Chateauraynaud) ? Les sciences sont-elles objectives ? (ex. quelle preuve des effets des pesticides sur les abeilles ? quels indicateurs de la qualité d'un sol ?)
  • Comment se construisent et fonctionnent les sciences (Callon, Latour, N. Jas) ? Quels acteurs engagés dans la production de savoirs ? Quels types de savoirs ?
  • Les mode1 et mode2 du fonctionnement des sciences (Gibbons & al, 1994)
  • Qu'est ce qu'une « démarche scientifique » ?

Vers un changement de régime éducatif / diapo 13 voir dire n°8 2016.

Pensée critique, émancipation <> emprise/endoctrinement

  • La pensée critique consiste à voir les deux côtés d'une question, à être ouvert à de nouvelles preuves que infirment vos idées, à raisonner de manière impartiale, à exiger que les réclamations soient appuyées par des preuves, à déduire et inférer des conclusions à partir des données disponibles, la résolution de problèmes, etc. (Willingham,2007)
  • Critical thinking [1] is not a set of skills that can be deployed at any time, in any context. It is a type of thought that even 3-year-olds can engage in—and even trained scientists can fail in.
  • The processes of thinking are intertwined with the content of thought (that is, domain knowledge)
  • Approches multidimentionnelle, holistique, de l'enculturation plutôt que l'approche centrée sur les habiletés, l'approche centrée sur la résolution de problèmes, l'approche centrée sur la logique, l'approche centrée sur le traitement de l'information. (Boisvert, 1999)
  • Perspective citoyenne : devenir acteur face (résister, combattre, faire évoluer, réduire…)
    • à l'hégémonie culturelle (Gramsci) ,
    • à des rapports dominants / domines (Bourdieu, Foucault…)
    • à l'emprise sociale (réseaux…)
  • Emprise socio-psychologique (articulation régulation/pouvoir, Pagès) : processus de causalité, d'influence émanant d'un être humain ou d'un collectif (sociétés, organisations, groupes restreints institués ou informels) s'exerçant sur un ou plusieurs, voire une masse d'autres agents.
  • Emprise psycho-sociale (expérience de Milgram, Beauvois…)
  • Faire face au risque d'endoctrinement (La personne endoctrinée adhère inconditionnellement à une doctrine). Normand Baillargeon
  • Le domaine de l'éducation conçu à la fois comme lieu d'exercice de la violence symbolique et comme source symbolique d'émancipation, est le terrain par excellence de confrontation des visions du monde. (Chateauraynaud, 2015) [2]
  • Différentes emprises :
    • Impératif de justification
    • Contrôle de l'espace de calcul et des outils d'évaluation
    • Faculté d'octroyer de la reconnaissance (amour, admiration…)
    • Système de don et contre-don (voilant un système d'échange inégal et une forme d'endettement
Des pistes pour éduquer aux QSV

La pédagogie de l'enquête [3] :

  • Favoriser les expériences vécues pour les apprenants, prendre position, s'engager
  • Des situations authentiques (études de cas réel et non pas une reconstruction scolaire de la question…) (diagnostic in situ)
  • Des dispositifs coopératifs : débats, rencontres d'acteurs…
  • Penser le(s) futur(s)
  • Approche systémique, multiscalaire (parcelle/exploitation/filière/territoire, local / global, de la fourche à fourchette, from the cradle to the grave,…)
  • Une pédagogie du projet et de l'émancipation,
  • Approche interdisciplinaire / transdisciplinaire

Scénariser le(s) futur(s) [4] :

  • Passer de la rétro-cognition (les œuvres du passé) à la pro-cognition (résoudre des questions d'aujourd'hui) (Ladage, Chevallard…)
  • Penser le(s) futur(s) possibles, probables, souhaités (Vergnolle Mainar & al, …), simuler
  • Des dispositifs coopératifs : débat, rencontres d'acteurs…
  • Des situations authentiques (études de cas réel et non pas une reconstruction scolaire de la question…)
  • Prendre position, s'engager
  • L'imaginaire comme valeur heuristique pour dépasser l'angoisse de l'incertitude (Nédelec & Molinatti) : science-fiction, …

Développer la pensée éthique ou l'enquête éthique et une pensée critique (Panissal, Lipp…) :

  • Capacité à mettre en doute et à se déstabiliser,
  • Se construire sa propre opinion éclairée à partir de :
  • La pensée critique : doute réfléchi qui conduit à la mobilisation d'habiletés et d'attitudes intellectuelles complexes en lien avec l'évaluation des situations à réaliser.
  • La pensée créative, innovante : recrute l'imagination, l'originalité, des capacités de transfert, de l'indépendance et la capacité à se détacher du contexte.
  • La pensée attentive (caring thinking), permet de penser la relation entre les individus, (contexte, émotions, l'altérité, la sollicitude - terme anglais care - dans l'activité de raisonnement).
  • Mener l'enquête : quels protagonistes sont acteurs de la situation ? quels intérêts particuliers, collectifs ou généraux ?
  • Rédiger des recommandations,

Développer la pensée éthique ou l'enquête éthique et une pensée critique(Panissal, Lipp…) [5] :

