Mobiliser de jeunes élèves du primaire comme"ambassadeurs du développement durable", un pari partagé entre acteurs sur le territoire de la CCCE ?

Mobiliser de jeunes élèves du primaire comme"ambassadeurs du développement durable", un pari partagé entre acteurs sur le territoire de la CCCE ?

Version imprimableEnvoyer par courrielversion PDF

Compte-rendu de la réunion: 

 

 

                                                                                                                      "L'Estran et moi, on dit zéro déchets"!

 

Les Associations d’Education à l’Environnement font état de :

•             leur expérience en la matière avec le bassin versant depuis plusieurs années, où la question de l’impact de l’homme sur son environnement pouvait être introduite à partir de thématiques centrées sur l’eau.

•             Leur intérêt pour ce nouveau projet, en particulier pour sa globalité qui permet d’élargir l’impact sur le public, les thématiques, les niveaux d’apprentissage, le cercle de diffusion dans le champ scolaire…

Les attentes partagées :

•             veiller à l’occasion de ce projet a mobilisé les écoles du territoire qui n’ont encore jamais–ou peu-  participé aux actions d’éducation à l’environnement

•             trouver des modes d’organisation favorisant un investissement partenariale des enseignants

•             poursuivent la recherche de coordination avec l’institution éducation nationale

•             clarifier les modalités de bilan et de restitution aujourd’hui à l’initiative et à la charge des enseignants

-          pour l’avenir : structurer davantage le partenariat avec le syndicat des eaux ; mettre davantage en convergence avec l’action «Claps pour un Parc » (associations APNR et cœur) qui pourrait être un très bon mode de restitution pour un « parcours de découverte » d’une classe ou d’une école

-          L’intérêt d’expérimenter avec 3 classes mixtes maternelles/ cours préparatoire pour démarrer un parcours sur plusieurs années

Les actes à poser pour la mise en œuvre :

•             prise de contact des AEE avec chaque classe candidate pour définir précisément contenu, méthodes pédagogiques et calendriers. En matière de contenu, évoquer les liens avec la question des déchets les attentes en termes de collaboration avec le service déchets qui en découle

•             devis à adresser à la CCCE. Rappel : la CCCE le prend en charge le coût et l’organisation du transport

•             dans un second temps, contact apprendre avec les écoles au moment de la mise en route concrète des actions pour évoquer le mode de restitution.

À noter : Compte tenu de la période de programmation pour cette première année (dernier trimestre) dans l’hypothèse où le projet d’action de communication/valorisation serait confirmé par la ccce, il devra recouvrir une forme la plus simplifiée possible(Exemple : « pot de l’amitié » ouvert aux parents, aux collectivités… avec projection d’un documentaire, dans un lieu photos, dessins, « paroles » d’enfants etc. pourraient être mis en valeur dans le cadre d’une exposition).

Les classes de la CCCE candidates pour 2017

LA RICHARDAIS LOUIS BREHAULT , 2 classes CM1 et 2, avec le Centre Nautique, thème l’estranPLEURTUIT RUE DU PRE DE LA ROCHE 2 classes de CP, avec Escale Bretagne, thème Les déche                                              

SAINT-LUNAIRE FRANCOIS RENAUD 2 cl GS/CP et MS/CP, avec Escale Bretagne, thème l’estran

LA RICHARDAIS STE-ANNE , 1 classe GS/CP avec  Centre Nautique, thème l’estran

Rappel succinct de l’historique du projet :

•Un centre d’intérêt commun pour l’association des Amis du Parc Naturel Régional et la Communauté de Communes Côte d’Emeraude, dont résultent de nouvelles attentes.

•Pour la CCCE : outre l’initiation du public scolaire aux questions environnementales, introduire la question de la pollution, par le biais des déchets et de la consommation.

•Pour les APNR, outre cette dimension, susciter l’émergence de la notion d’appartenance à un territoire et s’associer l’aide des enfants en tant que « ambassadeur » pour un public plus large.

•Pour les deux : introduire une action dans la durée, avec progressivité des apprentissages, dans laquelle les supports « nature » s’élargissent à l’estran (outre les arbres et le jardin …) et à la question de la prévention de la pollution et des déchets.

•Coordonner étroitement cette action avec celles autour du cycle de l’eau du syndicat des eaux du pays de Saint-Malo, dont elle est complémentaire.