  • Capacité à mettre en doute et à se déstabiliser,
  • Se construire sa propre opinion éclairée à partir de :
  • La pensée critique : doute réfléchi qui conduit à la mobilisation d'habiletés et d'attitudes intellectuelles complexes en lien avec l'évaluation des situations à réaliser.
  • La pensée créative, innovante : recrute l'imagination, l'originalité, des capacités de transfert, de l'indépendance et la capacité à se détacher du contexte.
  • La pensée attentive (caring thinking), permet de penser la relation entre les individus, (contexte, émotions, l'altérité, la sollicitude - terme anglais care - dans l'activité de raisonnement).
  • Mener l'enquête : quels protagonistes sont acteurs de la situation ? quels intérêts particuliers, collectifs ou généraux
  • Rédiger des recommandations,

- Eduquer aux incertitudes (Nedelec, Simonneaux, & Molinatti, 2017) :

  • Identifier les différentes formes d'incertitudes :l'incertitude épistémique (portant sur le statut des savoirs en jeu),
    • l'incertitude des effets (quant aux conséquences des technosciences),
    • l'incertitude des réponses possibles (quant aux décisions à prendre face à ces effets)
    • l'incertitude des acteurs prenant position dans l'arène social de la controverse (quant à leur place, leur responsabilité et leur légitimité dans cet espace).
  • L'incertitude n'est pas réductible à l'ignorance ou à une boîte noire
  • Questionner le couple risques / incertitudes
  • L'imaginaire comme valeur heuristique pour dépasser l'angoisse de l'incertitude (Nédelec & Molinatti) : science-fiction, …

S'appuyer sur des objets intermédiaires porteurs d'enjeux agroécologiques (Cancian & Simonneaux) [6] :

  • Pour explorer les innovations (Meynard),
  • Pour mettre en résonnance des discours d'acteurs (agriculteurs, consommateurs, écologistes, industriels…),
  • Pour mettre en résonnance des espaces éducatifs (classe, exploitation EPL, lieux de stage..),
  • Pour mettre en résonnance des situations (grandes exploitations / peri-urbain, plaine / piémont, filière localisée / industrielle…)

exemples d'objets intermédiaires : maïs population, cultures associées, bien-être animal, eau, haie, agroforesterie, … prairies, abeilles

Favoriser des (nouveaux) modes de représentations graphiques (mapping) [7] :

  • Cartes de controverses,
  • Cartes cognitives,
  • Cartes mentales
    … pour favoriser une vision dynamique, systémique, transdisciplinaire
  • … et usage du numérique
Obstacles et risques pour éduquer aux QSV

Le déjà là de la modernité

Les modèles scientifiques et éducatifs de la modernité perdurent dans le système enseignant et dans la société :

  • Rationalité positiviste (contrôle de la nature, …)
  • Difficulté à concevoir des systèmes ouverts, réductionnisme scientifique (disciplinaire)
  • Normalisation des attendus (ex. le schéma systémique du rapport de stage), standardisation des évaluations

Les modèles agricoles (paysanne, bio, intensif…) demeurent une clé de lecture (la transition est le passage d'un modèle à un autre ou bien constitue un modèle en lui-même ?).

Les systèmes de valeurs, l'éthique, l'affect ont une forte inertie et ne s'apprennent pas

Le chemin vers la modernité

  • Intégrer le changement de régime de production de savoirs (et le changement de postures pour le chercheur, le conseiller, l'agriculteur… et l'enseignant),
  • Prendre en compte les risques, les incertitudes, les valeurs
  • Concevoir qu'il n'existe pas UNE solution à un problème mais des solutions situées : Quasi-impossibilité de définir ce que serait une pratique et une situation professionnelle de référence
  • Penser le(s) futur(s)
  • Risque de relativisme absolu (toutes les réponses se valent) face à la pluralité des savoirs, des solutions et de leur médiatisation (fake news)
  • Les systèmes de valeurs, l'éthique, l'affect ont une forte inertie et ne s'apprennent pas

Le contexte socio éducatif

-* La relation au politique (défiance, désenchantement, instabilité,…) et au militantisme :

    • DD et TAE perçus comme nouvelle « religion » avec ses « missionnaires »
  • Une cristallisation des points de vues (ex. Veganisme, loup,…)
  • Interdisciplinarité : la superposition de « lunettes » (disciplinaires) permet-elle de construire réellement une vision systémique et complémentaire ? (vision holistique : présence du tout, ex. de l'usage des ressources - en passant par la production- jusqu'à la santé)
  • Médiatisation, et numérique
Appuis pour éduquer aux QSV

Le contexte socio éducatif

  • L'urgence environnementale,
  • La volonté politique (?)
  • La liberté pédagogique,
  • La convergence de questionnements de différents réseaux d'acteurs,
  • La diversité du monde agricole,
  • Interdisciplinarité : la superposition de « lunettes » (disciplinaires) permet-elle de construire réellement une vision systémique et complémentaire ? (vision holistique : présence du tout, ex. de l'usage des ressources - en passant par la production- jusqu'à la santé)
  • Médiatisation et numérique

Voir aussi

la biblio : http://qsv.ensfea.fr/biblio/

Didactique et transition agroécologique : questions, enjeux, obstacles et pistes, pdf (17 p) Jean SIMONNEAUX , ENSFEA, Toulouse, octobre 2018.

Menons l'enquête sur des QSV dans la perspective de l'EDD, Simonneaux, J., Simonneaux, L. Hervé, N., Nédelec, L., Molinatti, G., Lipp, A., Cancian, N. (2017), Revue des Hautes écoles pédagogiques pédagogiques et institutions assimilées de Suisse romande et du Tessin. 22, 143-160

[QSV Agro-environnementales et changements de société : Transition éducative pour une transition de société via la transition agroécologique, Laurence Simonneaux , Jean Simonneaux et Nadia Cancian, Dire n° 8 2016.

[1] http://www.criticalthinking.org//
Daniel. T. Willingham, (2007), CriticalThinnking, Why is it so hard to teach ? American Educator.
Boisvert, J. (1999). La formation de la pensée critique. Théorie et pratique, Saint-Laurent (Québec), Éditions du Renouveau Pédagogique, Bruxelles, Éditions De Boeck Université.

[2] Francis Chateauraynaud, « L'emprise comme expérience », SociologieS [En ligne], Dossiers, Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations, mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 23 février 2015. URL : http://sociologies.revues.org/4931

[3] Simonneaux, J., Simonneaux, L. Hervé, N., Nédelec, L., Molinatti, G., Lipp, A., Cancian, N. (2017) Menons l'enquête sur des QSV dans la perspective de l'EDD, Revue des Hautes écoles pédagogiques pédagogiques et institutions assimilées de Suisse romande et du Tessin. N°22, p. 143-160
Ladage, C. (2016). Les fondements épistémologiques de la pédagogie de l'enquête en question. Penser l'éducation (38) 87-11.

[4] Vergnolle-Mainar, C., Julien, M.-P., Lena, J.-Y., Calvet, A. & Chalmeau, R. (2017). Le paysage de proximité à l'école, par des photographies répétées : un levier d'implication dans son territoire. Projets de paysage, 15, publié le 04/01/17

Nedelec, L., Simonneaux, L., & Molinatti, G. (2017). Éduquer Dans un Monde Incertain : Quel Cadre Pour Comprendre Comment les Enseignants Appréhendent les Incertitudes des Questions Socialement Vives ? Sisyphus Journal of Education, 5(2), 10‑24.

[5] anissal, N. (2014). Le débat sur des QSV : un outil pour une éducation post-moderne. Revue francophone du développement durable, 4, 34-47.

[6] Simonneaux, J, Cancian, N., Simonneaux, L. &. (2018). L'objet intermédiaire pour le traitement didactique d'une question socialement vive : l'exemple du maïs population, 10e rencontres scientifiques de l'ARDiST – 27, 28, 29 et 30 mars 2018, Saint-Malo
Vinck D. (2009). De l'objet intermédiaire à l'objet-frontière. Vers la prise en compte du travail d'équipement, Revue d'anthropologie des connaissances, Vol. 3, n° 1, p. 51-72.

[7] Venturini, T. (2010). Diving in Magma. Public Understanding of Science, 19, 258-273.

Christiansen G, Simonneaux J, Hazard L (2018) Agroecological transition : human skills and social life matter for local actors. In : 13th European IFSA Symposium, 1-5 July 2018, Chania (Greece). p 16

lundi 14 octobre dès 18h30
Venez échanger sur la gestion du verger
Entretien au pied des arbres
Recherche du nom pour ce lieu et d'un porteur de projet

Du 16 au 23 octobre, suivez les traces de Marion et Robin pour le Climat Énergie Tour.

Climat Énergie Tour, quèsaco ?

Golfe du Morbihan Vannes Agglomération, Clim'actions Bretagne Sud et SolaR'hythm organisent un « Climat Énergie Tour » du mercredi 16 au mercredi 23 octobre 2019 sur le territoire de l'agglomération.

Cet évènement a pour objectifs de sensibiliser les habitants du territoire de l'agglomération sur le PCAET – Plan Climat Air Énergie Territorial – (en phase de consultation électronique) et de présenter le cadastre solaire.

Pendant une semaine, ces deux aventuriers vont sillonner le pays de Vannes avec leur tandem trike électrique solaire, à la rencontre de diverses initiatives portées par des collectivités, entreprises, associations et particuliers en matières de transition énergétique et de développement durable sur le territoire.

Au menu : visites des initiatives, rencontres et animations intitulée « Le PCAET en actions ! » pour faire découvrir le Plan Climat Air Énergie Territorial.

L'équipe SolaR'hytm

Logo SolaR’hytm

" data-medium-file="local/cache-vignettes/L300xH145/Logo_SolaRhye389-2fb62.png?1570699284" data-large-file="https://i2.wp.com/climactions-bretagnesud.bzh/wp-content/uploads/2019/10/Logo_SolaRhythm_transparent.png?fit=900%2C434" />

SolaR'hythm se compose de deux ingénieurs, Marion « volontaire et enthousiaste » et Robin « optimiste et à l'écoute » qui proposent des ateliers itinérants ludiques et pédagogiques, destinés à accompagner tout type de public dans les changements de nos modes de vie.

L'équipe de SolaR'hythm se déplace avec un tandem trike solaire, vélo confortable et pédagogique qu'elle a fabriqué. C'est un vélo couché à 3 roues qui supporte des panneaux solaires. Ce tandem fonctionne en complète autonomie, roule à énergie positive et produit plus d'énergie qu'il n'en consomme.

C'est un très bon outil pour se déplacer en autonomie et susciter des rencontres, vecteurs de motivation et de mise en mouvement. Venez découvrir ses spécificités et échanger sur les mobilités du futur.

tandem trike solaire pour le Climat Énergie Tour

" data-medium-file="https://i0.wp.com/climactions-bretagnesud.bzh/wp-content/uploads/2019/10/Tandem.jpg?fit=300%2C169" data-large-file="https://i0.wp.com/climactions-bretagnesud.bzh/wp-content/uploads/2019/10/Tandem.jpg?fit=900%2C506" /> Programme du Climat Énergie Tour

Retrouvez ci-dessous la carte du Climat Énergie Tour

Certaines visites ont un nombre de places limitées et se font donc sur inscription.

Pour vous inscrire contacter Golfe du Morbihan Vannes Agglomération :

par téléphone au 02.97.66.37.38 du lundi au vendredi de 9H00 à 12H00 et de 14H00 à 17H00

ou par mail : c.hemon@gmvagglo.bzh

Le programme détaillé sur le site de GMVA

L'article Climat Énergie Tour est apparu en premier sur Clim'actions.

Nous interviendrons jeudi 10 octobre 2019 à Plérin sur mer (22) pour le forum sénior « Génér'actions numériques :

Décrypter internet
Conférence de 14h à 16h

  • Comment repérer les fausses informations et se prémunir des arnaques sur internet ?
  • Comment polluer moins avec les outils actuels ?
La médiathèque de la Cavale Blanche organise le

samedi 12 octobre 2019 de 10 h à 12 h

avec le concours de la CLCV de Brest un atelier pratique « Stop aux toxiques ».

Utile pour éviter en faisant ses courses quotidiennes (produits alimentaires, d'hygiène-cosmétique et produits d'entretien) d'acheter des produits contenant des toxiques/indésirables : perturbateurs endocriniens, nanoparticules, additifs, pesticides, responsables de nombreux problèmes de santé et de pollution de l'environnement.

Deux paniers d'une vingtaine de produits seront présentés : l'un contenant des produits avec des toxiques/indésirables, le second avec des produits équivalents sans toxiques. Un pense-bête récapitulatif sera distribué aux participants qui peuvent amener leurs propres produits pour en discuter.

La participation est gratuite et ouverte à tous. Les inscriptions sont prises à partir de septembre au local CLCV 27, rue de Saint Brieuc ou à la médiathèque de la Cavale blanche.

En octobre, la Maison de la consommation et de l'environnement (Mce) vous invite à participer à deux évènements autour de l'alimentation durable, de qualité.

TAGS : alimentation durable

L'article Alimentation durable : la qualité dans l'assiette, possible pour tout le monde ? est apparu en premier sur Mce.

Goûter du jardin à l'assiette

Venez découvrir le Jardin des Lavandes, un jardin partagé situé dans le quartier de Villejean, à Rennes. Lors d'un goûter convivial, l'association Vert le Jardin et la Mce vous invitent à venir échanger, en action ou en discussion, mais toujours autour de l'alimentation ! Rendez-vous le mercredi 9 octobre, entre 16h et 18h.

A noter que cette rencontre est organisée dans la cadre de « Tout Rennes cuisine ! », du 5 au 11 octobre 2019. Programme détaillé sur le site de Rennes métropole.

Ceux qui sèment : ciné-débat avec le réalisateur

Le jeudi 10 octobre, le centre social des Champs Manceaux et la Mce vous invitent à la projection/débat du film de Pierre Fromentin Ceux qui sèment.

Dans ce documentaire, le réalisateur a mis en image « l'agriculture familiale », en passant par l'Inde, la France, le Cameroun, l'Equateur et le Canada. Ce film évoque les avantages ainsi que les limites associés au caractère familial de l'agriculture.

A l'issue de la projection, la Mce vous propose un temps de discussion et de présentation du projet Alimentation durable. A noter qu'il est souhaitable de vous inscrire auprès du Centre social des Champs Manceaux au 02 99 50 86 70.

Projet « alimentation durable accessible à toutes et à tous », qu'est-ce que c'est ?

Initié en 2017, il a pour objectif, entre autres, de travailler à l'accessibilité à une alimentation de qualité (pourquoi pas bio, locale, mais pas seulement).

Le projet veille notamment à intégrer des personnes en situation de précarité financière et se concentre pour l'instant sur les quartiers du Blosne, de Bréquigny et de Villejean à Rennes.

En effet, il vise à accompagner l'émergence et l'organisation d'un circuit d'alimentation permettant de :

Favoriser la disponibilité et l'accès (physique et économique) à une alimentation de qualité bio/durable/locale aux habitants aux ressources plus modestes (de manière non exclusive),
Promouvoir et sensibiliser autour de la consommation alimentaire durable (mode de production, origine des aliments, gaspillage alimentaire, partage de savoir-faire, ateliers cuisine…),
Renforcer le lien avec les paysans et autres acteurs de l'alimentation sur le territoire, avec la nature et ses richesses.

Depuis plusieurs mois, un groupe inter-associatif de la Mce travaille sur le projet avec des partenaires locaux :

centres sociaux, maisons de quartiers, acteurs socio-culturels et sportifs
agriculteurs biologiques…

Vous souhaitez participer au projet ? Avoir plus d'informations ? Contactez Cécile Nicolas au 02 99 30 50 13 ou par mail à cecile.nicolas@mce-info.org.

Voir aussi sur notre site la page Se nourrir

Une opération Libre de quartier à Brest en octobre 2019

Dans le cadre de Brest en Communs, le collectif Tiriad invite les acteurs et actrices et habitant.e.s du quartier de Saint-Marc et toutes personnes intéressées par le quartier à vivre une Opération Libre le samedi 19 et le dimanche 20 octobre 2019 au Foyer Laïque de Saint-Marc (journées continues).

L'Opération Libre, c'est quoi ?

L'Opération Libre est une rencontre entre les habitant.e.s et acteurs et actrices d'un territoire et les communautés libres numériques locales ou nationales (Wikipédia, OpenStreetMap, Tela Botanica, wiki-brest, etc...).

Il s'agit d'une opération participative conviviale, ouverte à tous (habitant.es, associations, contributeurs, contributrices...), sur une durée de 48 heures. Elle vise à valoriser et mieux connaître un quartier, une commune, un territoire en collectant et partageant tous types d'informations allant des initiatives des habitants aux évènements qui s'y déroulent, en passant par sa géographie, son histoire et son patrimoine, sa faune et sa flore, ses services à la population, son activité économique, ses finances, ses projets...

Tous les habitant.e.s et acteurs/actrices du territoire sont invités à venir participer à la collecte et au partage de ces différentes informations. Une fois rassemblées, elles sont diffusées sur Internet pour une consultation et réutilisation libre par tous. L'Opération Libre s'appuie sur des outils et des contenus sous licence libre d'accès sur Internet.

Présentation en vidéo d'une précédente édition

Une Opération Libre à Saint-Marc, ça ressemble à quoi ?


Afficher une carte plus grande

Pendant deux jours, nous vous proposons de nous retrouver sur des temps conviviaux et participatifs pour vivre ensemble le quartier de Saint-Marc avec des échanges croisés, du partage de savoirs et d'informations environnementales, historiques, patrimoniales, géographiques, sociales, culturelles…

Promenades thématiques dans le quartier, ateliers d'échanges de connaissances, production sur internet de contenus, découverte et initiation aux outils libres, recueil de paroles d'habitant.e.s et arbre à idées sont au menu de ces deux journées.
Notre objectif est aussi de trouver collectivement des idées, envies et moyens pour favoriser l'appropriation citoyenne de l'espace public, partager et rendre visibles les initiatives et projets locaux dans le quartier de Saint-Marc.

Évènement ouvert, vous pouvez nous rejoindre quand vous le souhaitez avec le temps dont vous disposez. Des inscriptions (non obligatoires) sont ouvertes en ligne pour recueillir vos envies pour ces journées et nous faciliter l'organisation logistique. Merci à vous

Lieu de l'opération Libre

Foyer Laïque de Saint Marc

12 rue du Docteur Floc'h
29200 Brest

Programme, inscriptions et productions accessibles en ligne sur le site de l'événement
Voir le programme général de Brest en Communs

Contacter l'organisation

Cécile Guégan : c.guegan@tiriad.org / 06 22 18 22 13
Louis-Julien : ljbouere@tiriad.org / 06 58 79 80 56

A côté de l'enregistrement sonore de cette belle conférence de Lionel Maurel, voici quelques extraits de textes qu'il nous a proposé dans cette belle conférence enrichis de quelques liens et introductions vers des articles publiés sur son blog, – S.I.Lex –,et en particulier la série Accueillir les Non-Humains dans les Communs.

Conférence Lionel Maurel

Et encore merci pour cette ouverture à cette question de plus en plus actuelle des communs et droits de la nature.

emb11570|center>

Vercors vie sauvage, La rivière Whanganui, reconnue par la loi en Nouvelle Zélande
comme une « entité vivante dotée de la personnalité morale »

Même combat ?

« L'opérationnalisation des Commons Pool Resources dans la théorie d'Ostrom sous la forme d'une gestion communautaire, c'est aussi « l'utilisation humaine des ressources naturelles ». Les humains d'un côté, tout le reste de l'autre – une division ontologique stricte entre les humains et les non-humains, les commoners et les Communs, les agents et la structure, les extracteurs et la ressource, la culture et la nature, les sujets et les objets, les uns qui utilisent activement et les autres qui sont passivement utilisés. »

Jonathan Metzger.

« La philosophie des Lumières et les sciences sociales sont nées d'un travail
d'épuration qui a consisté à exclure les non-humains de la vie commune pour en
abstraire la “société”, à savoir l'assemblée des humains produisant les conventions
qui les régissent et inventant les concepts appropriés pour ce faire.

[…] l'idée de symétrie, c'est-à-dire […] l'exigence qui consiste à introduire les nonhumains sur la scène de la vie sociale autrement que comme des ressources ou un entourage extérieur. Faire de l'anthropologie symétrique, de ce point de vue, cela
ne signifie pas expliquer la vie des humains par l'influence des non-humains, mais
rendre compte de la composition d'un monde où les uns comme les autres prennent
part en tant qu'acteurs – actants dirait Latour – avec leurs propriétés et leurs modes d'action, et constituent donc des objets d'intérêt égal pour les sciences
sociales »

Philippe Descola

La théorie de l'acteur réseau

Bruno Latour, "nous n'avons jamais été moderne"

Essai d'anthropologie symétrique.

« La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins
pêcheurs dans la Baie de Saint-Brieuc. Eléments pour une sociologie
de la traduction. »

Michel Callon. 1986

Ana Tsing et les « Communs Latents »

Le Champignon de la fin du monde

  • « Les Communs latents ne sont pas des enclaves exclusivement humaines
  • « Les Communs latents ne sont pas bons pour tous ».
  • « Les Communs latents ne s'institutionnalisent pas aisément ».
  • « Les Communs latents ne peuvent pas nous racheter ».

Les Marais Salants de Guérande comme exemple de Communs latents ?

voir A la recherche du Commun dans les Marais salants de Guérande, – S.I.Lex – 19 août 2019.

Les Marais salants de Guérande sont parfois cités comme un exemple de « Communs » encore en activité aujourd'hui. Le magazine Bastamag leur avait ainsi consacré en 2016 un article très complet, signé par Nolwenn Weiler et intitulé : « Un bien commun sauvé du béton et créateur d'emplois : les marais salants de Guérande ».

Vers des Communs Plus-Qu'Humains (More-Than-Human Commons) – Patrick Bresnihan

Le Commun comme « « processus de négociations collectives de limites et de
capacités » entre Humains et Non-humains

Arrêter de penser les Communs comme ressource avec les « Communs négatifs »

Le long démantélement de la Centrale de Brennilis

Un nouveau droit pour la terre Valérie Cabannes

La rivière Whanganui comme institution d'un « Milieu commun » et d'un principe d'inséparabilité entre Humains et Non-Humains

A la ZAD de ND des Landes

Acqua bene Comune (ABC) à Naples

Faut-il un « Parlement des Choses » ?

Personnifier ou ne pas personnifier les Non-Humains ?

Sarah Vanuxem "La propriété de la terre"
Baptiste Morizot Les diplomates et Sur la piste animale

voir : La propriété privée au secours des forêts ? (ou les paradoxes des nouveaux communs sylvestres), – S.I.Lex –,19 août 2019.

A la fin du mois dernier, le philosophe Baptiste Morizot – auteur des ouvrages Les Diplomates et Sur la piste animale – a publié une intéressante tribune sur le site du journal Le Monde, intitulée « Si la propriété privée permet d'exploiter, pourquoi ne permettrait-elle pas de protéger ? ». On la retrouve en libre accès sur le site de l'association ASPAS (ASsociation pour la Protection des Animaux Sauvages), sous le titre « Raviver les flammes du vivant ». Ce texte avait pour but de soutenir le projet « Vercors Vie Sauvage » porté par l'ASPAS qui cherchait à rassembler 650 000 euros en financement participatif afin d'acquérir 500 hectares de forêt – formant auparavant un domaine privé de chasse – pour établir une « Réserve de vie sauvage », en libre évolution.

lire aussi

Faire atterrir les Communs numériques : des utopies métaphysiques aux nouveaux territoires de l'hétérotopie, – S.I.Lex – 20 juillet 2019.

La semaine dernière, j'ai eu l'occasion d'être invité pour une intervention au colloque « Territoires solidaires en communs : controverses à l'horizon du translocalisme » qui s'est tenu à Cerisy. Les organisateurs m'avaient demandé de traiter la question des Communs numériques, sujet sur lequel j'ai pu intervenir et écrire à de nombreuses reprises ces dix dernières années. Néanmoins, depuis environ deux ans, mon approche de ces sujets a changé graduellement et j'éprouvais le besoin de ne plus présenter les Communs de la connaissance comme j'avais l'habitude de le faire auparavant (voir ici), mais sans parvenir à trouver la bonne manière de reformuler mon propos.

Il me semble cette fois être parvenu à lever ces blocages, en poursuivant un travail entamé au début de l'année avec la série Accueillir les Non-Humains dans les Communs publiée sur ce blog. L'idée consiste à rapprocher les analyses fondatrices d'Elinor Ostrom sur les Communs de la théorie de l'acteur-réseaudéveloppée par Bruno Latour et Michel Callon, en s'inspirant également des pistes extrêmement fécondes ouvertes par l'anthropologue Anna Tsing dans son ouvrage Le Champignon de la fin du monde. Cette approche « hybride » peut s'appliquer aux Communs (dits) naturels mais, comme j'ai essayé de le montrer dans l'intervention, elle donne également des résultats intéressants lorsqu'on l'utilise pour traiter des Communs numériques.

L'intervention à Cerisy a été enregistrée et elle peut être écoutéeen podcast sur le site de France Culture.

Des lieux aux liens : ce que les Communs font à la propriété, – S.I.Lex –, le 25 juin 2019

La semaine dernière, j'étais invité au troisième Forum National des Lieux Intermédiaires et Indépendants, qui se tenait cette année à Rennes, autour de la thématique : « Faire Commun(s). Comment faire ?« . La Coordination des Lieux Intermédiaires et Indépendants regroupe des acteurs des lieux d'arts et de culture collaboratifs et expérimentaux, au sein desquels la question des Communs est aujourd'hui largement mobilisée et débattue.

Jules Desgouttes, animateur du collectif ARTFactories/Autre(s)pARTs, m'avait demandé de participer à une séance de mini-conférences pour traiter du sujet : « Des lieux aux liens : ce que la propriété fait aux Communs« . Ce fut l'occasion pour moi de mettre en discussion certaines questions que j'ai commencé à explorer cette année, comme celle de la reformulation des Communs en vue d'y inclure le rapport aux Non-Humains.

La conférence a été filmée, ainsi que les échanges avec les participants à l'atelier et j'ai retranscrit au-dessous mes propos introductifs.

Accueillir les Non-Humains dans les Communs – S.I.Lex –

Oublier les « ressources » pour ancrer les Communs dans une « communauté biotique », 10 janvier 2019.

En-deçà des arrangements institutionnels, les « agencements socio-écologiques », 16 janvier 2019.

L'association à vos papilles organise "Les papilles en fête" le 19 octobre aux ateliers Jean Moulin à Plouhinec (Finistère).

Divers événements autour des circuits-courts sont organisés. : Dès 16h goûter offert aux enfants, ateliers artistiques et de cuisine pour enfants, conférence-débat, repas, soirée dansante jusqu'à minuit.
Plus d'informations : https://www.avospapilles.fr/19-octobre-les-papilles-en-fete/

Focus sur la table ronde : L'accès aux produits locaux pour tous ? est prévue de 17h à 19h

Jeanne Pahun, doctorante au CIRAD qui effectue sa thèse sur les leviers et les freins politiques au développement des circuits courts animera cette table ronde. En inscrivant les circuits-courts dans une perspective historique, elle établira une cartographie des lieux de pouvoir de la régulation publique du secteur agricole afin de comprendre quels impacts peuvent avoir à plus grande échelle les initiatives agricoles et alimentaires qui s'organisent "par le bas". C'est à dire celles portées au niveau local par des agriculteurs, des responsables politiques, des techniciens agricoles mais aussi des mangeurs, des associations de parents d'élèves, des professionnels de la santé, etc. Dans un second temps des ateliers participatifs seront organisés autour d'initiatives concrètes mises en œuvre en Cap Sizun et Finistère .

Pour l'association A vos papilles, Damien Roffat

*L'association à vos papilles rassemble producteurs et consommateurs et s'attache à développer les circuits courts. Elle vend, en local et en ligne, des produits du Cap Sizun et du Pays Bigouden et a été retenu par la région dans le cadre de l'appel à projet des ateliers Jean Moulin pour lancer une boutique de producteurs. Plus d'informations sur notre site : www.avospapilles.fr

Depuis plusieurs années, sur le territoire du pays de Brest, des actions émergent et se développent autour des "communs". Le projet de cabinet brestois de curiosités intègre parfaitement les valeurs de cette dynamique collective évolutive mise en valeur par le collectif BREST EN COMMUNS, coordonné par le service internet et expression multimédia de la ville de Brest, d'autant plus qu'il est situé en plein cœur du patrimoine commun urbain de la Rue Saint-Malo dans le centre historique de Brest à Recouvrance.

Le collectif formé pour élaborer ce beau projet de curieux cabinet à Brest, qui est constitué d'habitants de la ville, de passionnés de l'histoire de notre belle cité, d'artistes, d'historiens, d'architectes, d'acteurs du milieu associatif, etc..., continue le travail de concertation commune pour faire évoluer l'idée à travers le temps et concevoir toutes les opportunités de développement qu'offriraient l'aménagement de ce nouvel espace dédié à la mémoire populaire de la ville et à la création artistique locale.

UN CURIEUX CABINET À BREST

Description

L'idée du curieux cabinet est de raconter de façon ludique la petite et la grande histoire de notre belle et singulière ville de Brest dans la mythique Rue Saint Malo si chère au cœur des Brestois.

Lieu ou adresse

Rue Saint Malo, Brest, France

A quels besoins répond le projet ?

Brest est une ville peu banale. Détruite, reconstruite, Il reste trop peu de vestiges du passé pour comprendre, à travers l'architecture, l'histoire et les histoires de notre cité. Notre projet a l'ambition de plonger les brestois dans la ville "d'avant" à l'aide d'objets, de reconstitutions, de documents, de visites commentées. Mieux connaitre Brest c'est l'aimer.

A qui s'adresse mon idée / mon projet ?

A tous les Brestois des plus jeunes aux plus anciens. A tous les visiteurs d'ici et d'ailleurs.

Quel est l'objectif du projet ?

Le Curieux Cabinet passionnera les Brestois, petits et grands, mais aussi les touristes pour une expérience ludique et enrichissante. Comprendre et aimer notre ville tout en se distrayant voilà le but de notre projet qui se situe dans le patrimoine populaire et historique qu'est la Rue Saint Malo, petit joyau dans notre ville.
Concrètement, comment j'imagine mon idée / mon projet, qu'est-ce qu'elle / qu'il va apporter aux brestois ?

La réhabilitation, du N°5 de la Rue Saint Malo comporterait de nombreux avantages : l'emplacement permet d'imaginer un espace culturel exceptionnel et original tout en sauvegardant la dimension historique des lieux. Et puis, la restauration à l'ancienne d'une de ces petites bâtisses (34m2) à moindre coût (Pose de toiture ardoise, pose de poutres et d'un plancher de bois) pourrait être une première étape pour d'autres projets ultérieurs de réhabilitation de l'ensemble de la rue pavée, souhait qu'expriment de très nombreux Brestois pour qui la Rue St Malo est le lieu de balade préféré

Présélection des projets proposés au budget particiaptif 2019 de la ville de Brest

Du 19 septembre au 22 octobre 2019, les brestois.e.s peuvent exprimer leurs préférences pour chaque projet déposé au budget participatif 2019 par un système de « coup de cœur » en votant sur le site du budget participatif.
Cette étape aboutit à la pré-sélection de 40 projets qui font ensuite l'objet d'une instruction plus approfondie par les services de la collectivité.

Pour soutenir le projet "UN CURIEUX CABINET À BREST", il suffit de s'inscrire et de "voter pour".

Une opération Libre de quartier à Brest en octobre 2019


Dans le cadre de Brest en Communs, le collectif Tiriad invite les acteurs et actrices et habitant.e.s du quartier de Saint-Marc et toutes personnes intéressées par le quartier à vivre une Opération Libre le samedi 19 et le dimanche 20 octobre 2019 au Foyer Laïque de Saint-Marc (journées continues).

L'Opération Libre, c'est quoi ?

L'Opération Libre est une rencontre entre les habitant.e.s et acteurs et actrices d'un territoire et les communautés libres numériques locales ou nationales (Wikipédia, OpenStreetMap, Tela Botanica, wiki-brest, etc...).


Il s'agit d'une opération participative conviviale, ouverte à tous (habitant.es, associations, contributeurs, contributrices...), sur une durée de 48 heures. Elle vise à valoriser et mieux connaître un quartier, une commune, un territoire en collectant et partageant tous types d'informations allant des initiatives des habitants aux évènements qui s'y déroulent, en passant par sa géographie, son histoire et son patrimoine, sa faune et sa flore, ses services à la population, son activité économique, ses finances, ses projets...

Tous les habitant.e.s et acteurs/actrices du territoire sont invités à venir participer à la collecte et au partage de ces différentes informations. Une fois rassemblées, elles sont diffusées sur Internet pour une consultation et réutilisation libre par tous. L'Opération Libre s'appuie sur des outils et des contenus sous licence libre d'accès sur Internet.

Présentation en vidéo d'une précédente édition

Une Opération Libre à Saint-Marc, ça ressemble à quoi ?

Afficher une carte plus grande

Pendant deux jours, nous vous proposons de nous retrouver sur des temps conviviaux et participatifs pour vivre ensemble le quartier de Saint-Marc avec des échanges croisés, du partage de savoirs et d'informations environnementales, historiques, patrimoniales, géographiques, sociales, culturelles…

Promenades thématiques dans le quartier, ateliers d'échanges de connaissances, production sur internet de contenus, découverte et initiation aux outils libres, recueil de paroles d'habitant.e.s et arbre à idées sont au menu de ces deux journées.
Notre objectif est aussi de trouver collectivement des idées, envies et moyens pour favoriser l'appropriation citoyenne de l'espace public, partager et rendre visibles les initiatives et projets locaux dans le quartier de Saint-Marc.

Évènement ouvert, vous pouvez nous rejoindre quand vous le souhaitez avec le temps dont vous disposez. Des inscriptions (non obligatoires) sont ouvertes en ligne pour recueillir vos envies pour ces journées et nous faciliter l'organisation logistique. Merci à vous

Lieu de l'opération Libre

Foyer Laïque de Saint Marc


12 rue du Docteur Floc'h
29200 Brest

Programme, inscriptions et productions accessibles en ligne sur le site de l'événement
Voir le programme général de Brest en Communs

Contacter l'organisation

Cécile Guégan : c.guegan@tiriad.org / 06 22 18 22 13
Louis-Julien : ljbouere@tiriad.org / 06 58 79 80 56

Airbnb, Blablacar, Le Bon Coin… À qui bénéficient les plateformes de consommation collaborative ? Beaucoup de réponses dans un article signé par Thierry Peinard (codirecteur de Marsouin) et Vincent Malardé, doctorant au Crem. TEASER : "ceux qui retirent les gains monétaires les plus élevés sur ces plateformes sont ceux qui ont un niveau de vie confortable et un niveau de confiance élevé, suggérant un possible renforcement des inégalités."

Voir en ligne : https://www.marsouin.org/article117...

J'ai eu le grand plaisir d'accompagner visuellement l'ouverture de Brest en Communs samedi après-midi aux ateliers des Capucins à Brest. L'évènement était organisé par la Métropole de Brest.

La conférence d'ouverture était proposée par Lionel Maurel, Directeur Adjoint Scientifique à l'Institut National des Sciences Humaines et Sociales du CNRS. Ce dernier, étudie (entre autres) la question des droits, que certains reconnaissent déjà, des éléments naturels : forêts, rivières, etc. en lien avec le mouvement des Communs. Son intervention est à mon sens une conférence essentielle, pour nous, pour la société et pour l'avenir que nous construisons. Une intervention à diffuser (très) largement !










Deux regards européens ont ensuite été proposés. L'un sur la situation des Tiers Lieux à Bruxelles par Thomas Dawance, l'autre sur la situation des Communs en Italie par Alessandra Quarta :








Puis un zoom sur les communs Brestois, avec la présentation de projets locaux :





Pages

S'abonner à Amis du PNR Rance-Emeraude agrégateur - Actu Démocratie participative